Commentaire composé du Dormeur du Val de Rimbaud

Commentaire du Dormeur du Val de Rimbaud

Photo by Sam Ferrara on Unsplash
Photo by Sam Ferrara on Unsplash

Texte

Le dormeur du val

 

                       

 

C'est un trou de verdure où chante une rivière,

 

Accrochant follement aux herbes des haillons

 

D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,

 

Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

 

 

 

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,

 

Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,

 

Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,

 

Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

 

 

 

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme

 

Sourirait un enfant malade, il fait un somme :

 

Nature, berce-le chaudement : il a froid.

 

 

 

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;

 

Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,

 

Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

 

                   

 

Arthur Rimbaud

 


Pour devenir incollable au sujet d'Arthur Rimbaud, je vous recommande la lecture de ce livre

Vous y apprendrez tout sur :

- le contexte historique
- la vie de Rimbaud
-le cadre de l'œuvre
- l'unité des poésies
- lyrisme entre subjectivité et objectivité
- champ lexical
- les thèmes (la moquerie, les femmes, la poésie de tous les excès, les bohémienneries de Rimbaud)
-Verlaine et Rimbaud
- critique de l'œuvre
- les correspondances de Rimbaud


Pour en savoir plus sur la poésie engagée je vous recommande ce livre


Commentaire composé

Comment dans ce poème en apparence féerique, Rimbaud fait-il monter l’angoisse du lecteur jusqu’à la chute dans le but de dénoncer la guerre.

 

 

1 Une nature féerique

 

v 1 C'est un trou de verdure où chante une rivière, : personnification de la rivière. chante: le poète nous met dans une atmosphère gaie/heureuse.

 

v2 Accrochant follement aux herbes des haillons

 

v3 D'argent : une atmosphère de fête, d’agitation, les gouttes d’eau font comme des paillettes

 

v 4 Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons. Rejet : Luit est isolé, importance de la lumière qui représente la vie.

 

Mousse ici a deux significations, celle de la mousse produite par l’eau et l’herbe.

 

v 6 Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,: la nature est tellement gorgée de vie que même l’herbe est comestible et fraîche.

 

v 7 Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,: il semble que le soldat est paisible et au repos, allongé dans l’herbe.

 

Dans le premier quatrain, le poète nous fait une description d’un décore féerique. Dans le deuxième quatrain il introduit un personnage, donc, il commence à nous raconter une histoire  

 

 

2 L'omniprésence de la mort

 

v 3 où le soleil, de la montagne fière,: sens étymologique : La montagne est féroce, elle est dangereuse. Interruption du rythme des vers, au départ le rythme est classique puis il devient haché. Cela produit un contraste, entre la paix de l'alexandrin du vers 1 et ensuite le rythme s’allonge aux vers 2 et 3 et qui tout à coup devient saccadé aux vers 3 et 4. Le rythme du poème se focalise sur la respiration du jeune homme. Dans le premier vers il respire normalement, donc un alexandrin parfait. Puis le soldat est paralysé par la peur, donc un allongement du rythme qui montre la respiration est soumise à la peur, d'où le rejet. Enfin le rythme est haletant tel la respiration d’un mourant.    

 

Dans le premier quatrain les rimes sont croisées avec une alternance de rimes masculines et féminines. On ressent une opposition sous-jacente qui est un premier indice du malaise

 

v 5 Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,: Le poète nous apprend que qu’il s’agit d’un soldat, le l’adjectif est en postposition, insiste sur le fait que ce soldat est jeune.  Ce soldat est dans une attitude inhabituelle, car il a la bouche ouverte et ce n’est pas une position naturelle et détendue. Le casque fait partie du respect de l’uniforme réglementaire, le lecteur a déjà une impression d’étrangeté.   

 

v 6 Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,: ça nous fait immédiatement penser à l’expression: baigner dans son sang

 

v 7 Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,: Il y a un rejet, Dort est donc isolé pour donner de l’importance

 

v 7,8 il est étendu dans l'herbe, sous la nue, Pâle dans son lit vert où la lumière pleut. Comme le soldat est situé sur une montagne au soleil, le fait qu’il soit pâle attire notre attention.

 

Son lit est aussi le lit d’un hôpital,

le ciel pleure sur lui, “la lumière pleut” ce qui nous donne un sentiment de tristesse

 

Dans les deux tercets, nous pouvons observer une allitération en “s”, qui représente souffrance. Il y a aussi une allitération ou “r” qui signifie la difficulté, et une assonance en “i” qu'évoque la crispation, une tension.     

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0