Commentaire composé de la scène d'exposition de la pièce Les bonnes de Jean Genet

Commentaire composé de la scène d'exposition de la pièce Les bonnes de Jean Genet

Photo by Pedro Lastra on Unsplash
Photo by Pedro Lastra on Unsplash

Texte

La chambre de Madame. Meubles Louis XV. Au fond, une fenêtre ouverte sur la façade de l’immeuble en face. A droite, le lit. A gauche, une porte et une commode. Des fleurs à profusion. C’est le soir. L’actrice qui joue Solange est vêtue d’une petite robe noire de domestique. Sur une chaise, une autre petite robe noire, des bas de fil noirs, une paire de souliers noirs à talons plats.

 

Claire, debout, en combinaison, tournant le dos à la coiffeuse. Son geste –le bras tendu– et le ton seront d’un tragique exaspéré.

 

Et ces gants ! Ces éternels gants ! Je t’ai dit souvent de les laisser à la cuisine. C’est avec ça, sans doute, que tu espères séduire le laitier. Non, non, ne mens pas, c’est inutile. Pends-les au-dessus de l’évier. Quand comprendras-tu que cette chambre ne doit pas être souillée ? Tout, mais tout ! ce qui vient de la cuisine est crachat. Sors. Et remporte tes crachats ! Mais cesse !

 

Pendant cette tirade, Solange jouait avec une paire de gants de caoutchouc, observant ses mains gantées, tantôt en bouquet, tantôt en éventail.

 

Ne te gêne pas, fais ta biche. Et surtout ne te presse pas, nous avons le temps. Sors !

 

Solange change soudain d’attitude et sort humblement, tenant du bout des doigts les gants de caoutchouc. Claire s’assied à la coiffeuse. Elle respire les fleurs, caresse les objets de toilette, brosse ses cheveux, arrange son visage.

 

Préparez ma robe. Vite le temps presse. Vous n’êtes pas là ? (Elle se retourne.) Claire ! Claire !

 

Entre Solange.

 

Solange

 

Que Madame m’excuse, je préparais le tilleul (Elle prononce tillol.) de Madame.

 

Claire

 

Disposez mes toilettes. La robe blanche pailletée. L’éventail, les émeraudes.

 

Solange

 

Tous les bijoux de Madame ?

 

Claire

 

Sortez-les. Je veux choisir. (Avec beaucoup d’hypocrisie.) Et naturellement les souliers vernis. Ceux que vous convoitez depuis des années.

 

Solange prend dans l’armoire quelques écrins qu’elle ouvre et dispose sur le lit.

 

Pour votre noce sans doute. Avouez qu’il vous a séduite ! Que vous êtes grosse ! Avouez-le !

 

Solange s’accroupit sur le tapis et, crachant dessus, cire des escarpins vernis.

 

Je vous ai dit, Claire, d’éviter les crachats. Qu’ils dorment en vous, ma fille, qu’ils y croupissent. Ah ! ah ! vous êtes hideuse, ma belle. Penchez-vous davantage et vous regardez dans mes souliers. (Elle tend son pied que Solange examine.) pensez-vous qu’il me soit agréable de me savoir le pied enveloppé par les voiles de votre salive ? Par la brume de vos marécages ?

 

Solange, à genoux et très humble.

 

Je désire que Madame soit belle.

 

Claire, elle s’arrange dans la glace.

 

Vous me détestez, n’est-ce pas ? Vous m’écrasez sous vos prévenances, sous votre humilité, sous les glaïeuls et le réséda. (Elle se lève et d’un ton plus bas.) On s’encombre inutilement. Il y a trop de fleurs. C’est mortel. (Elle se mire encore.) Je serai belle. Plus que vous ne le serez jamais.

 


Pour bien comprendre le registre tragique je vous recommande de lire ce livre


Commentaire composé

En quoi la scène d’exposition qui ouvre habituellement l’œuvre théâtrale traditionnelle se trouve-t-elle ici détournée ?

 

Introduction

 

Les Bonnes pièce de théâtre, Jean Genet. Ne présente pas la lutte des classes. Mise en scène de trois personnages,  Madame et ses deux domestiques, deux sœurs Claire et Solange. Dans la scène d’exposition, Claire et Solange font du théâtre à l’intérieur de la pièce, elles font une sorte de pièce où l’une d’elle joue Madame et l’autre sa servante.

 

 

  1. Une scène d’exposition

 

Le cadre est réaliste, espace est bourgeois,”Meubles Louis XV”  

 

Aspect temporel : c’est le soir”

 
Il y a également une présentation des personnages, présentation de madame et des domestiques.


L’exposition est cependant détournée : Madame joue avec un tragique exagéré qui peut troubler le lecteur.

 

De plus, les anecdotes sur les amours de Claire avec le laitier rendent perplexe, alternance entre Claire et Madame.

 

La pièce débute in média res : l’action a déjà commencé lorsque la pièce de théâtre commence.
Présentation des intentions des personnages, leurs motivations : on se doute d’une rébellion des domestiques contre madame.

 

 

2.            Le rôle des didascalies

 

 

L’univers est uniquement féminin : les personnages sont uniquement féminins, ils se trouvent dans la chambre de madame, espace féminin.

 

Le rapport de domination est au premier plan : Madame apparaît comme une reine de tragédie pendant que Solange la laisse parler et s’efface, elle est simplement complémentaire de Madame, elle la fait parler. :” À genoux très humble “

 

La pièce possède un double rythme : elle passe de longues tirades à de brèves répliques. Longue tirade de Claire au début puis enchaînement de répliques brèves.

 

 

3.            Les relations entre Madame et sa domestique

 

 

Il y a une opposition claire entre les personnages : ils vivent dans deux univers différents. Leurs mondes sont opposés, la cuisine et la chambre. Cependant ils sont interdépendants, chaque personnage a besoin de l’autre pour vivre.

 

Madame rabaisse la domestique, accumulation de “crachats”

 

Claire cependant joué un double rôle : c’est une domestique qui joue Madame. Il y a une alternance de la parole entre ces deux personnages, aspects déroutants, psychologique.  

 

La scène d’exposition montre un opposition symbolique des personnages : les robes noires des domestiques et la blanche de madame, les gants opposés aux souliers...  

 

 

Conclusion

 

 

Il s’agit d’une pièce complexe dès l’ouverture avec des doubles personnages et une forte présence du symbolisme. Ce qui peut troubler le lecteur.

 

Cependant les codes de la scène d’exposition sont respectés, les personnages et les lieux sont présentés. Les didascalies montrent les enjeux de la pièce.


Écrire commentaire

Commentaires : 0