Commentaire composé de la Fable de La Fontaine “Le Loup et l’agneau”

Commentaire composé de la Fable de La Fontaine “Le Loup et l’agneau”

Photo by Rod Long on Unsplash
Photo by Rod Long on Unsplash

Texte

Le Loup et l’Agneau

 

La raison du plus fort est toujours la meilleure :

Nous l'allons montrer tout à l'heure.

Un Agneau se désaltérait

Dans le courant d'une onde pure.

Un Loup survient à jeun qui cherchait aventure,

Et que la faim en ces lieux attirait.

Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?

Dit cet animal plein de rage :

Tu seras châtié de ta témérité.

- Sire, répond l'Agneau, que votre Majesté

Ne se mette pas en colère ;

Mais plutôt qu'elle considère

Que je me vas désaltérant

Dans le courant,

Plus de vingt pas au-dessous d'Elle,

Et que par conséquent, en aucune façon,

Je ne puis troubler sa boisson.

- Tu la troubles, reprit cette bête cruelle,

Et je sais que de moi tu médis l'an passé.

- Comment l'aurais-je fait si je n'étais pas né ?

Reprit l'Agneau, je tette encor ma mère.

- Si ce n'est toi, c'est donc ton frère.

- Je n'en ai point. - C'est donc quelqu'un des tiens :

Car vous ne m'épargnez guère,

Vous, vos bergers, et vos chiens.

On me l'a dit : il faut que je me venge.

Là-dessus, au fond des forêts

Le Loup l'emporte, et puis le mange,

Sans autre forme de procès.

 

 

Jean de La Fontaine


Pour bien maîtriser l'argumentation au Bac de Français je vous recommande ce livre


Commentaire composé

Problématique : Comment La Fontaine dénonce la loi du plus fort et l'arbitraire de la justice de Louis XIV à travers cette fable qui met en scène l'impuissance de la parole et l'échec du dialogue.

 

I La structure de la fable

 

La structure de la fable est inhabituelle car La Fontaine commence par la moralité. Le récit n’est là que pour illustrer et prouver la moralité. Le vers 1 constitue une maxime, c’est-à-dire une déclaration donnée pour vraie : “La raison du plus fort est toujours la meilleure”. Ensuite, avec la formule “Nous l’allons montrer tout à l’heure, La Fontaine montre clairement l’articulation de son argumentation, le but étant d’être bien compris par son lecteur.

Le récit ne décrit pas la psychologie des personnages mais on comprend tout de suite que le loup représente Louis XIV et l’agneau est une allégorie d’un sujet tyrannisé par le roi, et peut-être victime d’une lettre de cachet.

Le récit est découpé en trois étapes : une situation initiale paisible : “Un Agneau se désaltérait Dans le courant d'une onde pure.” L’élément perturbateur intervient tout-à-coup : “Un loup survient”. Le conflit se met en place sous la forme d’un dialogue argumentatif qui oppose l’innocent agneau au loup cruel qui cherche par tous les moyens à justifier sa volonté de dévorer l’agneau. La situation finale vient brutalement :”Là-dessus, au fond des forêts Le Loup l'emporte, et puis le mange, Sans autre forme de procès.”

La Fontaine dénonce ici l’arbitraire de la justice de Louis XIV et montre la défaite de la parole face à la violence dans une société où toute forme de dialogue avec l’autorité royale est impossible ou réprimée cruellement.



II Un échange pervers

 

Normalement dans un dialogue les points de vue s’opposent mais il y a une écoute réciproque. Ici le loup, allégorie de la force, est fermé au dialogue et ne cherche qu’à mettre un terme rapide au dialogue pour pouvoir plus vite manger l’agneau qui, en tant qu’allégorie de la faiblesse, part perdant. Le loup est de mauvaise foi car il contredit les lois de la physique : “Tu la troubles !” alors que c’est impossible, il contredit les lois de la nature et de la famille : “- Comment l'aurais-je fait si je n'étais pas né ?

Reprit l'Agneau, je tette encor ma mère.

- Si ce n'est toi, c'est donc ton frère.

- Je n'en ai point. - C'est donc quelqu'un des tiens”, le loup à cours d’argument finit par invoquer un témoin imaginaire !

Il n’accepte aucune critique de la part des gens de lettres : “Car vous ne m'épargnez guère, Vous, vos bergers, et vos chiens. On me l'a dit : il faut que je me venge.”

 

De son côté l’agneau argumente du mieux qu’il peut, en faisant appel à la raison du loup qui ne l’écoute pas. L’agneau raisonne à la manière d’un écrivain qui chercherait en vain à se défendre face à l’autoritarisme de Louis XIV.


Écrire commentaire

Commentaires : 0