Commentaire composé du prologue d'Antigone de Jean Anouilh

Commentaire composé du prologue d'Antigone de Jean Anouilh

Photo by Christopher Campbell on Unsplash
Photo by Christopher Campbell on Unsplash

Texte

Antigone

Jean ANOUILH

Le prologue

 

 

    Un décor neutre. Trois portes semblables. Au lever du rideau, tous les personnages sont en scène. Ils bavardent, tricotent, jouent au cartes. Le Prologue se détache et s'avance.

 

LE PROLOGUE

 

    Voilà. Ces personnages vont vous jouer l'histoire d'Antigone. Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. Elle pense qu'elle va être Antigone tout à l'heure, qu'elle va surgir soudain de la maigre jeune fille noiraude et renfermée que personne ne prenait au sérieux dans la famille et se dresser seule en face du monde, seule en face de Créon, son oncle, qui est le roi. Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. Elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout… Et, depuis que ce rideau s'est levé, elle sent qu'elle s'éloigne à une vitesse vertigineuse de sa sœur Ismène, qui bavarde et rit avec un jeune homme, de nous tous qui sommes là bien tranquilles à la regarder, de nous qui n'avons pas à mourir ce soir.

 

    Le jeune homme avec qui parle la blonde, la belle, l'heureuse Ismène, c'est Hémon, le fils de Créon. Il est le fiancé d'Antigone. Tout le portait vers Ismène : son goût de la danse et des jeux, son goût du bonheur et de la réussite, sa sensualité aussi car Ismène est bien plus belle qu'Antigone, et puis un soir, un soir de bal ou il n'avait dansé qu'avec Ismène, un soir ou Ismène avait été éblouissante dans sa nouvelle robe, il a été trouver Antigone qui rêve dans un coin, comme en ce moment, ses bras entourant ses genoux, et il lui a demandé d'être sa femme.


Si vous étudiez Antigone de Jean Anouilh en oeuvre intégrale je vous recommande de lire ce livre


Commentaire composé

Introduction :

 

    Après Sophocle (5ème s avant J.C.), Jean Anouilh reprend le mythe d'Antigone. Fille d'Oedipe et de Jocaste, la jeune Antigone est en révolte contre la loi humaine qui interdit d'enterrer le corps de son frère Polynice. Présentée sous l'Occupation, en 1944, l'Antigone d'Anouilh met en scène l'absolu d'un personnage en révolte face au pouvoir, à l'injustice et à la médiocrité.

Problématique : la révolte contre l’hérédité historique.

 

Scène d'exposition à moment capital passage de " l'acte 0 " à l'acte 1.

Instant majeur car rideau se lève, ensemble des personnages sur scène.

L'un d'eux se détache : prologue constituant le médiateur entre personnage/spectateur.

Prologue = ce qui précède le discours.

 

 

I. Exposition originale se détachant d'une scène classique

 

1. Didascalies et mise en scène

Normalement lorsque le rideau se lève il s'ouvre sur une ou plusieurs personnes de la pièce. Dialogue entre les personnages donne des indications sur la pièce.

Spectateur placé devant une salle animée globalement groupée comme le terme "se détache".

 

2. Des occupations originales

Activité familière des personnages : bavardent, jouent aux cartes. Inattendu dans la tragédie que suggère le titre. 

Ils tricotent référence aux Parques, le fil c’est la vie qui coule entre leurs doigts.

Ils ne semblent pas vraiment communiquer entre eux. 

Leur connaissance passe donc par le rôle du Prologue. 

De plus, la présence conjointe des premières et deuxièmes personnes du pluriel adresse au spectateur à travers le vous détruit illusion théâtrale.

Nous = je + le spectateur comme un spectateur privilégié : lien entre la scène et la salle.

 

3. Présentation des personnages

Le terme jouer... (l.2) + évocation du lever du rideau et les didascalies (l.1) ont pour objet de présenter les personnages comme des figures imaginaires.

Construction en 2 paragraphes pour présenter les 2 groupes : présentation d'Antigone et d'Ismène. 

Avenir indéterminé. 

 

 

II. Informations délivrées

 

1. Antigone (l'éponyme)

Antigone en grec = celle qui lutte contre le destin, contre ce qui est imposé.

Insistance sur sa jeunesse et son dépouillement.

Corneille Le Cid : Rodrigue : Je suis jeune il est vrai, mais aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre des années .

Antigone c’est le thème de la fidélité à ses idées et à sa famille, c’est la pureté, elle est aérienne c’est pour ça qu’elle est maigre. Elle est petite car porte le monde sur ses épaules.

C’est un être marginal, obstiné qui se révolte. Elle va mourir enterrée vive pour avoir donné une sépulture à son frère Polynice. 

 On remarque qu’ elle ne dit rien. Elle pense. Au théâtre un personnage qui ne dit rien c’est parce qu’il subit : elle va être Antigone futur périphrastique.

Elle pense qu’elle va mourir. Elle aurait bien aimé vivre sa vie est déjà finie, elle n’a pas d’avenir parce que son vécu c’est de mourir. Antigone c’est celle qui ne connaîtra jamais le bonheur.

 

2. Les autres personnages

Ismène se définit par rapport à sa sœur. On insiste sur sa beauté, sa blondeur image de la femme parfaite donc faible.

Reprise de l'idée de bonheur, insiste sur le superficiel : l’image du bal.

Hémon : son initiation évoquée dans sa relation avec Ismène par la phrase qui souligne son caractère superficiel : un soir de bal où il n’avait dansé qu’avec Ismène.

Il est le fiancé d’Antigone. Le fiancé c’est celui qui aime de cœur, fiancée # maîtresse. Les fiançailles c’est la foi engagée, ce que l’on promet, ce en quoi on croit l’amour platonique, la rêverie. Il ne savait pas que ce titre princier lui donnait seulement le droit de mourir. En épousant Antigone il épouse son destin.

 

III. Entre imitation et transformation par rapport à Sophocle

 

1. Eléments conservés (par rapport à l'œuvre de Sophocle)

Histoire, les signes annonciateurs de la mort le tragique.

 

2. Modernisation

Nombreuses choses inconnues du monde grec = anachronismes : cartes à jouer, bal

Plutôt soirée occidentale contemporaine

Registre de langue courant et familier (ex : la petite maigre, il n'y a rien à faire, voilà, il a été trouver Antigone).

 

3. Reconstruction des personnages

Antigone n'est pas insignifiante chez Sophocle où elle est belle et mince, en opposition avec la pensée familiale.

Ici c’est la maigre jeune fille noiraude et renfermée péjoratif mais Antigone n’a pas besoin d’être belle physiquement parce qu’elle n’est pas faite pour vivre mais pour mourir.

Pourquoi une telle modernisation ? Volonté de rendre le texte plus accessible au spectateur contemporain et surtout de faire un // camps de concentration.

 

 

Conclusion :

 

Exposition indispensable pour la compréhension de la pièce et du destin des personnages. Cette scène d'exposition ouvre sur une attente. De plus, elle diffère de son modèle antique. Elle attire l’attention du lecteur sur le fait qu’on a beau avoir un destin, on peut choisir sa destinée : être faible ou choisir de s’engager pour une cause. Ce prologue sert avant tout à faire prendre conscience aux spectateurs que c’est scandaleux de venir au théâtre en temps de guerre et surtout sous l’occupation.


Écrire commentaire

Commentaires : 0