Commentaire composé du poème "Soir de bataille" de Heredia

Commentaire composé du poème "Soir de bataille" de Heredia

Photo by Andrew Peloso on Unsplash
Photo by Andrew Peloso on Unsplash

Texte

Soir de bataille

 

Le choc avait été très rude. Les tribuns

Et les centurions, ralliant les cohortes,

Humaient encor dans l'air où vibraient leurs voix fortes

La chaleur du carnage et ses âcres parfums.

D'un œil morne, comptants leurs compagnons défunts,

Les soldats regardaient, comme des feuilles mortes,

Au loin, tourbillonner les archers des Phraortes ;

Et la sueur coulait de leurs visages bruns.

C'est alors qu'apparut, tout hérissé de flèches,

Rouge du flux vermeil de ses blessures fraîches,

Sous la pourpre flottante et l'airain rutilant,

Au fracas des buccins qui sonnaient leur fanfare,

Superbe, maîtrisant son cheval qui s'effare,

Sur le ciel enflammé, l'Imperator sanglant.

 

José-Maria de Heredia - Les Trophées

 


Pour comprendre le sens et l'évolution de la poésie en France je vous recommande ce livre


Commentaire composé

Comment Heredia construit-il son poème afin de coller au mieux à la reconstitution historique ?

 

 

I Une reconstitution historique fidèle

 

  1. L’antiquité

 

Champ lexical de l’armée romaine : “Les tribuns

Et les centurions, ralliant les cohortes,”, “soldats”, “les archers des Phraortes”.

 

“la pourpre flottante” : couleur des empereurs romains.

 

“Au fracas des buccins qui sonnaient leur fanfare” : armée romaine.

 

Superbe” : orgueilleux et féroce en latin.

“maîtrisant son cheval qui s'effare” : il fait la guerre à cheval.




  1. Une bataille vue de l’intérieur

 

Le choc avait été très rude.” : On a un début in medias res. La phrase est courte et sert à théâtraliser la scène.

 

“Humaient encor dans l'air où vibraient leurs voix fortes” : synesthésie : plusieurs sens sont convoqués, ici la vue, l’ouïe et l’odorat. “Au fracas des buccins qui sonnaient leur fanfare”.

 

“La chaleur du carnage et ses âcres parfums.” :Il fait chaud mais non grâce au soleil mais plutôt à cause de la bataille et l’odeur horrible est valorisée par le mot parfums qui suggère une sensation agréable.

 

“D'un œil morne, comptants leurs compagnons défunts,” : Les soldats vivants comptent leurs pertes de bataille tristement.

 

On observe de nombreuses allitérations :

Les sonorités en [R] évoquent la difficulté : bruns, tribuns, ralliant, mortes, tourbillonner, hérissé, vermeil, pourpres, rutilant, fracas, Superbe, rude, âcres, vibraient, morne.

 

Les sonorités en [S] évoquent la souffrance : sueur, blessures, centurions, soldats, visages, hérissé, Sous, sonnaient, buccins, Superbe, Sur, sanglant, ciel, s'effare

 

Les soldats regardaient, comme des feuilles mortes,”: Les soldats morts s'empilent alors que les hommes vivant ne peuvent rien y faire. Donne une idée de mouvement.

 

“sueur” : souligne l’effort.

 

Registre épique pour mettre en valeur le personnage de l’Impérator : “tout hérissé de flèches,” montre que malgré de nombreuses blessures il est encore combatif, “Rouge du flux vermeil de ses blessures fraîches”.



II Un poème construit comme un tableau

 

  1. Construction du tableau

 

C'est alors qu'apparut” : l'Imperator est présenté après une description du cadre.

 

“maîtrisant son cheval qui s'effare” : le héros est au centre du tableau.

 

“Sur le ciel enflammé, l'Imperator sanglant.” :L’Imperator est à l’arrière du tableau.



  1. Le jeu sur les couleurs et la lumière

 

Champ lexical de la couleur rouge : “Rouge du flux vermeil”, “la pourpre flottante”.

 

l'airain rutilant” : la lumière se reflète sur le métal de l’armure, ce qui met en valeur le personnage central de l’Impérator.

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0