Commentaire composé sur Montesquieu, De l'esclavage des Nègres

Commentaire composé sur Montesquieu, De l'esclavage des Nègres

Photo by Giulia Pugliese on Unsplash
Photo by Giulia Pugliese on Unsplash

Texte

De l'esclavage des Nègres

Si j'avais à soutenir le droit que nous avons eu de rendre les nègres esclaves, voici ce que je dirais :

 

Les peuples d'Europe ayant exterminé ceux de l'Amérique, ils ont dû mettre en esclavage ceux de l'Afrique, pour s'en servir à défricher tant de terres.

 

Le sucre serait trop cher, si l'on ne faisait travailler la plante qui le produit par des esclaves.

 

Ceux dont il s'agit sont noirs depuis les pieds jusqu'à la tête ; et ils ont le nez si écrasé, qu'il est presque impossible de les plaindre.

 

On ne peut se mettre dans l'esprit que Dieu, qui est un être très sage, ait mis une âme, surtout une âme bonne, dans un corps tout noir.

 

Il est si naturel de penser que c'est la couleur qui constitue l'essence de l'humanité, que les peuples d'Asie, qui font des eunuques, privent toujours les noirs du rapport qu'ils ont avec nous d'une manière plus marquée.

 

On peut juger de la couleur de la peau par celle des cheveux, qui chez les Égyptiens, les meilleurs philosophes du monde, était d'une si grande conséquence, qu'ils faisaient mourir tous les hommes roux qui leur tombaient entre les mains.

 

Une preuve que les nègres n'ont pas le sens commun, c'est qu'ils font plus de cas d'un collier de verre que de l'or, qui chez des nations policées, est d'une si grande conséquence.

 

Il est impossible que nous supposions que ces gens-là soient des hommes, parce que, si nous les supposions des hommes, on commencerait à croire que nous ne sommes pas nous-mêmes chrétiens.

 

Des petits esprits exagèrent trop l'injustice que l'on fait aux Africains : car, si elle était telle qu'ils le disent, ne serait-il pas venu dans la tête des princes d'Europe, qui font entre eux tant de conventions inutiles, d'en faire une générale en faveur de la miséricorde et de la pitié.

 

Montesquieu


Pour bien maîtriser l'argumentation au Bac de français je vous conseille de lire ce livre


Commentaire composé

 

Comment Montesquieu effectue-t-il à travers ce faux plaidoyer pour l’esclavage des Nègres une condamnation du commerce triangulaire ?

I) Un faux plaidoyer pour l’esclavage

 

“Si j'avais à soutenir le droit que nous avons eu de rendre les nègres esclaves, voici ce que je dirais”- Le texte commence à la manière d’un plaidoyer. La formation d’avocat de Montesquieu lui donne la liberté d’effectuer un faux plaidoyer ironique et de se placer partisans de l’esclavage des nègres.  

 

“Les peuples d'Europe ayant exterminé ceux de l'Amérique, ils ont dû mettre en esclavage ceux de l'Afrique, pour s'en servir à défricher tant de terres.”-Montesquieu effectue une démonstration par l’absurde qui fait rire le lecteur : il veut susciter de la pitié pour les esclavagistes, qui sont obligés de chercher de la main d’oeuvre ailleurs, puisqu’il ont déjà tué la majorité de la population Amérindienne.  

 

“Le sucre serait trop cher, si l'on ne faisait travailler la plante qui le produit par des esclaves.”- À travers cette phrase, Montesquieu ironise la nécessité de produire le sucre, un aliment de luxe et de plaisir produit au dépend des vies des hommes qui meurent en le produisant.

 

“Ceux dont il s'agit sont noirs depuis les pieds jusqu'à la tête ; et ils ont le nez si écrasé, qu'il est presque impossible de les plaindre.”- Montesquieu effectue une description caricaturale des Nègres dont les nez forment un élément de plaintes de la part des Européens.

“On ne peut se mettre dans l'esprit que Dieu, qui est un être très sage, ait mis une âme, surtout une âme bonne, dans un corps tout noir.”- Montesquieu effectue une antithèse entre les adjectifs bonne/noire,  et se permet de rentrer dans les pensées de Dieu et de critiquer ses actions pour interpeller le lecteur.  



“Il est si naturel de penser que c'est la couleur qui constitue l'essence de l'humanité, que les peuples d'Asie, qui font des eunuques, privent toujours les noirs du rapport qu'ils ont avec nous d'une manière plus marquée.”- Pour justifier son argumentation, Montesquieu prend comme exemple les Asiatiques, c’est à dire L’Empire Ottoman et l’Empire perse qui font des hommes de couleurs (nègres) des eunuques qui sont mutilés donc l’esclavagisme européen est non seulement justifié mais amoindri dans sa cruauté.

“On peut juger de la couleur de la peau par celle des cheveux, qui chez les Égyptiens, les meilleurs philosophes du monde, était d'une si grande conséquence, qu'ils faisaient mourir tous les hommes roux qui leur tombaient entre les mains.”- Montesquieu qualifie les Egyptiens comme les meilleurs philosophes du monde. Or ces derniers étaient des mathématiciens très avancés  puisqu’il ont effectué les pyramides, un corps mathématique complexe, alors que les Grecs antiques sont connus pour leurs pensées philosophiques. Montesquieu se moque de son lecteur et transforme les arguments en sa faveur.  

 

“Des petits esprits exagèrent trop l'injustice que l'on fait aux Africains :”- Montesquieu utilise l’ironie pour faire semblant de se moquer des philosophes des Lumières  qu’il qualifie des “petits esprits”, alors qu’il en fait lui-même partie puisqu’il a écrit ce texte pour condamner l’esclavage.  



II) Une condamnation de l’esclavage

 

“Les peuples d'Europe ayant exterminé ceux de l'Amérique, ils ont dû mettre en esclavage ceux de l'Afrique, pour s'en servir à défricher tant de terres.”- A travers cet extrait, Montesquieu dénonce l’extermination des Amérindiens par les Européens. Il utilise le verbe devoir et servir pour souligner le travail forcé et l’esclavage des hommes d’Afrique.

 

“Le sucre serait trop cher, si l'on ne faisait travailler la plante qui le produit par des esclaves.”- Montesquieu dénonce de manière indirecte les conditions de vie des esclaves, qui sont comme l’a dit Aristote “des objets animés”, et qui ne sont pas, au début de la Traite Négrière , payés pour leurs travaux.

 

“Ceux dont il s'agit sont noirs depuis les pieds jusqu'à la tête ; et ils ont le nez si écrasé, qu'il est presque impossible de les plaindre.”- Cela souligne l’intransigeance des Européens qui rejettent tout ce qui est différent d’eux et se permettent d’asservir un peuple parce qu’il ne se reconnaissent pas en lui.  

 

“Il est si naturel”- Montesquieu poursuit son argumentation avec “Il est si naturel” pour justifier la pratique de l’esclavage. Or dans la nature, aucun animal ne fait des esclaves, ce qui démontre que l’esclavagisme est un acte humain.

 

“Une preuve que les nègres n'ont pas le sens commun, c'est qu'ils font plus de cas d'un collier de verre que de l'or, qui chez des nations policées, est d'une si grande conséquence.”-Dans l’argumentation de Montesquieu, les nègres ont déjà été rejetés physiquement, en raison de leur couleur et de leur morphologie, et dans cette phrase, ils sont rejetés pour leurs valeurs morales qui ne sont pas les mêmes que celle des Européens. C’est le regard sur l’autre, qui nous est méconnu et qui suscite des jugements. Les Européens ne remettent pas en cause leurs valeurs mais son sur de leurs valeurs.

 

“Il est impossible que nous supposions que ces gens-là soient des hommes, parce que, si nous les supposions des hommes, on commencerait à croire que nous ne sommes pas nous-mêmes chrétiens.”

-Montesquieu se réaproprie sa parole et s’adresse à deux catégories de lecteurs. Dans le premier cas, le lecteur esclavagiste tombe dans le piège de son argumentation et se trouve ici condamné. Dans le second cas, le lecteur des Lumières retrouve sa confiance en Montesquieu et s’amuse du jeux qu’il a mené avec lui.     

 

“car, si elle était telle qu'ils le disent, ne serait-il pas venu dans la tête des princes d'Europe, qui font entre eux tant de conventions inutiles, d'en faire une générale en faveur de la miséricorde et de la pitié.”- Montesquieu critique les actions des monarques de l’Europe, qui se disent “éclairés”, mais qui tolèrent l’esclavage alors qu’ils ont le pouvoir de l’interdire définitivement. La syntaxe de cette dernière phrase permet à Montesquieu d'éviter la censure.  

 

Conclusion : Dans ce texte, Montesquieu se positionne comme un partisan de l’esclavage des Nègres et du commerce Triangulaire. Dans ce faux plaidoyer, il utilise l’ironie ainsi que le comique de l’absurde pour décrédibiliser l’esclavage de manière indirecte afin éviter la censure.  Il condamne même les actions des monarques européens qui ferment les yeux sur la traite Négrière.      


Écrire commentaire

Commentaires : 0