Commentaire composé du chapitre 3 de L'Ingénu de Voltaire

Commentaire composé du chapitre 3 de L'Ingénu de Voltaire

Photo by Cristian Newman on Unsplash
Photo by Cristian Newman on Unsplash

Texte

L'Ingénu - CHAPITRE TROISIEME - Extrait

Le Huron, nommé l’Ingénu, converti



   Monsieur le prieur, voyant qu’il était un peu sur l’âge, et que Dieu lui envoyait un neveu pour sa consolation, se mit en tête qu’il pourrait lui résigner son bénéfice s’il réussissait à le baptiser, et à le faire entrer dans les ordres.

 

   L’Ingénu avait une mémoire excellente. La fermeté des organes de Basse-Bretagne, fortifiée par le climat du Canada, avait rendu sa tête si vigoureuse que, quand on frappait dessus, à peine le sentait-il ; et quand on gravait dedans, rien ne s’effaçait ; il n’avait jamais rien oublié. Sa conception était d’autant plus vive et plus nette que, son enfance n’ayant point été chargée des inutilités et des sottises qui accablent la nôtre, les choses entraient dans sa cervelle sans nuage. Le prieur résolut enfin de lui faire lire le Nouveau Testament. L’Ingénu le dévora avec beaucoup de plaisir ; mais, ne sachant ni dans quel temps ni dans quel pays toutes les aventures rapportées dans ce livre étaient arrivées, il ne douta point que le lieu de la scène ne fût en Basse-Bretagne ; et il jura qu’il couperait le nez et les oreilles à Caïphe et à Pilate si jamais il rencontrait ces marauds-là.

 

   Son oncle, charmé de ces bonnes dispositions, le mit au fait en peu de temps ; il loua son zèle ; mais il lui apprit que ce zèle était inutile, attendu que ces gens-là étaient morts il y avait environ seize cent quatre-vingt-dix années. L’Ingénu sut bientôt presque tout le livre par cœur. Il proposait quelquefois des difficultés qui mettaient le prieur fort en peine. Il était obligé souvent de consulter l’abbé de Saint-Yves, qui, ne sachant que répondre, fit venir un jésuite bas-breton pour achever la conversion du Huron.

   [...]


   Voltaire - l'Ingénu


Pour maîtriser les figures de style je vous recommande de lire ce livre


Commentaire composé

Comment dans cet extrait de son conte philosophique Voltaire utilise-t-il le personnage du Huron pour faire une critique de la religion catholique ?




  1. L’ingénu un personnage intelligent et naïf

 

  1. Un personnage intelligent

“L’Ingénu avait une mémoire excellente” : Voltaire introduit l’Ingénu comme un personnage intelligent ayant une mémoire excellente.

 

“La fermeté des organes de Basse-Bretagne, fortifiée par le climat du Canada, avait rendu sa tête si vigoureuse que, quand on frappait dessus, à peine le sentait-il” : Cette exagération ironique rend le personnage encore plus fort, puisqu’il l’est physiquement et intellectuellement.

 

“et quand on gravait dedans, rien ne s’effaçait ; il n’avait jamais rien oublié” : Voltaire en surenchérissant sur le fait que l’Ingénu a une bonne mémoire critique le système éducatif de son époque qui obligeait les enfants à apprendre par coeur leurs leçons plutôt que de se forger une opinion.

 

“Sa conception était d’autant plus vive et plus nette que, son enfance n’ayant point été chargée des inutilités et des sottises qui accablent la nôtre, les choses entraient dans sa cervelle sans nuage” : De plus, Voltaire souligne l’inutilité des leçons apprises en expliquant que la conception de l’Ingénu est plus vive et nette que la nôtre.

 

“L’Ingénu sut bientôt presque tout le livre par cœur” : Malgré sa simplicité, L’ingénu développe une capacité à retenir les informations qui témoigne de son intelligence.




  1. Un personnage naïf

“L’Ingénu le dévora avec beaucoup de plaisir ; mais, ne sachant ni dans quel temps ni dans quel pays toutes les aventures rapportées dans ce livre étaient arrivées, il ne douta point que le lieu de la scène ne fût en Basse-Bretagne” : Le manque de connaissances de l’Ingénu l’invite à penser que la Bible se déroule en Basse-Bretagne et au moment même où il parle. L’onomastique est ici très intéressante, l’Ingénu est innocent dans ses actes et ses idées ce qui est symbolisé par son prénom. Son innocence s’accompagne d’une pureté d'âme puisqu’il est contre l’injustice dans la bible : “ et il jura qu’il couperait le nez et les oreilles à Caïphe et à Pilate si jamais il rencontrait ces marauds-là”.

  1. La critique de la religion

 

  1. L’entourage de l’Ingenu profite de sa naïveté

“Dieu lui envoyait un neveu pour sa consolation” : L’Ingénu est considéré comme un cadeau pour son oncle de la part de Dieu, le prieur considère qu’il lui appartient et qu’il peut en faire ce dont il a envie.

 

“se mit en tête qu’il pourrait lui résigner son bénéfice s’il réussissait à le baptiser” : Le curé veut baptiser son neveu afin de se faire récompenser par Dieu de sa bonne action. A travers cette volonté du curé, Voltaire met en doute les valeurs de celui-ci car son but n’est pas de sauver l’Ingénu mais plutôt de se voir féliciter de Dieu. Il pousse le zèle jusqu’à “le faire entrer dans les ordres” et à le donner à Dieu.

 

“Le prieur résolut enfin de lui faire lire le Nouveau Testament.” : Le curé établie une stratégie pour convertir l’Ingénu au catholicisme et fonctionne par étapes afin de le préparer à l’étape suivante : lui faire lire la Bible.



  1. L’ingénu leur donne une leçon de théologie

“ Il proposait quelquefois des difficultés qui mettaient le prieur fort en peine. Il était obligé souvent de consulter l’abbé de Saint-Yves, qui, ne sachant que répondre, fit venir un jésuite bas-breton pour achever la conversion du Huron” : Lors de sa lecture, l’Ingénu étudie le texte au sens littérale à la manière des protestants par opposition aux catholiques qui n’ont plus l’habitude d’analyser et d’interroger le texte par eux-mêmes, en effet ils font appel à un jésuite, docteur de l’église, pour essayer d’avoir des réponses. C’est une critique de l’église récurrente dans l’oeuvre de Voltaire.


Écrire commentaire

Commentaires: 0