Commentaire composé sur le poème "Heureux qui comme Ulysse" de Du Bellay

Commentaire composé sur le poème "Heureux qui comme Ulysse" de Du Bellay

Photo by Dario Veronesi on Unsplash
Photo by Dario Veronesi on Unsplash

Texte

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,

Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,

Et puis est retourné, plein d'usage et raison,

Vivre entre ses parents le reste de son âge !

 

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village

Fumer la cheminée, et en quelle saison

Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,

Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?

 

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,

Que des palais Romains le front audacieux,

Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine :

 

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,

Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,

Et plus que l'air marin la doulceur angevine.

 

Joachim du Bellay, Les Regrets


Pour maîtriser les figures de style je vous recommande de lire ce livre


Commentaire composé

Comment la forme fixe du sonnet permet-elle à Joachim du Bellay de dénoncer la société romaine à travers un poème élégiaque ?

 

I Un poème élégiaque

 

  1. Un poème chargé d’émotions

 

“Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village

Fumer la cheminée, et en quelle saison

Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,

Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?” : Du Bellay regrette d’avoir dû quitter son village et sa maison pour se rendre auprès de son oncle cardinal à Rome. Dans ce deuxième quatrain, il fait l’éloge de la simplicité. La question rhétorique montre qu’il délibère.




  1. La référence aux héros de l’Antiquité

 

Du Bellay choisit d’évoquer les héros de l’Antiquité dans le premier quatrain car en tant que fondateur de la pléiade, il revendique l’Antiquité comme berceau de la civilisation européenne. Les rimes embrassées viennent renforcer cette image sécurisante du berceau.

 

“Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage” : Du Bellay enjolive le périple d’Ulysse, qui a été très long et très douloureux.

 

“Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,

Et puis est retourné, plein d'usage et raison,

Vivre entre ses parents le reste de son âge !” : Du Bellay déforme encore une fois les aventures d’un héros de l’Antiquité. En effet, l’histoire de Jason est tragique puisqu’il a conquit la toison grâce à la magie de Médée, il l’a épousé par raison mais après être tombé amoureux d’une autre femme, il l’a répudiée ce qui a eu pour conséquence que Médée est devenue folle de jalousie et a assassiné leurs enfants pour se venger. Donc nous pouvons dire que Du Bellay nous livre sa propre version du mythe de Jason qui, dans Les Métamorphoses d’Ovide, demande à Médée de ressusciter son père, or, cette pratique de magie noire interdite n’est pas “raisonnable”.



II Une critique de Rome

 

  1. Une opposition entre les quatrains et les tercets

 

Les quatrains posent le cadre de son élégie : il se réfère à l’Antiquité pour justifier sa mélancolie. Ensuite, les tercets développent une critique de la société romaine à travers une comparaison entre la Touraine et Rome. Cette opposition entre les idées évoquées dans les quatrains et celles développées dans les tercets est inhérente à la structure du sonnet.



  1. Une opposition entre la France et Rome

 

L’utilisation des rimes embrassées dans le deuxième quatrain qui est centré sur l’évocation de la France insiste sur l’aspect maternel et sécurisant de son pays natal.

 

L’opposition entre la France et Rome est soulignée de façon radicale par les césures à l’hémistiche dans le dernier tercet. La supériorité morale de la France n’est que suggérée à travers l’évocation de détails géographiques qu’un lecteur cultivé du XVIème siècle saura interpréter.


Écrire commentaire

Commentaires : 0