Commentaire composé de la tirade de Pyrrhus dans Andromaque de Racine acte III scène 7

Commentaire composé de la tirade de Pyrrhus dans Andromaque de Racine acte III scène 7

Photo by Gift Habeshaw on Unsplash
Photo by Gift Habeshaw on Unsplash

Texte

Pyrrhus, Andromaque, Céphise

 

Pyrrhus continue.

 

Madame, demeurez.

On peut vous rendre encor ce fils que vous pleurez.

Oui, je sens à regret qu'en excitant vos larmes

Je ne fais contre moi que vous donner des armes.

Je croyais apporter plus de haine en ces lieux.

Mais, Madame, du moins tournez vers moi les yeux :

Voyez si mes regards sont d'un juge sévère,

S'ils sont d'un ennemi qui cherche à vous déplaire.

Pourquoi me forcez-vous vous-même à vous trahir ?

Au nom de votre fils, cessons de nous haïr.

A le sauver enfin c'est moi qui vous convie.

Faut-il que mes soupirs vous demandent sa vie ?

Faut-il qu'en sa faveur j'embrasse vos genoux ?

Pour la dernière fois, sauvez-le, sauvez-vous.

Je sais de quels serments je romps pour vous les chaînes,

Combien je vais sur moi faire éclater de haines.

Je renvoie Hermione, et je mets sur son front,

Au lieu de ma couronne, un éternel affront.

Je vous conduis au temple où son hymen s'apprête,

Je vous ceins du bandeau préparé pour sa tête.

Mais ce n'est plus, Madame, une offre à dédaigner :

Je vous le dis, il faut ou périr ou régner.

Mon coeur, désespéré d'un an d'ingratitude,

Ne peut plus de son sort souffrir l'incertitude.

C'est craindre, menacer et gémir trop longtemps.

Je meurs si je vous perds, mais je meurs si j'attends.

Songez-y : je vous laisse, et je viendrai vous prendre

Pour vous mener au temple où ce fils doit m'attendre.

Et là vous me verrez, soumis ou furieux,

Vous couronner, Madame, ou le perdre à vos yeux.

 

Racine, Andromaque


Pour bien comprendre le tragique je vous recommande de lire ce livre


Commentaire composé

En quoi cette scène est-elle tragique?

 

I) Un double discours tragique sur le plan politique

 

Dans le début de la scène nous comprenons que Pyrrhus demande à Andromaque de rester dans la pièce pour pouvoir lui parler : “Madame, demeurez.” Nous savons donc que cette scène se jouera entre Andromaque et Pyrrhus. De plus  Pyrrhus rappelle à Andromaque qu’il est toujours roi et qu’il a le pouvoir de lui rendre son fils : “On peut vous rendre encor ce fils que vous pleurez”. Néanmoins Pyrrhus fait part de sa souffrance en expliquant qu’il ne peut pas la voir souffrir  : “Oui, je sens à regret qu'en excitant vos larmes Je ne fais contre moi que vous donner des armes.” En plus de le faire souffrir celle-ci lui fait perdre la raison. Pyrrhus explique que ses premières intentions étaient de la faire souffrir en venant ici mais il la demande en mariage : “Je croyais apporter plus de haine en ces lieux. Mais, Madame, du moins tournez vers moi les yeux :” Nous comprenons que les devoirs de Pyrrhus seraient de remettre Astyanax aux Grecs et de la traiter comme une esclave de guerre : “Au nom de votre fils, cessons de nous haïr.”

Ensuite Pyrrhus nous fait part d’une série de questions rhétoriques:“A le sauver enfin c'est moi qui vous convie. Faut-il que mes soupirs vous demandent sa vie ?” car bien qu’Andromaque soit présente sur scène et que Pyrrhus s’adresse directement à elle, il sait bien (et le spectateur aussi), qu’Andromaque ne répondra pas favorablement à sa demande. Cette tirade a donc des caractéristiques du monologue délibératif puisque ce sont des questions que Pyrrhus se pose avant tout à lui-même car il n’arrive pas à se résoudre à exécuter Astyanax et donc à perdre définitivement Andromaque. Il est face à un choix impossible et semble sombrer dans la folie puisqu’il est prêt à répudier Hermione en dépit de ce que lui impose son rang et son honneur : “Je renvoie Hermione, et je mets sur son front, Au lieu de ma couronne, un éternel affront.”

Pyrrhus fait comprendre à Andromaque tous les sacrifices qu’il est prêt à entreprendre pour l'épouser:“Je sais de quels serments je romps pour vous les chaînes, Combien je vais sur moi faire éclater de haines.”  Ici Racine utilise une métaphore pour indiquer que pyrrhus romps les “chaînes” de ses serments mais aussi les “chaînes” d’Andromaque qui est prisonnière et à qui il propose de devenir reine : “Je vous le dis, il faut ou périr ou régner.” Pyrrhus indique aussi qu’en sacrifiant son honneur de nombreuses personnes deviendront ses ennemis dont hermione qu’il devait épouser:“Je vous conduis au temple où son hymen s'apprête, Je vous ceins du bandeau préparé pour sa tête.” Nous comprenons désormais que Pyrrhus veut remplacer Hermione par Andromaque. Finalement Pyrrhus soumet Andromaque au choix ultime entre garder son fils et l’épouser ou mourir : “Songez-y : je vous laisse, et je viendrai vous prendre Pour vous mener au temple où ce fils doit m'attendre. Et là vous me verrez, soumis ou furieux, Vous couronner, Madame, ou le perdre à vos yeux.”

 

Ainsi nous avons vu que ce qui va toujours empeche Pyrrhus de faire le “bon” choix par rapport à son devoir c’est sa passion amoureuse pour Andromaque.



II) Un personnage tragique à cause de sa passion amoureuse

 

Pyrrhus implore Andromaque de rester car malgré son statut de roi et le statut d’esclave d’Andromaque, Pyrrhus la considère toujours comme une princesse d’ou son ordre très poli :“Madame, demeurez” Pyrrhus se place en position d’infériorité devant  Andromaque a cause de son amour. Cet ordre sonne plutôt comme une supplication.

Après avoir indiqué qu’il avait tout le pouvoir sur elle Pyrrhus dit qu’elle a tout le pouvoir sur lui : “Oui, je sens à regret qu'en excitant vos larmes Je ne fais contre moi que vous donner des armes.” Cependant lui, aime véritablement Andromaque et il ne veut pas la faire souffrir c’est pourquoi il la supplie d’accepter sa demande en mariage.Pyrrhus montre à Andromaque sa vulnérabilité quand il est en face d’elle car d‘un côté il voudrait la faire souffrir pour qu’elle accepte sa demande mais de l’autre côté cela lui est impossible car il l’aime sincèrement: “Je croyais apporter plus de haine en ces lieux. Mais, Madame, du moins tournez vers moi les yeux”Pyrrhus tente de démontrer à Andromaque qu’il n’est pas son ennemi mais qu’il est réellement sincère: “Voyez si mes regards sont d'un juge sévère, S'ils sont d'un ennemi qui cherche à vous déplaire.” Pyrrhus tente de faire cesser les hostilités avec Andromaque en l’implorant de l’épouser si elle aime réellement son fils:“Au nom de votre fils, cessons de nous haïr.” Pyrrhus fait part de son impatience car il sait que malgré tout ce qu’il dit la situation ne va pas changer. Il lui demande de se sauver en sauvant son fils: “Faut-il qu'en sa faveur j'embrasse vos genoux ? Pour la dernière fois, sauvez-le, sauvez-vous.”Cependant c’est Pyrrhus qui demande à être sauvé de l'indifférence d’Andromaque qui lui occasionne une souffrance pire que la mort.

Nous ressentons le désespoir de Pyrrhus qui endure depuis longtemps cette amour qu’il a pour Andromaque et nous ressentons aussi qu’il ne pourra plus continuer longtemps comme ceci : “Mon coeur, désespéré d'un an d'ingratitude, Ne peut plus de son sort souffrir l'incertitude.” Pyrrhus parle de l’incertitude d’Andromaque alors que c’est lui qui est incertain dans les décisions qu’il entreprend. Pyrrhus continue à parler de son sort misérable car il a la mort pour seule option.“C'est craindre, menacer et gémir trop longtemps. Je meurs si je vous perds, mais je meurs si j'attends.”  Cela fait trop longtemps qu’il souffre de l'indifférence d’Andromaque.

 

Pour Conclure cette scène qui est censée être un dialogue entre Andromaque et Pyrrhus se résulte en le monologue délibératif d’un homme souffrant pour une femme et ne sachant pas ce qui est plus important, son devoir en tant que roi, ou bien son devoir en tant qu’homme amoureux. Cette scène est très intéressante car nous pouvons très bien ressentir le caractère du personnage tragique qu’est Pyrrhus. Ce personnage qui ne peut pas être exaucé  nous fait ressentir de la pitié car il est prêt à tous les sacrifices pour épouser Andromaque alors que celle-ci est déterminée à honorer la mémoire de son défunt mari.


Écrire commentaire

Commentaires: 0