Commentaire composé sur Les Caractères de La Bruyère, "Nicandre"

Commentaire composé sur Les Caractères de La Bruyère, "Nicandre"

Photo by Cristina Gottardi on Unsplash
Photo by Cristina Gottardi on Unsplash

Texte

Les Caractères, La Bruyère (1688-1696)

Chapitre V, « De la Société et de la conversation »

« Nicandre »



   Nicandre s'entretient avec Elise de la manière douce et complaisante dont il a vécu avec sa femme, depuis le jour qu'il en fit le choix jusques à sa mort ; il a déjà dit qu'il regrette qu'elle ne lui ait pas laissé des enfants, et il le répète ; il parle des maisons qu'il a à la ville, et bientôt d'une terre qu'il a à la campagne : il calcule le revenu qu'elle lui rapporte, il fait le plan des bâtiments, en décrit la situation, exagère la commodité des appartements, ainsi que la richesse et la propreté des meubles ; il assure qu'il aime la bonne chère, les équipages; il se plaint que sa femme n'aimait point assez le jeu et la société. "Vous êtes si riche, lui disait l'un de ses amis, que n'achetez-vous cette charge ? Pourquoi ne pas faire cette acquisition qui étendrait votre domaine ? On me croit, ajoute-t-il, plus de bien que je n'en possède." Il n'oublie pas son extraction et ses alliances : Monsieur le Surintendant, qui est mon cousin ; Madame la Chancelière, qui est ma parente ; voilà son style. Il raconte un fait qui prouve le mécontentement qu'il doit avoir de ses plus proches, et de ceux même qui sont ses héritiers: "Ai-je tort ? dit-il à Elise ; ai-je grand sujet de leur vouloir du bien ?" et il l'en fait juge. Il insinue ensuite qu'il a une santé faible et languissante, et il parle de la cave où il doit être enterré. Il est insinuant, flatteur, officieux à l'égard de tous ceux qu'il trouve auprès de la personne à qui il aspire. Mais Elise n'a pas le courage d'être riche en l'épousant. On annonce, au moment qu'il parle, un cavalier, qui de sa seule présence démonte la batterie de l'homme de ville : il se lève déconcerté et chagrin, et va dire ailleurs qu'il veut se remarier.

Commentaire composé

 

I Un faux portrait caricatural

 

Dans ce texte, il y a énormément d'exagérations, donc on ne peut pas croire que ce personnage est réel et c’est pourquoi il apparaît comme une caricature. Quand le narrateur nous dit, “ il  exagère la commodité des appartements, ainsi que la richesse et la propreté des meubles”, on voit en Nicandre l’archétype du parvenu.

 

“"Vous êtes si riche, lui disait l'un de ses amis, que n'achetez-vous cette charge ? Pourquoi ne pas faire cette acquisition qui étendrait votre domaine ? On me croit, ajoute-t-il, plus de bien que je n'en possède."” : Le faux discours introduit dans le récit apporte de l’emphase qui ridiculise encore une fois le personnage.

“Il n'oublie pas son extraction et ses alliances : Monsieur le Surintendant, qui est mon cousin ; Madame la Chancelière, qui est ma parente ; voilà son style.”: ici le narrateur fait preuve d’ironie en employant le mot “extraction” dans une acception inhabituelle puisqu’on évoque la richesse au lieu des origines modestes qu’on attendrait après une telle expression.

 

“Il insinue ensuite qu'il a une santé faible et languissante, et il parle de la cave où il doit être enterré”: ici, le personnage exagère quand il évoque son tombeau et veut susciter de la pitié au sujet de sa santé.

 

“Il est insinuant, flatteur, officieux” : l’accumulation de défauts nous confirme qu’il s’agit bien ici pour La Bruyère de dresser un portrait caricatural des mondains qui pullulent à la cour.


Écrire commentaire

Commentaires: 0