Commentaire composé sur le poème "La Forêt" de Chateaubriand

Commentaire composé sur le poème "La Forêt" de Chateaubriand

Photo by Alex Gorham on Unsplash
Photo by Alex Gorham on Unsplash

Texte

François-René de CHATEAUBRIAND, « La Forêt », Œuvres complètes, 1828.

[Ce poème de jeunesse a été publié dans la revue Les Annales romantiques en 1828.]

 

Forêt silencieuse, aimable solitude,

Que j’aime à parcourir votre ombrage ignoré !

Dans vos sombres détours, en rêvant égaré,

J’éprouve un sentiment libre d’inquiétude1 !

Prestiges2 de mon cœur ! je crois voir s’exhaler

Des arbres, des gazons une douce tristesse :

Cette onde que j’entends murmure avec mollesse,

Et dans le fond des bois semble encor m’appeler.

Oh ! que ne puis-je, heureux, passer ma vie entière

Ici, loin des humains !… Au bruit de ces ruisseaux,

Sur un tapis de fleurs, sur l’herbe printanière,

Qu’ignoré je sommeille à l’ombre des ormeaux !

Tout parle, tout me plaît sous ces voûtes tranquilles ;

Ces genêts, ornements d’un sauvage réduit3,

Ce chèvrefeuille atteint d’un vent léger qui fuit,

Balancent tour à tour leurs guirlandes mobiles.

Forêts, dans vos abris gardez mes vœux offerts !

A quel amant jamais serez-vous aussi chères ?

D’autres vous rediront des amours étrangères ;

Moi de vos charmes seuls j’entretiens les déserts.

 

1. Libre d’inquiétude : libéré de toute inquiétude.

2. Prestiges : au sens ici d'illusion.

 

3. Un sauvage réduit : un abri sauvage.


Pour bien comprendre le romantisme je vous recommande de lire ce livre


Commentaire composé

 

Comment Chateaubriand exprime t-il sa solitude dans ce poème romantique ?



I La nature comme refuge de la solitude du poète

 

Forêt silencieuse, aimable solitude, Que j’aime à parcourir votre ombrage ignoré !” : Le poète nous livre dès le premier vers, son affection pour la nature et son calme préservé car peu de personnes vont s’y promener. De plus la forêt est symboliquement un lieu où l’on se perd pour mieux se retrouver.

 

“Dans vos sombres détours, en rêvant égaré, J’éprouve un sentiment libre d’inquiétude1 !” La présence d’une allitération en [r] souligne la difficulté du poète à se fondre dans un monde qui ne lui correspond pas et qui donc cherche refuge dans la nature.  

 

“ombrage” et “sombres” : Le champ lexical de l’obscurité est très important pour les romantiques car la nuit c’est le lieu où l’on est caché et protégé.

 

“Oh ! que ne puis-je, heureux, passer ma vie entière Ici, loin des humains !” Le rejet ligne 9-10 met en exergue son désir explicite de solitude.

 

“Au bruit de ces ruisseaux, Sur un tapis de fleurs, sur l’herbe printanière, Qu’ignoré je sommeille à l’ombre des ormeaux !” : La nature est comme un refuge pour le poète, où il peut se reposer à l’abri des regards et où tout semble beau comme dans un rêve car il se sent en sécurité.

 

“Tout parle, tout me plaît sous ces voûtes tranquilles ; Ces genêts, ornements d’un sauvage réduit3,” : Ces vers nous montrent que le poète comprend le langage secret de la nature. Cette idée sera reprise par Baudelaire dans son poème “Correspondances” où il écrira : “La nature est un temple où de vivants piliers laissent parfois sortir de confuses paroles ; L'homme y passe à travers des forêts de symboles Qui l'observent avec des regards familiers.”

 

“Forêts, dans vos abris gardez mes vœux offerts ! A quel amant jamais serez-vous aussi chères ?” Le poète trouve dans la nature une compagne tellement sécurisante, qu’il décide de s’unir avec elle en prononçant des “voeux” comme pour sceller cette union sacrée.

 

 

“D’autres vous rediront des amours étrangères ; Moi de vos charmes seuls j’entretiens les déserts.” : Le poète exprime sa jalousie dans ces deux derniers vers. Il se met avant et s’adresse à la nature qui est personnifiée pour montrer son admiration d’amoureux transi.



II Le Paysage état-d’âme

 

“Prestiges2 de mon cœur ! je crois voir s’exhaler Des arbres, des gazons une douce tristesse :” : Le paysage reflète l’état d’âme du poète dont les émotions sont si intenses qu’il ne peut les contenir. Cela crée une impression de fusion avec la nature qui semble comprendre le poète.

 

La ponctuation expressive montre l’exaltation du poète. “Prestiges2 de mon cœur !” La césure à l’hémistiche au vers 5 permet de mettre en valeur le mot qui est a gauche donc coeur, cela appuie donc sur les sentiments qu’il ressent lorsqu’il est en contact avec la nature.

 

“Cette onde que j’entends murmure avec mollesse, Et dans le fond des bois semble encor m’appeler.” : Dans la littérature, l’eau symbolise les émotions. Ici nous voyons que le poète se sent apaisé lorsqu’il se trouve dans la forêt car l’eau coule doucement. La voix de la nature personnifiée fait écho aux sentiments du poète.


Écrire commentaire

Commentaires: 0