Commentaire composé sur le poème "Nuit Rhénane" de Guillaume Apollinaire

Commentaire composé sur le poème "Nuit Rhénane" de Guillaume Apollinaire

Photo by Thomas Habr on Unsplash
Photo by Thomas Habr on Unsplash

Texte

Nuit rhénane

 

Mon verre est plein d'un vin trembleur comme une flamme

Écoutez la chanson lente d'un batelier

Qui raconte avoir vu sous la lune sept femmes

Tordre leurs cheveux verts et longs jusqu'à leurs pieds

 

Debout chantez plus haut en dansant une ronde

Que je n'entende plus le chant du batelier

Et mettez près de moi toutes les filles blondes

Au regard immobile aux nattes repliées

 

Le Rhin le Rhin est ivre où les vignes se mirent

Tout l'or des nuits tombe en tremblant s'y refléter

La voix chante toujours à en râle-mourir

Ces fées aux cheveux verts qui incantent l'été

 

Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire

 

 

Guillaume Apollinaire (1880 - 1918), Alcools


Pour reconnaître les figures de style je vous recommande de lire ce livre


Commentaire composé

Introduction: 

 

Apollinaire est très connu pour sa modernité dans la forme de ses poèmes. Dans “Nuit rhénane”, il compose un poème sans ponctuation qui se met au service du thème de l’ivresse. Ainsi nous nous demanderons quel est l’impact du thème de l’ivresse sur ce poème ? Nous verrons dans un premier temps la parole ivre amène toute la modernité à ce poème, puis nous développerons sur l’ivresse qui transporte lecteur et poète dans un monde nouveau et surnaturel.

 

I La parole ivre (la modernité)

a) Le motif de l’ivresse (la modernité du thème)

-champ lexical de l’ivresse

 

“Mon verre est plein d'un vin trembleur” : Le poème s’ouvre sur le thème de l’ivresse avec la présence du vin. Le terme “trembleur” n’est pas réellement destiné au vin mais plutôt à l’auteur donc la main tremble entraînant le facillement du verre. 

 

“le Rhin est ivre” : L’ivresse du poète entraîne l’ivresse de tout ce qui l’entoure. 

 

“Mon verre” : Ce thème clôt le poème avec le verre, représentant du vin qui se brise comme pour mettre fin à ce rêve. 

 

“tremblant” : Par ailleurs, on note l’utilisation du champ lexical du tremblement relatif à l’état physique du poète.

 

“râle-mourir” : L’ivresse l’incite à inventer des mots. 

 

 

-motif de la boucle

 

“Écoutez la chanson lente d'un batelier”, “Que je n'entende plus le chant du batelier” : On remarque la présence du batelier au deuxième vers de la strophe 1 et 2. Ainsi ils ont la même place dans les strophes ce qui donne une impression de boucle comme si l’auteur tournait en rond. 

 

“Qui raconte avoir vu sous la lune sept femmes Tordre leurs cheveux verts et longs jusqu'à leurs pieds”, “Et mettez près de moi toutes les filles blondes Au regard immobile aux nattes repliées”, “Ces fées aux cheveux verts qui incantent l'été” : Cette notion de boucle est confirmée par l’évocation des femmes dans les derniers vers de chaque strophe. 

 

 

-thème du miroir

 

“Tout l'or des nuits tombe en tremblant s'y refléter” : “L’or des nuits” représente ici les étoiles, ces étoiles qui semblent tomber sont en fait leur propre reflet dans le Rhin où l’eau les met en mouvement ce qui renforce encore le terme du tremblement. 

 

 

 

b) La disparition de la ponctuation comme signe que le poète n’a plus aucune retenue vis à vis des règles (la modernité de la forme)

 

-mime la sinuosité du Rhin, le mouvement du bateau et la titubation du poète

 

La particularité de ce poème est aussi dans sa forme puisqu’il ne présente aucune ponctuation. 

 

“Le Rhin le Rhin” : L’absence de ponctuation peut représenter la sinuosité du Rhin. En effet, ce dernier étant un fleuve, il est libre de son mouvement comme le poète s’affranchit de toutes les règles poétiques. 

 

“d'un batelier” : Le poète, ivre, est sur un bateau en mouvement,  lui-même sur un fleuve sinueux. L’absence de ponctuation se met donc au service de ce mouvement qui fait faciller le poète. 

 

“d'un vin trembleur” : Cette absence permet aussi de représenter la titubation du poète ivre qui voit le monde bouger comme les étoiles qui tombent par exemple.  

 

 

-crée une musique incantatoire, envoutante

La présence d’une assonance en [i] envoûte le lecteur puisque ce son représente l’écoulement du fleuve comme l’écoulement du vin. 

 

Il y a aussi une allitération en [t] qui est un son plus brut qui reproduit le bruit du moteur du bateau.

 

Le poème se termine sur une assonance en [é] qui fait sortir le poète de son rêve : “s'est brisé”, “éclat”.

 

 

II L’ivresse nous emmène du naturel vers le surnaturel

a) Un poème lyrique

-expérience vécue

Ce poème est en fait une expérience personnelle vécue par l’auteur. 

 

“les filles blondes” : Ce dernier relate son voyage en Allemagne comme nous le prouve le cliché des filles blondes.

 

“Ces fées aux cheveux verts”, “leurs cheveux verts”: La couleur de cheveux des femmes peut représenter deux choses, soit le paysage allemand dont la couleur prédominante est le vert soit la couleur des vignes vertes qui se reflètent dans le fleuve. 

 

“Mon verre est plein d'un vin trembleur comme une flamme Écoutez la chanson lente d'un batelier Qui raconte avoir vu sous la lune sept femmes Tordre leurs cheveux verts et longs jusqu'à leurs pieds” : La première strophe de ce poème semble douce et mélancolique. Il donne l’impression d’un poète triste. 

 

“Debout chantez plus haut en dansant une ronde Que je n'entende plus le chant du batelier Et mettez près de moi toutes les filles blondes Au regard immobile aux nattes repliées” : Ainsi dans la deuxième strophe, le poète veut trouver une certaine joie en recouvrant ce filet de tristesse. Il demande donc plus de musique et souhaite avoir autour de lui toutes les femmes,  ainsi il pourra être gai. 

 

 

b) La puissance créatrice de la poésie (poiesis) et le surréalisme qui -nous transporte dans un monde nouveau

 

“Ces fées aux cheveux verts qui incantent l'été” : Le poète semble dans son monde aux allures surnaturelles comme le prouve la présence de fées. 

 

“Au regard immobile aux nattes repliées” : Dans ce monde qui lui appartient, il crée ce qui lui plaît et il répond à ses désirs comme celui d’avoir autour de lui toutes les femmes allemandes qui sont ici représentées comme des poupées qui sont une spécialité allemande. 

 

 

-synesthésie

“comme une flamme” : Il relate ses émotions comme la flamme qui tremble autant que sa main et qui représente ainsi les mouvements de son coeur.

 

“un éclat de rire” : L’ivresse lui procure des émotions comme cet éclat de rire qui vient clôturer ce poème. 

 

“Écoutez”, “vu”, “un vin” : Le sens du goût entraîne des modifications auditives et visuelles chez le poète qui semble transporté dans un monde nouveau où règne le surnaturel. 

 

 

Conclusion : 

 

Ainsi Apollinaire, ivre, retranscrit dans ce poème ses sensations à travers des souvenirs qui le rendent aussi bien mélancolique que joyeux mais qui l’invitent surtout au tremblement.

Dans le poème intitulé “Ma bohème”, Rimbaud nous transporte dans un voyage entre errance et mélancolie. 

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0