Commentaire composé sur Les Maximes de La Rochefoucauld, "De l'amour" 68 à 77

Commentaire composé sur Les Maximes de La Rochefoucauld, "De l'amour" 68 à 77

Photo by andrew welch on Unsplash
Photo by andrew welch on Unsplash

Texte

--- 68 --- 
  
 

Il est difficile de définir l'amour. Ce qu'on en peut dire est que dans l'âme c'est une passion de régner, dans les esprits c'est une sympathie, et dans le corps ce n'est qu'une envie cachée et délicate de posséder ce que l'on aime après beaucoup de mystères. 
  
 

--- 69 --- 
  
 

S'il y a un amour pur et exempt du mélange de nos autres passions, c'est celui qui est caché au fond du coeur, et que nous ignorons nous-mêmes. 
  
 

--- 70 --- 
  
 

Il n'y a point de déguisement qui puisse longtemps cacher l'amour où il est, ni le feindre où il n'est pas. 
  
 

--- 71 --- 
  
 

Il n'y a guère de gens qui ne soient honteux de s'être aimés quand ils ne s'aiment plus. 
  
 

--- 72 --- 
  
 

Si on juge de l'amour par la plupart de ses effets, il ressemble plus a la haine qu'à l'amitié. 
  
 

--- 73 --- 
  
 

On peut trouver des femmes qui n'ont jamais eu de galanterie; mais il est rare d'en trouver qui n'en aient jamais eu qu'une. 
  
 

--- 74 --- 
  
 

Il n'y a que d'une sorte d'amour, mais il y en a mille différentes copies 
  
 

--- 75 --- 
  
 

L'amour aussi bien que le feu ne peut subsister sans un mouvement continuel; et il cesse de vivre dès qu'il cesse d'espérer ou de craindre. 
  
 

--- 76 --- 
  
 

Il est du véritable amour comme de l'apparition des esprits tout le monde en parle, mais peu de gens en ont vu. 
  
 

--- 77 --- 
  
 

L'amour prête son nom à un nombre infini de commerces qu'on lui attribue, et où il n'a non plus de part que le Doge à ce qui se fait à Venise. 
  

Commentaire composé

Les Maximes de La Rochefoucauld

68 à 77 « L’amour »

 

C’est un travail sur l’écart entre un mot et des réalités. La Rochefoucauld démythifie l’amour. L’amour pur existe-t-il ? Et si oui où faut-il le chercher ?

Les Maximes se présentent comme une volonté de percer les arcanes de la réalité qui se dérobent à l’œil. Mais comme La Rochefoucauld passe du concept à un référent triple, il trouble le lecteur.

Dans la M 68 La Rochefoucauld analyse physiologiquement l’amour sans faire référence à la réciprocité : « Il est difficile de définir l'amour. Ce qu'on en peut dire est que dans l'âme c'est une passion de régner, dans les esprits c'est une sympathie, et dans le corps ce n'est qu'une envie cachée et délicate de posséder ce que l'on aime après beaucoup de mystères. » 

Mais avec l’alliance des mots « délicate » et « mystère » on se demande si c’est une définition positive ou négative de l’amour.

Dans la M 72 : « Si on juge de l'amour par la plupart de ses effets, il ressemble plus à la haine qu'à l'amitié. » avec le terme ressemble à La Rochefoucauld passe du critère scientifique au critère poétique.

En le rapprochant de la M 83 : « Ce que les hommes ont nommé amitié n'est qu'une société, qu'un ménagement réciproque d'intérêts, et qu'un échange de bons offices ; ce n'est enfin qu'un commerce où l'amour-propre se propose toujours quelque chose à gagner. » on voit que La Rochefoucauld associe l’amitié au calcul, donc le rapport amour / haine exclut le calcul, mais ce sont quand même 2 passions.

La M 73 : « On peut trouver des femmes qui n'ont jamais eu de galanterie ; mais il est rare d'en trouver qui n'en aient jamais eu qu'une. » et la M 74 : « Il n'y a que d'une sorte d'amour, mais il y en a mille différentes copies. » ont des parallélismes syntaxiques, entre le simple et la pluralité. 

Au 17ème s. l’idée de pureté c’est l’unité par opposition à la diversité. L’unicité c’est la seule véritable valeur  l’empressement des femmes à avoir beaucoup d’amants est donc coupable puisque ce n’est qu’une manifestation de leur amour-propre. 

D’où la M 77 : « L'amour prête son nom à un nombre infini de commerces qu'on lui attribue, et où il n'a non plus de part que le Doge à ce qui se fait à Venise. »

Dans la M 76 : « Il est du véritable amour comme de l'apparition des esprits : tout le monde en parle, mais peu de gens en ont vu. » La Rochefoucauld aborde le vif du sujet : le véritable amour, mais il prend un ton ironique pour déprécier les gens qui se vantent d’être amoureux alors qu’ils ne font que satisfaire leur amour-propre.

Toutefois, quelqu’un de sage saura reconnaître le véritable amour car M 70 : «Il n'y a point de déguisement qui puisse longtemps cacher l'amour où il est, ni le feindre où il n'est pas. » 

Et selon La Rochefoucauld c’est dans le cœur que se cache le véritable amour M 69 : « S'il y a un amour pur et exempt du mélange de nos autres passions, c'est celui qui est caché au fond du coeur, et que nous ignorons nous-mêmes. » 

Mais la fin de la maxime que nous ignorons nous-mêmes dit qu’on ne peut pas l’avoir car si on le reconnaît on va immédiatement le déformer. Il n’y aurait donc la possibilité d’un sentiment vrai qu’en dehors de la conscience et du langage. 

 Il ne nous appartient pas à la fois d’être amoureux et d’être conscient.

De plus il ne suffit pas de trouver l’amour et de le reconnaître, il faut aussi être capable de le faire vivre : M 75 : « L'amour aussi bien que le feu ne peut subsister sans un mouvement continuel ; et il cesse de vivre dès qu'il cesse d'espérer ou de craindre. » 

La Rochefoucauld montre avec le verbe subsister que l’amour est fragile mais qu’il existe. 

 Un amour ne peut vivre que s’il est angoissé, s’il n’est pas angoissé c’est qu’il est mort.

Et une fois que l’amour est mort, l’amour-propre triomphe M 71 : « Il n'y a guère de gens qui ne soient honteux de s'être aimés quand ils ne s'aiment plus. » 

 C’est une morale déceptive et déprimante.


Écrire commentaire

Commentaires: 0