Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, Acte II scène 6 L'aveu de Cyrano à Roxane, texte et commentaire composé

Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, Acte II scène 6 L'aveu de Cyrano à Roxane, texte et commentaire composé

Texte

Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, acte II scène 6

 

Cyrano.

 

Non. Laissez. Mais vous, dites la chose

Que vous n’osiez tantôt me dire…

 

Roxane, sans quitter sa main.

 

À présent j’ose,

Car le passé m’encouragea de son parfum !

Oui, j’ose maintenant. Voilà. J’aime quelqu’un.

 

Cyrano.

 

Ah !…

 

Roxane.

 

Qui ne le sait pas d’ailleurs.

 

Cyrano.

 

Ah !…

 

Roxane.

 

Pas encore.

 

Cyrano.

 

Ah !…

 

Roxane.

 

Mais qui va bientôt le savoir, s’il l’ignore.

 

Cyrano.

 

Ah !…

 

Roxane.

 

Un pauvre garçon qui jusqu’ici m’aima

Timidement, de loin, sans oser le dire…

 

Cyrano.

 

Ah !…

 

Roxane.

 

Laissez-moi votre main, voyons, elle a la fièvre.-

Mais moi j’ai vu trembler les aveux sur sa lèvre.

 

Cyrano.

 

Ah !…

 

Roxane, achevant de lui faire un petit bandage avec son mouchoir.

 

Et figurez-vous, tenez, que, justement

Oui, mon cousin, il sert dans votre régiment !

 

Cyrano.

 

Ah !…

 

Roxane, riant.

 

Puisqu’il est cadet dans votre compagnie !

 

Cyrano.

 

Ah !…

 

Roxane.

 

Il a sur son front de l’esprit, du génie,

Il est fier, noble, jeune, intrépide, beau…

 

Cyrano, se levant tout pâle.

 

Beau !

 

Roxane.

 

Quoi ? Qu’avez-vous ?

 

Cyrano.

 

Moi, rien… c’est… c’est…

(Il montre sa main, avec un sourire.)

 

C’est ce bobo.

 

Roxane.

 

Enfin, je l’aime. Il faut d’ailleurs que je vous dise

Que je ne l’ai jamais vu qu’à la Comédie…

 

Cyrano.

 

Vous ne vous êtes donc pas parlé ?

 

Roxane.

 

Nos yeux seuls.

 

Cyrano.

 

Mais comment savez-vous, alors ?

 

Roxane.

 

Sous les tilleuls

De la place Royale, on cause… Des bavardes

M’ont renseignée…

 

Cyrano.

 

Il est cadet ?

 

Roxane.

 

Cadet aux gardes.

 

Cyrano.

 

Son nom ?

 

Roxane.

 

Baron Christian de Neuvillette.

 

Cyrano.

 

Hein ?…

Il n’est pas aux cadets.

 

Roxane.

 

Si, depuis ce matin

Capitaine Carbon de Castel-Jaloux.

 

Cyrano.

 

Vite,

Vite, on lance son cœur !… Mais ma pauvre petite…

 

La duegne, ouvrant la porte du fond.

 

J’ai fini les gâteaux, monsieur de Bergerac !

 

Cyrano.

 

Eh bien ! lisez les vers imprimés sur le sac !

(La duègne disparaît.)

 

…Ma pauvre enfant, vous qui n’aimez que beau langage,

Bel esprit, — si c’était un profane, un sauvage.

 

Roxane.

 

Non, il a les cheveux d’un héros de d’Urfé !

 

Cyrano.

 

S’il était aussi maldisant que bien coiffé !

 

Roxane.

 

Non, tous les mots qu’il dit sont fins, je le devine !

 

Cyrano.

 

Oui, tous les mots sont fins quand la moustache est fine.

— Mais si c’était un sot !…

 

Roxane, frappant du pied.

 

Eh bien ! j’en mourrais, là !

 

Commentaire composé

Écrire commentaire

Commentaires: 0