Maupassant, La Chevelure, étude d’ensemble, lecture analytique

Maupassant, La Chevelure, étude d’ensemble, lecture analytique

Photo by Pete Bellis on Unsplash
Photo by Pete Bellis on Unsplash

Cette courte nouvelle de Maupassant est un modèle de la littérature fantastique. En effet le fantastique laisse le lecteur sur sa faim car il doit décider si ce qu'il a entendu est vrai ou surnaturel. Le personnage qui a vécu cette histoire passionnelle avec la chevelure est-il réellement fou ? ou bien la chevelure est-elle diabolique et a-t-elle pris possession de son corps et de son âme ?

Tout porte à croire que le pauvre homme est possédé par un démon. En effet il mène une vie paisible jusqu'à ses 32 ans, l’élément perturbateur étant la découverte du fauteuil qui semble littéralement l'appeler puisqu'il le regarde dans la boutique, reprend son chemin, puis se sent obligé de retourner sur ses pas pour l’acheter. Vient ensuite la péripétie au cours de laquelle il découvre la chevelure à l'intérieur du meuble. Cette chevelure qui semble vivante a tous les attraits démoniaques. On peut penser que c'est un succube, un démon femelle qui vient violer les hommes durant leur sommeil. En effet le médecin décrit le « prisonnier » comme érotomane. Et lorsque le narrateur caresse la chevelure à son tour elle lui semble aussi sensuelle qu'une femme vivante. La façon dont la chevelure se fait caressante pour que le personnage de la victime l’enroule autour de son visage et autour de son corps à la manière d'un long serpent est bien sûr une métaphore diabolique. Le personnage n'est donc pas à proprement parler fou mais par contre il est bien possédé par un démon femelle qui se cache l'intérieur de la chevelure en forme de serpent.

Écrire commentaire

Commentaires: 0