Commentaire composé sur Molière, Le Malade imaginaire, acte I scène 1, scène d'exposition

Commentaire composé sur Molière, Le Malade imaginaire, acte I scène 1, scène d'exposition

Photo by Matt Briney on Unsplash
Photo by Matt Briney on Unsplash

Texte

ARGAN, seul dans sa chambre assis, une table devant lui, compte des parties d’apothicaire avec des jetons  ; il fait parlant à lui-même les dialogues suivants.- Trois et deux font cinq, et cinq font dix, et dix font vingt. Trois et deux font cinq. "Plus, du vingt-quatrième, un petit clystère insinuatif, préparatif, et rémollient, pour amollir, humecter, et rafraîchir les entrailles de Monsieur . Ce qui me plaît, de Monsieur Fleurant mon apothicaire, c’est que ses parties sont toujours fort civiles. "Les entrailles de Monsieur, trente sols". Oui, mais, Monsieur Fleurant, ce n’est pas tout que d’être civil, il faut être aussi raisonnable, et ne pas écorcher les malades. Trente sols un lavement, je suis votre serviteur , je vous l’ai déjà dit. Vous ne me les avez mis dans les autres parties qu’à vingt sols, et vingt sols en langage d’apothicaire, c’est-à-dire dix sols ; les voilà, dix sols. "Plus dudit jour, un bon clystère détersif, composé avec catholicon  double, rhubarbe, miel rosat, et autres, suivant l’ordonnance, pour balayer, laver, et nettoyer le bas-ventre de Monsieur, trente sols ;" avec votre permission, dix sols. "Plus dudit jour le soir un julep hépatique, soporatif, et somnifère, composé pour faire dormir Monsieur, trente-cinq sols ;" je ne me plains pas de celui-là, car il me fit bien dormir. Dix, quinze, seize et dix-sept sols, six deniers. "Plus du vingt-cinquième, une bonne médecine purgative et corroborative, composée de casse récente avec séné levantin, et autres, suivant l’ordonnance de Monsieur Purgon, pour expulser et évacuer la bile de Monsieur, quatre livres." Ah ! Monsieur Fleurant, c’est se moquer, il faut vivre avec les malades. Monsieur Purgon ne vous a pas ordonné de mettre quatre francs. Mettez, mettez trois livres, s’il vous plaît. Vingt et trente sols. "Plus dudit jour, une potion anodine, et astringente, pour faire reposer Monsieur, trente sols." Bon, dix et quinze sols. "Plus du vingt-sixième, un clystère carminatif, pour chasser les vents de Monsieur, trente sols." Dix Sols, Monsieur Fleurant. "Plus, le clystère de Monsieur réitéré le soir, comme dessus, trente sols." Monsieur Fleurant, dix sols. "Plus du vingt-septième, une bonne médecine composée pour hâter d’aller, et chasser dehors les mauvaises humeurs de Monsieur, trois livres." Bon vingt, et trente sols ; je suis bien aise que vous soyez raisonnable. "Plus du vingt-huitième, une prise de petit-lait clarifié, et dulcoré, pour adoucir, lénifier, tempérer, et rafraîchir le sang de Monsieur, vingt sols." Bon, dix sols. "Plus une potion cordiale et préservative, composée avec douze grains de bézoard, sirops de limon et grenade, et autres, suivant l’ordonnance, cinq livres." Ah ! Monsieur Fleurant, tout doux, s’il vous plaît, si vous en usez comme cela, on ne voudra plus être malade, contentez-vous de quatre francs ; vingt et quarante sols. Trois et deux font cinq, et cinq font dix, et dix font vingt. Soixante et trois livres quatre sols six deniers. Si bien donc, que de ce mois j’ai pris une, deux, trois, quatre, cinq, six, sept et huit médecines ; et un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix, onze et douze lavements ; et l’autre mois il y avait douze médecines, et vingt lavements. Je ne m’étonne pas, si je ne me porte pas si bien ce mois-ci, que l’autre. Je le dirai à Monsieur Purgon, afin qu’il mette ordre à cela. Allons, qu’on m’ôte tout ceci, il n’y a personne ; j’ai beau dire, on me laisse toujours seul ; il n’y a pas moyen de les arrêter ici. (Il sonne une sonnette pour faire venir ses gens.) Ils n’entendent point, et ma sonnette ne fait pas assez de bruit. Drelin, drelin, drelin, point d’affaire. Drelin, drelin, Drelin, ils sont sourds. Toinette. Drelin, drelin, drelin. Tout comme si je ne sonnais point. Chienne, coquine, drelin, drelin, drelin ; j’enrage. (Il ne sonne plus, mais il crie.) Drelin, drelin, drelin. Carogne, à tous les diables. Est-il possible qu’on laisse comme cela un pauvre malade tout seul ! Drelin, drelin, drelin ; voilà qui est pitoyable ! Drelin, drelin, drelin. Ah ! mon Dieu, ils me laisseront ici mourir. Drelin, drelin, drelin.

Commentaire composé

I Un entretien imaginaire

 

La didascalie initiale révèle que le personnage d’Argan parle seul. Il apparaît comme un fou délirant et hypocondriaque. Même c'est domestiques le fuient et ne viennent pas lorsqu'il les sonne.

Adam imagine un entretien imaginaire avec son apothicaire. Nous assistons ainsi à une scène de théâtre dans le théâtre puisqu'Argan fait les questions et les réponses, matérialisées dans le texte par les guillemets.

Argan utilise le terme « monsieur » dans les propos simulés de l'apothicaire pour se donner de l'importance car c'est ainsi que les gens du peuple s'adressaient aux personnes d'un rang social supérieur, les nobles.

 

II Une passion absurde et comique

 

Les poèmes récurrents de ce monologue sont l’argent et la médecine. L'accumulation de lavement et autres médecines créent un effet ridicule qui souligne leur inutilité, car si les remèdes étaient efficaces, Argan serait guéri. 

Le comique du texte repose à la fois sur la démesure et sur la nature des médicaments énumérés qui sont essentiellement des lavements destinés à soulager la constipation et l’aérophagie.

 

III L’obsession du contrôle

Le malade veut contrôler son traitement en disant au médecin ce qu'il doit lui prescrire. Afin de dénigrer encore plus la médecine, Molière a nommé le médecin « Purgon », comme s'il n'était bon qu'à donner des purges ! La maladie d’Argan est donc avant tout mentale.

 

Conclusion :

 

Ainsi, cette scène d'exposition est très originale puisqu'elle ne présente que le personnage principal. Cependant tous les éléments de l'intrigue y sont exposés.


Écrire commentaire

Commentaires: 0