Lecture analytique de Maupassant, Une vie, chapitre 1, les rêves de Jeanne

Lecture analytique de Maupassant, Une vie, chapitre 1, les rêves de Jeanne

Photo by Maximilian Bruck on Unsplash
Photo by Maximilian Bruck on Unsplash

Texte

 La jeune fille s'abandonna au bonheur de respirer ; et le repos de la campagne la calma comme un bain frais.

     Toutes les bêtes qui s'éveillent quand vient le soir et cachent leur existence obscure dans la tranquillité des nuits, emplissaient les demi-ténèbres d'une agitation silencieuse. De grands oiseaux qui ne criaient point fuyaient dans l'air comme des taches, comme des ombres ; des bourdonnements d'insectes invisibles effleuraient l'oreille ; des courses muettes traversaient l'herbe pleine de rosée ou le sable des chemins déserts.

     Seuls quelques crapauds mélancoliques poussaient vers la lune leur note courte et monotone.

     Il semblait à Jeanne que son cœur s'élargissait, plein de murmures comme cette soirée claire, fourmillant soudain de mille désirs rôdeurs, pareils à ces bêtes nocturnes dont le frémissement l'entourait. Une affinité l'unissait à cette poésie vivante ; et dans la molle blancheur de la nuit, elle sentait courir des frissons surhumains, palpiter des espoirs insaisissables, quelque chose comme un souffle de bonheur.

     Et elle se mit à rêver d'amour.

     L'amour ! Il l'emplissait depuis deux années de l'anxiété croissante de son approche. Maintenant elle était libre d'aimer ; elle n'avait plus qu'à le rencontrer, lui !

     Comment serait-il ? Elle ne le savait pas au juste et ne se le demandait même pas. Il serait lui, voilà tout.

     Elle savait seulement qu'elle l'adorerait de toute son âme et qu'il la chérirait de toute sa force. Ils se promèneraient par les soirs pareils à celui-ci, sous la cendre lumineuse qui tombait des étoiles. Ils iraient, les mains dans les mains, serrés l'un contre l'autre, entendant battre leurs cœurs, sentant la chaleur de leurs épaules, mêlant leur amour à la simplicité suave des nuits d'été, tellement unis qu'ils pénétreraient aisément, par la seule puissance de leur tendresse, jusqu'à leurs plus secrètes pensées.

     Et cela continuerait indéfiniment, dans la sérénité d'une affection indescriptible. 

 

 

Extrait du chapitre 1 - Une Vie - Guy de Maupassant

Lecture analytique


Écrire commentaire

Commentaires: 0