Etude d'ensemble du conte philosophique Jeannot et Colin de Voltaire

Etude d'ensemble du conte philosophique Jeannot et Colin de Voltaire

Photo by Silvestri Matteo on Unsplash
Photo by Silvestri Matteo on Unsplash

Le récit ne s’inscrit dans aucune époque précise. La ville est présentée de façon à ne pas pouvoir être identifiée. Ces indices sont typiques des contes merveilleux qui doivent permettre à n’importe quel lecteur de rentrer facilement dans le récit et de s’identifier aux personnages.

Le portrait des deux personnages au début du récit laissent clairement entrevoir leur évolution. Ils sont stéréotypés, ce qui est caractéristique du conte philosophique.

Le débat lors du dîner chez les parents de Jeannot ridiculise les précepteurs du XVIIIème siècle qui n’enseignent rien d’utile aux enfants, pour preuve, il est décidé que Jeannot apprendra à danser !

Ce récit s’inscrit clairement dans l’époque des Lumières qui valorise les véritables sciences telles que les mathématiques. Le récit est pétri d’ironie : « un entrepreneur des hôpitaux des armées, homme d’un grand talent, et qui pouvait se vanter d’avoir tué plus de soldats en un an que le canon n’en fait périr en dix ». Grâce à l’ironie, Voltaire crée une complicité avec ses lecteurs et critique la société de son temps.

Le personnage de Jeannot devient orgueilleux et méprisant dès que sa famille devient riche, à la manière d’un courtisan parisien. Par opposition, Colin garde son bon coeur et la simplicité des gens de la campagne, ce qui lui permet de pardonner à Jeannot sa trahison. La dernière phrase « le bonheur n’est pas dans la vanité » fait office de morale. Ainsi l’on voit bien que le conte philosophique a pour fonction d’éduquer les lecteurs tout en les divertissant.

Écrire commentaire

Commentaires: 0