Commentaire composé sur Albert Camus, Les justes, Faut-il sacrifier les enfants ?

Commentaire composé sur Albert Camus, Les justes, Faut-il sacrifier les enfants ?

Photo by Caleb Woods on Unsplash
Photo by Caleb Woods on Unsplash

Texte

Albert Camus, Les justes, 1949

 

Dora : Attends ! (A Stepan) Pourrais-tu, toi, Stepan, les yeux ouverts, tirer à bout portant sur un enfant ?

Stepan : Je le pourrais si l’Organisation le commandait.

Dora : Pourquoi fermes-tu les yeux ?

Stepan : Moi ? J’ai fermé les yeux ?

Dora : Oui

Stepan : Alors, c’était pour mieux imaginer la scène et répondre en connaissance de cause.

Dora : Ouvre les yeux et comprends que l’Organisation perdrait ses pouvoirs et son influence si elle tolérait, un seul moment, que des enfants fussent broyés par nos bombes. 

Stepan : Je n’ai pas assez de cœur pour ces niaiseries. Quand nous nous déciderons à oublier les enfants, ce jour-là, nous serons les maîtres du monde et la révolution triomphera. 

Dora : Ce jour-là, la révolution sera haïe de l’humanité entière.

Stepan : Qu’importe si nous l’aimons assez fort pour l’imposer à l’humanité entière et la sauver d’elle-même et de son esclavage.

Dora : Et si l’humanité entière rejette la révolution ? Et si le peuple entier, pour qui tu luttes, refuse que ses enfants soient tués ? Faudra-t-il le frapper aussi ? 

Stepan : Oui, s’il le faut, et jusqu’à ce qu’il comprenne. Moi aussi, j’aime le peuple.

Dora : L’amour n’a pas ce visage. 

Stepan : Qui le dit ?

Dora : Moi, Dora.

Stepan : Tu es une femme et tu as une idée malheureuse de l’amour. 

Dora, avec violence : Mais j’ai une idée juste de ce qu’est la honte.

Commentaire composé

I) La thèse de Stepan

 

Tout d’abord, on peut voir que Stepan ne réfléchis pas aux actes qu’il fait, il obéit aux ordres de son commandant sans donner son opinion : “Stepan : Je le pourrais si l’Organisation le commandait.”. Ensuite il est mal à l’aise de ce comportement et essaye de fuir la conversation avec Dora, on le voit grâce à sa gestuelle : “Dora : Pourquoi fermes-tu les yeux ? Stepan : Moi ? J’ai fermé les yeux ?”.  Pareillement, il ment à Dora pour lui faire croire qu’il réfléchit alors qu’il essayait de passer à un autre sujet : “Stepan : Alors, c’était pour mieux imaginer la scène et répondre en connaissance de cause.”

À partir de cette réplique, il débute son argumentation et dit que seul compte le but, la révolution, peu importe le reste, s’il faut qu’il n’y es plus d’enfant, il n’y en auras plus: “Stepan : Je n’ai pas assez de cœur pour ces niaiseries. Quand nous nous déciderons à oublier les enfants, ce jour-là, nous serons les maîtres du monde et la révolution triomphera”. Il dit même qu’épargner les enfants c’est faire preuve de faiblesse et que la cause révolutionnaire ne peut pas s’embarrasser de sentiments. Egalement il souhaiterait imposer la révolution par la force, il se comporte tel un dictateur : “Stepan : Qu’importe si nous l’aimons assez fort pour l’imposer à l’humanité entière et la sauver d’elle-même et de son esclavage.” 

Enfin, il est sexiste et dit qu’aucune femme n’est capable de diriger le peuple car elles ont beaucoup plus de pitié que les hommes : “Stepan : Tu es une femme et tu as une idée malheureuse de l’amour.”

 

II) La thèse de Dora

 

Dora, elle, à une vision complètement différente que celle de Stepan, tout d’abord elle est réfléchie et essaye de ramener Stepan à la raison : “Dora : Attends ! (A Stepan) Pourrais-tu, toi, Stepan, les yeux ouverts, tirer à bout portant sur un enfant ?”  Elle veut que la patrie soit avec elle, et pour cela elle est d’avis qu’il ne faut pas tuer d’enfants parce qu’ils représentent l’avenir : “Dora : Ouvre les yeux et comprends que l’Organisation perdrait ses pouvoirs et son influence si elle tolérait, un seul moment, que des enfants fussent broyés par nos bombes.” De plus , elle a conscience qu’en faisant cet acte, aucune personne ne serait de leur côté et cela nuirait à leur organisation: “Dora : Ce jour-là, la révolution sera haïe de l’humanité entière.” Puis, elle est contre la violence gratuite et tente de raisonner Stepan pour éviter toute forme de violence : “Dora : Et si l’humanité entière rejette la révolution ? Et si le peuple entier, pour qui tu luttes, refuse que ses enfants soient tués ? Faudra-t-il le frapper aussi ?” Enfin, elle accuse Stepan d’être méprisable et elle perd son sang froid quand il tient ses propos sexistes : “Dora, avec violence : Mais j’ai une idée juste de ce qu’est la honte”.

Ce texte est philosophique,  il présente deux grandes idées. En premier il y  l’évocation d’une idéologie fasciste représentée par Stepan, puis celle de l’humanisme représentée par Dora. Ces deux  positions opposées nous incitent à entrer dans le débat philosophique : jusqu’où peut-on aller pour défendre une cause ?


Écrire commentaire

Commentaires: 0