Commentaire composé sur Alphonse de Lamartine, Méditations poétiques, Le vallon (extrait)

Commentaire composé sur Alphonse de Lamartine, Méditations poétiques, Le vallon (extrait)

Photo by Adrien Olichon on Unsplash
Photo by Adrien Olichon on Unsplash

Texte

Le vallon   (extrait)

Tes jours, sombres et courts comme les jours d'automne,

Déclinent comme l'ombre au penchant des coteaux ;

L'amitié te trahit, la pitié t'abandonne,

Et seule, tu descends le sentier des tombeaux.

Mais la nature est là qui t'invite et qui t'aime ;

Plonge-toi dans son sein qu'elle t'ouvre toujours

Quand tout change pour toi, la nature est la même,

Et le même soleil se lève sur tes jours.

De lumière et d'ombrage elle t'entoure encore :

Détache ton amour des faux biens que tu perds ;

Adore ici l'écho qu'adorait Pythagore,

Prête avec lui l'oreille aux célestes concerts.

Suis le jour dans le ciel, suis l'ombre sur la terre ;

Dans les plaines de l'air vole avec l'aquilon ;

Avec le doux rayon de l'astre du mystère

Glisse à travers les bois dans l'ombre du vallon.

Dieu, pour le concevoir, a fait l'intelligence :

Sous la nature enfin découvre son auteur !

Une voix à l'esprit parle dans son silence :

Qui n'a pas entendu cette voix dans son coeur ?

 

Alphonse de Lamartine, Méditations poétiques

 

Commentaire composé

I. L'éloge de la nature

 

Tout d’abord, nous allons voir que le poète fait une éloge de la nature. Tout au long de cet extrait, la nature est valorisée, et nous pouvons remarquer que la nature est personnifiée, “Mais la nature est là qui t'invite et qui t'aime ;” cette phrase montre que la nature est fiable, contrairement aux hommes. Cette même idée est renforcée par la césure à l'hémistiche, “Quand tout change pour toi, la nature est la même”. Le poète fait une référence au fameux mathématicien Pythagore, “Adore ici l'écho qu'adorait Pythagore”. Cette citation montre la nécessité de méditer pour trouver la vérité, donc de prier. Les alexandrins sont des vers solennels, une forme importante de la poésie, ce qui montre le respect de l’auteur envers Dieu, même dans sa façon d'écrire. 

 

 

II. Le blâme de la condition humaine

 

A l'éloge de la nature s’oppose le blâme de la condition humaine, qui se trouve majoritairement dans la première moitié de l’extrait. Nous pouvons voir que dans les premières lignes, le poète fait référence à la mort, “Tes jours, sombres et courts comme les jours d'automne”. Lorsque l’automne arrive, la nature meurt, le poète veut donc montrer que quand nous ne croyons pas en Dieu, notre vie n’a pas d’importance. “Et seule, tu descends le sentier des tombeaux.” Cette citation fait référence une fois de plus a la mort, mais cette fois, elle nous montre que sans Dieu, nous sommes seuls, et nous mourrons seuls. Le poète dévalorise l’homme, “Détache ton amour des faux biens que tu perds” cela montre que les hommes s’attachent à des choses materiels qui n’ont aucune importance et cette citation, “L'amitié te trahit, la pitié t'abandonne,” montre que les hommes, contrairement a Dieu ne sont pas fiables. Nous pouvons remarquer que la forme du poème joue un rôle important dans l'opposition entre les hommes et la nature, car les rimes sont croisées, ce qui suggère un conflit. 

 

 

III. Le rapprochement entre la nature et Dieu

 

Tout au long de ce poème, nous pouvons voir qu’il y a un rapprochement entre la nature et Dieu. Les dernières lignes de ce poème permet de comprendre le sens, et de voir la comparaison entre la nature et Dieu. Comme la nature est comparée à Dieu, qui est lui aussi célébré, “Mais la nature est là qui t'invite et qui t'aime”. Cela montre que Dieu pardonne aux hommes leurs erreurs. La nature, qui a été valorisée tout au long du texte a été créée par Dieu, ce qui reflète donc sa gloire, sa puissance, “Sous la nature enfin découvre son auteur !” A la fin de cet extrait, le poète se pose une question rhétorique, “Qui n'a pas entendu cette voix dans son coeur ?”  qui montre l’importance de la foi pour Lamartine. Ce dernier est un poète messianique qui se sent investi d’une mission importante auprès des hommes : celle de leur transmettre sa poésie les messages divins qu’il entend : “Prête avec lui l'oreille aux célestes concerts”. 

 

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0