Analyse du personnage de Fantine dans Hugo, Les Misérables De "La porte de la fabrique était comme un visage ami” à “Elle acheta une jupe de tricot et l’envoya

Analyse du personnage de Fantine dans Hugo, Les Misérables De “La porte de la fabrique était comme un visage ami” à “Elle acheta une jupe de tricot et l’envoya aux Thénardier”

Photo by Caroline Hernandez on Unsplash
Photo by Caroline Hernandez on Unsplash

1-Le portrait physique et moral de Fantine montre qu’elle est belle et qu’elle prend soin de son apparence : “Elle acheta un miroir, se réjouit d’y regarder sa jeunesse, ses beaux cheveux et ses belles dents”.L’auteur insiste sur le fait qu’elle ait de beaux cheveux grâce à cela on peut deviner ce qui ce qui va se produire dans le futur, c’est ce qu’on appelle une prolepse. En effet, à la fin de cet extrait on peut voir que Fantine va se faire couper les cheveux pour pouvoir acheter une jupe à sa fille. 

2- a) Le travail représente une chance, elle doit travailler le plus possible pour que sa fille puisse vivre dans de bonnes conditions ce qui n’est pas le cas car les Thénardier ne s’occupent pas de Cosette et récupèrent tout l’argent que Fantine leurs donne pour leurs bien personnel. 

b) Le principal procédé d’écriture est l’anaphore car on a une répétition du pronom indéfini “on” qui donne l’impression qu’un groupe de personnes non identifiées complotent contre Fantine : “On constata….On parvint…… On fit….” . L’emploi du langage familier avec les expressions “vieux bonhomme” et “bref” montre que le narrateur donne son avis et juge l’attitude des personnages.

4- L’auteur porte un regard incisif sur la société dans ce passage car il montre que les femmes sont fragiles et que les gens les condamnent rapidement. Victor Hugo est un féministe, il veut que la société change de regard sur les femmes, qu’elles soient mieux traitées. Finalement les personnes qui épient Fantine pour la juger sur le plan moral sont bien plus coupables que la jeune femme qui a eu un enfant hors mariage.  

Écrire commentaire

Commentaires: 0