Commentaire composé sur Alain Fournier, Le Grand Meaulnes, excipit

Commentaire composé sur Alain Fournier, Le Grand Meaulnes, excipit

Photo by Picsea on Unsplash
Photo by Picsea on Unsplash

I) Un dénouement qui se lie à l’incipit

-Au début du roman les deux pers. se rencontrent ici ils se retrouvent

-L'arrivée de Meaulnes = ici son départ est annoncé par François je savais 

-leur amitié n'a pas changé = “je l’embrassai” = témoigne d’une amitié forte

-De  plus comme dans l’incipit nous sommes un dimanche = “vachers endimanchés” Cependant nous ne sommes pas au même mois = ici septembre alors que l’incipit se déroule en novembre

-incipit = crépuscule du soir, ici c’est le crépuscule du matin “éclaire par le demi jour”= comme dans l’incipit = manque de lumière 

-Le grand garçon de 17 ans est maintenant devenu “l’homme” = le temps qui à passé 

-F. est devenu le gardien de la mémoire des sablonnières= il s’est occupé de la fille de Meaulnes pendant 1 an, contrairement à l’incipit c’est lui qui a le rôle d’actant, c’est lui qui l’ammène vers la chambre de mort de sa femme et vers sa fille “l’entrainai”

-contrairement à l’incipit qui ouvre le roman dans la joie et l’insouciance, cet excipit est marqué par la douleur/la souffrance

-la douleur de François qui est réveillée

-La douleur de Meaulnes qui apprend de la mort de sa femme = crise de larmes, hyperbole “flots de larmes”, “pleurait” + François qui sanglote mention de larmes plus discrètes = “la tête enfouis dans ses bras”

-Douleur de Meaulnes qui s’exprime au-delà des larmes = gestes + comportement “il resta là, debout, sourd, immobile et terrible” + “tomba à deux genoux” = témoigne de sa douleur 

-Crise de larmes qui dure longtemps = jusqu’à leur arrivée dans la chambre de la petite

-douleur 

 

II) Un dénouement en demi teinte

Le salut par l’enfance

Meaulnes a perdu sa femme mais il a trouvé sa fille 

elle semble avoir un caractère indépendant comme son père = “s’est assise délibérément” + “éveillée toute seule”= elle décide de ses mouvements 

malgré le fait qu’elle ne connaisse pas Meaulnes, elle ne pleure pas, 

le contact est établi “regarda”

De plus elle provoque un sursaut et une espèce de rire chez Meaulnes ce qui lui permet de mettre de côté sa souffrance

comme la première rencontre avec Yvonne, Meaulnes et sa fille semblent se reconnaître au lieu de se rencontrer pour la première fois

Frantz et Valentine réunis

Meaulnes annonce qu’il les as ramenés les deux autres = il ne les nommes pas = sa souffrance oblige à les mettre en second plan 

-De plus l'idée de dette payée rend cette information moins importante

- François confirmera cela “en effet” mais il n’ira pas les saluer il notera cependant un détail “vachers endimanchés”

Le départ de Meaulnes et sa fille

François annonce leur départ “je savais qu’il était venu pour me la prendre” = polysémie du mot = sortir du berceau mais aussi ravir à François qui s’est attaché à elle.

 

III) La naissance d’un écrivain

-François perd son role d’actant = il ne participe pas aux retrouvailles de Frantz et Valentine, il note un détail

-il montre qu’il se met clairement en retrait “je m'étais légèrement reculé”

-Beaucoup de qualités d'écrivain lui sont attribuées = “imaginer”, “noter”, “comprendre” , “voir”

- De plus il imagine le départ de Meaulnes avec sa fille = avec une cape dans la nuit = éléments romanesques + nouvelles aventures = il imagine la suite du roman.

 

Conclusion : Le grand Meaulnes est une oeuvre plurielle qui est à la fois un roman de formation réaliste, étrange voir même surnaturel. Le narrateur se retrouve seul et il imagine le roman que nous avons entre les mains.  

 

Ouverture…

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0