Etude linéaire du poème "Ne reprenez, Dames, si j'ai aimé" de Louise Labé

Etude linéaire du poème "Ne reprenez, Dames, si j'ai aimé" de Louise Labé

Image par OpenClipart-Vectors de Pixabay
Image par OpenClipart-Vectors de Pixabay

Poème

Ne reprenez, Dames, si j'ai aimé,

Si j'ai senti mille torches ardentes,

Mille travaux, mille douleurs mordantes,

Si en pleurant j'ai mon temps consumé,

 

Las ! que mon nom n'en soit par vous blâmé.

Si j'ai failli, les peines sont présentes.

N'aigrissez point leurs pointes violentes ;

Mais estimez qu'Amour, à point nommé,

 

Sans votre ardeur d'un Vulcan excuser,

Sans la beauté d'Adonis accuser,

Pourra, s'il veut, plus vous rendre amoureuses

 

En ayant moins que moi d'occasion,

Et plus d'étrange et forte passion.

Et gardez-vous d'être plus malheureuses.

 

 

Louise Labé

 

Lecture analytique

Expliquez dans une étude linéaire comment Louise Labé renouvelle la poésie amoureuse dans ce sonnet ?

 

 

Louise Labé s’adresse à d’autres femmes : “Ne reprenez, Dames, si j'ai aimé”. La poétesse assume d’avoir souffert et cédé à la passion en personnifiant l’Amour qui est sujet des verbes d’action et doué de volonté : “Mais estimez qu'Amour, à point nommé,[...] Pourra, s'il veut, plus vous rendre amoureuses”. Louise Labé demande à ne pas être jugée ni condamnée pour avoir été amoureuse (“Ne reprenez, Dames, si j'ai aimé”) car elle place à la rime les mots “excuser” et “accuser” pour prouver son innocence. Louise Labé met en garde les autres femmes contre la puissance de l’amour en les prévenant que l’amour les frappera à leur tour au moment venu : “Pourra, s'il veut, plus vous rendre amoureuses”. Louise Labé dans la pointe met en garde les femmes car même si elle a énormément souffert à cause de l’amour, cela pourrait être encore pire pour les femmes qui la jugent aujourd’hui quand ce sera leur tour d’être victimes de l’amour :  “Et gardez-vous d'être plus malheureuses”. Ainsi Louise Labé renouvelle la poésie amoureuse dans ce sonnet en voulant mettre en garde toutes les femmes contre les dangers de l’amour.


Écrire commentaire

Commentaires: 0