Commentaire composé sur Bel-Ami de Maupassant Chapitre 1, partie II, Madeleine chez les parents de Georges

Commentaire composé sur Bel-Ami de Maupassant Chapitre 1, partie II, Madeleine chez les parents de Georges

De « Bonjour, Made. Je suis content de revoir les vieux.» à « Elle était déçue, navrée.»

I) Une scène de vie paysanne 

1) La qualité de vie est très différente de la ville. 

 

On assiste à une longue description du repas qui paraît être un calvaire pour Madeleine, et en général très chaotique. 

“long déjeuner de paysans” : on rappelle encore une fois qu’on se trouve à la campagne.

“plats mal assortis” : très péjoratif, les paysans sont alors représentés sans finesse ni goût puisqu’ils ne savent pas accorder les saveurs.

Enumération des plats croisée : “andouille après un gigot”, “omelette après L’andouille” : renforce encore l’aspect du repas qui est très désorganisé puisque les plats ne sont pas annoncés à la suite. 

La répétition de “andouille” pourrait peut-être produire un effet comique. 

“boisson jaune et aigre” : à nouveau péjoratif, on a l’impression que c’est du vinaigre qui est servi, ce qui change du bon champagne de Paris.  

“limonade gazeuse” : boisson courante et pas très appréciée. 

“carafe” : côté rustique du service. 

 

2) Le couple de paysans très “lourd”

 

“le père criait en tapant du poing la cloison” : geste grossier et brusque. 

“allons, allons” : interpellation très peu distinguée. 

“père Duroy, mis en joie par le cidre” :  cela montre qu’il est très pompette il ne saurait donc pas se tenir en société. 

“histoires grivoises et malpropres” : peu convenant devant Madeleine puisque c’est sa belle-fille. 

“arrivées à ses amis, affirmait-il” : ses propos ne sont pas de source sûre, peut-être certaines de ces mésaventures lui sont arrivées à lui-même. 

Contradiction forte avec le reste du roman dans lequel Madeleine semble très attachée à ses sources. 

 

II) Une opposition franche et irrémédiable entre les deux sociétés 

1) Le jugement de la mère Duroy 

 

La mère Duroy est représentative de la classe paysanne : “vieille rustique”, “doigts usés par les besognes” = c’est une classe sociale qui souffre et travaille dur pour gagner leur argent (dans des sommes moindres).

Madeleine est décrite à travers le regard de la mère qui lui porte une haine forte : “une haine éveillée”.

Maupassant fait appel au vocabulaire religieux : Madeleine apparaît alors comme une femme damné, contraire aux dogmes de l’époque car remariée, produit de l’adultère, de la “fainéantise” : “maudite”, “réprouvée”, “être impur”.

 

2) Duroy trahi par son comportement 

 

Le discours direct au début de l’extrait apporte un côté vivant et authentique 

Cela rappelle que Duroy se sent à nouveau lui-même alors que son passé est en contradiction totale avec ce à quoi il aspire : “je suis content de revoir les vieux”

“quand on se retrouve” : cette information implique bien sûr les retrouvailles avec sa famille mais aussi avec lui-même. 

“les souvenirs retrouvés” l’émeuvent ce Georges qui semble renouer avec ce qu’il est vraiment, enlève sa façade séductrice et calculatrice. 

 

3) La déception de Madeleine 

 

“ne mangeait guère, ne parlait guère, demeurait triste” : en effet elle a été très déçue par ce repas mais c’est et surtout par son mariage qu’elle est déçue. 

Elle se rend compte que Duroy ne lui apportera rien, que ses origines sont trop contradictoires avec ce qu’il veut (même si au final il y parvient mais pas seulement grâce à elle).

“sourire morne, résigné” : cela laisse présager cette fois-ci la rupture prochaine entre les deux protagonistes car la résignation ne peut mener qu’à la perte. 

“elle était déçue, navrée” : elle se rend compte que Duroy risque de ne lui apporter que du malheur. 

 

Conclusion :

 

Nous pouvons donc conclure que ce texte est un tournant dans le récit : en effet, Madeleine se rend compte de l’erreur qu’elle a faite en épousant Duroy et semble déjà fatiguée de cette union.

Les origines de Duroy sont en totale contradiction avec ce à quoi il aspire, ce qui nous permet de comprendre que celles-ci doivent faire parti de son passé et ne plus intervenir dans sa vie.

 

Nous pourrions mettre en relation ce texte avec Mme Bovary de Flaubert : en effet Madeleine est très déçue de son mariage tout comme l’a été Emma avec Charles. 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0