Analyse du prologue de Gargantua de Rabelais

Analyse du prologue de Gargantua de Rabelais

Rabelais écrit ce prologue dans le but de démontrer la valeur de son œuvre. Pour y parvenir il utilise le rire en apostrophant les lecteurs qu’il identifie à des « buveurs » défigurés. L'utilisation du registre comique donne une impression de moquerie afin de titiller l'orgueil le lecteur. Le champ lexical du comique est très présent. Les exagérations et les comparaisons sans lien logique viennent renforcer le comique des longues énumérations dans lesquelles il mélange fiction et réalité. Cependant sous cette apparence ridicule Rabelais va faire passer un message humaniste. Pour cela il utilise une construction rigoureuse avec une argumentation structurée en paragraphes organisés qui visent notamment mettre en valeur l'opposition entre le monde intérieur et le monde extérieur, c'est-à-dire entre les apparences et la morale. Les références humanistes à l'Antiquité et à ses philosophes font l'éloge de l'intelligence et de la pensée rationnelle. Les apparences sont présentées comme trompeuses afin de démontrer au lecteur qu'il doit faire preuve de discernement, aussi bien dans la vie que dans la lecture de son œuvre qu'il décrit comme sérieuse malgré son aspect burlesque et grivois.

Dans ce prologue, Rabelais explique ce que sont les Silènes : “Les Silènes étaient jadis de petites boîtes, comme celle que nous voyons à présent dans les boutiques des apothicaires” et qui renfermaient les médicaments les plus précieux. Il compare ensuite Socrate, qui était: “laid de corps et d’un maintien ridicule”, à des Silènes car sous son apparence physique disgracieuse il cachait un savoir philosophique immense. Rabelais utilise ces comparaisons dans le but préparer le lecteur à adopter une attitude curieuse et ouverte lors de la lecture de son roman Gargantua qui sous son apparence légère, familière et grossière, véhicule des idées philosophiques humanistes.

Écrire commentaire

Commentaires: 0