Le Rouge et le Noir de Stendhal, La conquête de Mme de Rênal, Livre I, chapitre 9 De «On s’assit enfin, madame de Rênal à côté de Julien, et madame Derville prè

Le Rouge et le Noir de Stendhal, La conquête de Mme de Rênal, Livre I, chapitre 9 De «On s’assit enfin, madame de Rênal à côté de Julien, et madame Derville près de son amie.» à «il s’enferma à clef dans sa chambre, et se livra avec un plaisir tout nouveau à la lecture des exploits de son héros.»

 I) Une scène d'amour

 

 “On s'assit enfin, Mme de Rênal à côté de Julien, et Mme Derville près de son amie” : présentation des personnages, le positionnement de ceux-ci: Mme de Rênal est tiraillée entre Julien(amour interdit) et Mme Derville( vertu).

 

 “Que de fois ne désira-t-il pas voir survenir à Mme de Rênal quelque affaire qui l’obligeât de rentrer à la maison et de quitter le jardin! : Il a peur que Madame de Rênal ne doive le quitter avant qu’il n'accomplisse son exploit.

 

“Bientôt la voix de Mme de Rênal devint tremblante aussi : Madame de Rênal est réellement amoureuse de Julien.

 

“le dernier coup de dix heures retentissait”: Julien est absorbé par le temps. Le dernier coup marque la fin de sa pensée. Il doit mettre en oeuvre son plan d'exécution.

 

“il étendit la main, et prit celle de mme de Rênal" : Par ce geste traditionnel, on voit que mme de Rênal éprouve des sentiments mais essaye de se maîtriser.

 

“sans trop savoir ce qu’il faisait” : Julien se laisse aller à ses sentiments qui ne sont pour une fois pas calculés.

 

“il fut frappé par la froideur glaciale de la main qu’il prenait” Julien pense que Mme de Rênal n’est pas d’accord avec sa décision et il a peur sa réaction.

 

“force convulsive” : le sentiment amoureux  de Julien s’exprime.

 

II) Un combat

 

“On s'assit enfin, Mme de Rênal à côté de Julien, et Mme Derville près de son amie” : Mme de Rênal est considérée comme un objet qu’on se dispute.

 

“Préoccupé de ce qu’il allait tenter, Julien ne trouvait rien à dire”: L'imparfait met l’emphase sur la durée de la pensée de Julien qui réfléchit sur son stratagème l.3 “ la conversation languissait” Comme Julien est en train de réfléchir, il ne participe pas à la conversation donc celle-ci meurt (silence désagréable).

 

Julien pense aux futurs combats au lieu de penser à son amour. Nous avons des adjectifs qui caractérisent son état d’âme : il est tremblant de peur au lieu de joie et malheureux au lieu d’heureux. Ces deux adjectifs renvoient à sa lâcheté et à son égoïsme puisque le narrateur se focalise sur les sentiments de Julien. Madame de Rênal joue le rôle d’un objet que l’on essaye de s’approprier.

 

“il avait trop de méfiance et de lui et des autres, pour ne pas voir l'état de son âme“ : Julien se livre un combat intérieur : il mène le combat sur 3 fronts contre lui-même, Madame de Rênal et Madame de Derville.

 

“Dans sa mortelle angoisse, tous les dangers lui eussent semblé préférables” : Nous apprenons la peur de Julien, il a tellement peur qu’il s’imagine dans la pire situation.

 

“Bientôt la voix de Mme de Rênal devint tremblante aussi, mais Julien ne s’en aperçut point”. Julien t est tellement égoïste qu’il  ne s'aperçoit pas qu’il a atteint son but.

 

“l’affreux combat que le devoir livrait à sa timidité était trop pénible”: Dans cette scène amoureuse, Julien fait passer l'idée de son devoir avant celle de l’amour.

 

“Neuf heure trois quart venait de sonner à l’horloge du château sans qu’il eût rien encore osé” : Renvoie au récit de bataille avec a une heure précise le déplacement des troupes.

 

Julien se donne un objectif précis, “dix heures sonneront” : Le plan doit se mettre en marche.

 

Julien veut se suicider par orgueil et non pas par amour, c’est choquant.

 

“cette cloche fatale” : C’est le rythme du temps qui est fatal et non pas l’amour.

 

“retentissait dans sa poitrine” : Son cœur bat plus fort a cause de son angoisse que de son amour.

 

“mouvement physique” : Julien ressent le temps, il a intégré le rythme de la cloche.

 

“on fit un dernier effort pour la lui ôter, mais enfin cette main lui resta” : défaite de Mme de Rênal. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0