Le Rouge et le noir de Stendhal, Julien tire sur madame de Rênal, livre II, chapitre 35 De «Il arriva à Verrières un dimanche matin» à «il tira un second coup,

Le Rouge et le noir de Stendhal, Julien tire sur madame de Rênal, livre II, chapitre 35 De «Il arriva à Verrières un dimanche matin» à «il tira un second coup, elle tomba»

I) La dramatisation de la scène

 

“Il arriva à Verrières un dimanche matin.” : l’action se met en place de façon précise. 

 

“Il entra chez l’armurier du pays, qui l'accabla de compliments sur sa récente fortune.” : on voit l’ironie de Stendhal qui souligne le fait que le rêve de Julien lui glisse entre les doigts au moment même où il croyait l’atteindre. Il a eu la chance d’être anobli après la réussite de son stratagème pour épouser Mathilde et la lettre de délation de madame de Rênal va tout faire échouer. 

 

“C’était la nouvelle du pays.” : sa renommée va se retourner contre lui puisqu’il va se trouver en situation d’échec total à cause de la lettre.

 

“Les trois coups sonnaient” : comme au théâtre avant le lever du rideau, “Toutes les fenêtres hautes de l’édifice étaient voilées avec des rideaux cramoisis” : l’église devient le théâtre de l’action ce qui est doublement sacrilège puisque Julien va commettre un crime pendant la messe alors qu’en plus il a fait le séminaire.

 

“il tira sur elle un coup de pistolet et la manqua ; il tira un second coup, elle tomba.”: le narrateur crée un effet de suspens avec l’action qui se passe en deux temps et la pause marquée par le point virgule.

 

II) Un suicide symbolique

 

“Julien eut beaucoup de peine à lui faire comprendre qu’il voulait une paire de pistolets.” : Julien demande une paire de pistolets comme pour un duel alors qu’il va en fait se battre contre lui-même puisque son amour pour madame de Rênal lui fera manquer le premier coup.

 

“L’armurier sur sa demande chargea les pistolets.” : Julien demande à l’armurier de charger les pistolets car il ne sait pas comment le faire. 

 

“La vue de cette femme qui l’avait tant aimé fit trembler le bras de Julien d’une telle façon, qu’il ne put d’abord exécuter son dessein. Je ne le puis, se disait-il à lui-même ; physiquement, je ne le puis.” : son amour pour madame de Rênal est si fort que lorsqu’il va tirer sur elle il aura le sentiment de tirer sur lui-même, sur sa moitié, son âme soeur.

 

“Julien ne la reconnaissait plus aussi bien” : il a besoin de se donner du courage car il n’arrive pas à tirer sur cette femme qu’il aime tant.

 

“il tira sur elle un coup de pistolet et la manqua ; il tira un second coup, elle tomba.” : Julien est vraiment un anti-héros dans ce passage puisque même à quelques pas d’elle il n’arrive pas à la toucher du premier coup. Ses émotions le poussent vers l’échec dans l’ensemble du roman ce qui l’amène à ce suicide symbolique puisqu’en tirant sur madame de Rênal non seulement il perd sa raison de vivre inavouée mais il sait qu’il va être condamné à mort.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0