Analyse de Yonec dans Les lais de Marie de France

Analyse de Yonec dans Les lais de Marie de France

La dame évolue émotionnellement au cours du texte. Elle commence en étant plaintive et furieuse contre son mari et ses parents pour la façon dont ils la traitent: “Maudits soient mes parents et tous ceux qui m’ont donné en mariage à ce jaloux”. Puis, elle est effrayée lorsque l’oiseau se révèle être un prince charmant: “de peur, elle se couvre la tête de son voile”. Finalement, elle est éblouie par le chevalier venu la secourir.

La parole de la dame a ici un pouvoir merveilleux, celui de la parole créatrice. Ceci est une référence biblique à la Genèse “Au commencement était le verbe” ainsi qu’au Nouveau Testament “Demandez et vous recevrez."

Ce texte montre comment la femme est asservie à l’homme au Moyen-Age et la façon dont elle souhaiterait vivre.

La dame est ici très expressive, criant à la fenêtre, ce qui va à l’encontre de la bienséance attendue des femmes : “Il ne mourra donc jamais?" Elle maudit ses parents et son mari qui lui ont infligé de tels malheurs et se plaint de la condition sociale des femmes au Moyen Âge en général. 

Elle, comme toutes les autres femmes esclaves de mariages forcés, souhaitent trouver l’amour véritable : “Les chevaliers trouvaient les femmes de leurs rêves, nobles et belles, et les femmes trouvaient des amants, beaux et courtois, preux, et vaillants sans encourir le moindre blâme”.

Ce texte célèbre les valeurs de l’amour courtois, un type d’amour du Moyen-Age qui est secret et absolu et où les hommes doivent se comporter de noble façon pour la femme aimée. L’amour courtois est la sorte d’amour dont la dame rêve mais ne connait pas car elle est esclaves de son mariage arrangé. La dame se met à rêver et énumère les différentes qualités d’un amant courtois: “beaux et courtois, preux et vaillants”. 

Un chevalier beau et gracieux apparaît ensuite sous la forme d’un oiseau et démontre les caractéristiques recherchées par la jeune femme. Il est affectueux (“Dame, n’ayez pas peur”), il est loyal (“je n’ai jamais aimé d’autre femme et n’en aimerai jamias d’autre que vous.”) et, finalement, il respecte la jeune femme et son pouvoir créateur (“je ne pouvais pas vous rejoindre ni sortir de mon pays si vous ne m’appeliez d’abord.”). 

Yonec dans les Lais de Marie de France représente la dure vie des femmes mariées contre leur gré. Ce texte met en scène l’affirmation du désir féminin lorsque le protagoniste, qui est une femme, exprime son mécontentement vis-à-vis de sa situation. Elle critique cette société de mariages forcés. 

Cette idée de société patriarcale est ensuite confrontée à celle de l’amour courtois, un amour honnête et respectueux envers la femme. Les qualités de cet amour sont mises en valeur dans ce passage, ce qui contraste avec les horreurs du mariage arrangé discuté auparavant.

Écrire commentaire

Commentaires: 0