Les Clients du Bon chien jeune de Pierre Mac Orlan - Fiche de lecture

Les Clients du Bon chien jeune de Pierre Mac Orlan - Fiche de lecture

Chapitre 1

Louis-Marie

1. À quelle époque se déroule ce récit ? 

Le récit se déroule au XVIIIème siècle

2. Qui est le narrateur de ce récit ? Quels indices te permettent de répondre ? Précise son âge. 

Le narrateur est Louis-Marie, il a 16 ans.

3. Comment décrit-il son village d’origine ? Ce point de vue est-il mélioratif ou péjoratif ? 

Le villa de Kerninon est décrit comme dangereux, ce point de vue est péjoratif : “la vie était sauvage, quelquefois féroce”.

4. Quel était le métier de ses parents ? 

Son père était pêcheur.

5. Relève dans l’histoire de Louis-Marie les détails qui montrent à quel point son destin est lié à la mer. 

“J’ai couché bien des nuits en mer”.

6. Où doit se rendre Louis-Marie après la mort de son père ? De quelle qualité fait preuve le jeune garçon ? Cite les détails qui l’émerveillent en arrivant à Brest. 

Il doit se rendre chez son oncle à l’auberge du Bon chien jaune, à Brest “cette ville merveilleuse”.

7. Recopie un passage qui montre que le narrateur est surtout attiré par les bateaux. Quel autre aspect de sa personnalité est ici mis en valeur ? 

“Je voudrais devenir un marin”.

L’auberge du Bon chien jaune

1. Qui est le patron de l’auberge ? Pour quelle raison Louis-Marie n’en avait-il jamais entendu parler ? 

Le patron de l’auberge est l’oncle Benic. Son père et lui ne se voyaient plus donc Louis-Marie ne le connaissait pas.

2. Qui indique au narrateur l’auberge du Bon Chien Jaune ? Ses indications mettent-elles Louis-Marie et le lecteur en confiance ? 

C’est une vieille dame qui fait un peu peur.

3. « L’auberge sordide de l’oncle Benic me paraissait un palais » (p. 19). a) Relève dans le passage précédent les détails qui justifient l’emploi de l’adjectif « sordide ». 

“Le premier étage du Bon chien jaune ressemblait beaucoup à un grenier”.

b) Pour quelles raisons le narrateur compare-t-il l’auberge à un palais ? 

Parce qu’il a grandi dans “une pauvre masure”.

4. Quels habits lui donne son oncle ? 

“un habit qui me parut un ancien uniforme modifié pour le goût civil”.

5. Pour quelles raisons ce dernier veut-il que son neveu s’habille autrement ? 

Parce qu’il ne veut plus qu’il ressemble à un paysan maintenant qu’il vit à la ville, sinon il serait ridicule.

6. Où sera hébergé Louis-Marie ? 

Dans une chambre meublée en dortoir.

L’oncle Benic

1. Quelle intrusion dans l’auberge interrompt la conversation de l’aubergiste et de son neveu ? 

C’est Pain Noir qui arrive à l’auberge.

2. Comment est présenté ce nouveau personnage ? 

Il est présenté de manière effrayante.

3. Décris l’atmosphère qui s’installe à la fin du chapitre 1. 

L’atmosphère devient effrayante : “Il ouvrit un coffre, prit un pistolet luisant de graisse et me le tendit…”

4. Parmi les hypothèses suivantes, lesquelles retiens-tu pour la suite du roman : Pain noir est un pirate qui vient chercher un trésor 

caché dans l’auberge. 

Rédaction :

Pain Noir et l’oncle Benic se disputent. Selon les recommandations de son oncle, Louis-Marie descend pour remettre le pistolet à son oncle. Imagine la suite du récit. 

Louis-Marie trouva l’oncle Benic en difficulté il croyait que Pain Noir allait le tuer.

Il voulut donner le pistolet  à l’oncle Benic mais il lui dit de pointer sur le pirate.

 

Chapitre 2

Une commande effrayante

1. Où se trouve Louis-Marie au début du chapitre 2 ? 

“Accroupi à côté de l’échelle”

2. Que demande Pain Noir à l’oncle Benic ? En quoi cette requête est-elle effrayante ? 

Il lui demande des morts et Louis-Marie croit qu’il s’agit d’hommes morts.

3. Comment analyses-tu les relations entre les deux hommes ? 

Les relations sont tendues.

4. Que ressent le garçon ? Relève au début du chapitre 2 les expressions qui justifient ta réponse. 

Il est effrayé : “littéralement pétrifié par ce que je venais d’entendre”.

5. Que s’imagine Louis-Marie ? À quel personnage de légende compare-t-il son oncle ?  

Il imagine qu’ils vont embarquer des cadavres sur le bateau. Il compare son oncle à l’Ankou.

6. Quelles paroles de l’oncle Benic apaisent les inquiétudes du narrateur ? 

Il lui explique que ce sont des matelots.

7. Quel est l’effet produit par cette scène sur le lecteur ? De quel personnage se sent-il le plus proche ? 

Cette scène est finalement rassurante. Le lecteur se sent plus proche de Louis-Marie.

D’étranges clients

1. Quel est le surnom de l’oncle Benic ? Que signifie-t-il ? 

Le surnom de l’oncle Benic est Le Grivois.

2. Qui sont les clients de l’auberge ? 

Des matelots.

3. Quelle langue est parlée ? Cite quelques mots et trouve leurs synonymes employés dans la langue courante. 

Ils parlent l’argot “goupiner”.

4. Qui est Virmoutiers ? 

C’est un voleur.

5. Parmi ces cinq propositions, lesquelles correspondent au rôle joué par le personnage du matelot Kéméner dans la progression du récit ? 

Il permet à Louis-Marie de vérifier que son oncle lui a menti. 

6. Qui sont les clients que Louis-Marie surprend en train de boire avec son oncle une nuit ? Pourquoi sont-ils présents à l’auberge alors que cette dernière est fermée ? 

Ce sont les matelots.

7. Relis la fin du chapitre 2. 

a) Pour quelle raison la salle souterraine découverte par le narrateur est-elle comparée à l’antre de Barbe-Bleue ? 

“Ces vêtements gardaient les traces sinistres de l’attentat qui leur avait donné un autre maître” : Ce sont les vêtements des gens assassinés par les pirates.

b) Quelles découvertes effroyables fait le narrateur ? 

Il découvre que c’est une cache de pirates.

c) Louis-Marie prend-il des risques ? Imagine ces risques. 

Il prend le risque de croiser un pirate.

d) Parmi ces qualités, choisis celles qui caractérisent le comportement de Louis-Marie : rusé, courageux, intelligent, intrépide, déterminé. 

 

Chapitre 3

L’aventure

1. Quelles informations mystérieuses délivre la servante Anne à Louis-Marie ? 

Elle a peur des pirates.

2. Quelle mission secrète l’aubergiste confie-t-il à son neveu ? Justifie ta réponse. 

Il lui demande d’aller chercher une lettre.

3. Le narrateur remet-il la lettre à Pain Noir ? Pourquoi ? 

Non. Il veut la lire d’abord.

4. Quelles ruses et quelles techniques emploie-t-il pour déchiffrer le message de la page blanche ? 

Il l’approche d’une flamme.

5. Recopie le message secret qu’il découvre. 

“Viens ce soir à minuit. Il y aurait sept morts pour le prochain départ de la Grâce-de-Marie. Le bossman est au courant”.

6. Que décide Louis-Marie à la fin du chapitre 3 ? 

Il décide de monter à bord du navire.

 

Chapitres 4, 5, 6 et 7. 

I. Le Hollandais-Volant 

1. En remettant dans l’ordre chronologique ces propositions, retrouve les circonstances dans lesquelles Louis-Marie a embarqué à bord du Hollandais-Volant. 

c) En l’absence de son oncle, il quitte de nuit l’auberge. 

a) Le garçon embarque d’abord à bord du Grâce-de- Marie. 

f) Il se cache dans la voilure. 

b) Il se bat avec Pain Noir. 

g) Virmoutiers l’impose comme un frère de la Côte. 

e) Il jure fidélité au Pavillon Noir. 

d) Après avoir attendu à Londres, un certain temps il embarque sur le Hollandais-Volant. 

2. Pour quelle raison le Hollandais-Volant s’appelle-t-il également Queen Mary ? 

Parce c’est le même bateau qui est tantôt un bateau de pirates et tantôt se fait passer pour un navire de commerce.

3. De combien d’hommes se compose l’équipage ? 

Une quarantaine

4. Relève les détails qui rendent ce bateau effrayant. 

L’équipage se déguise en morts. Il ont des costumes et des masques représentant des squelettes.

5. Dans quelle course le Hollandais-Volant est-il engagé ? 

Les pirates se lancent à la poursuite des navires marchands pour les piller.

6. Comment attaque-t-il les autres navires ? 

Ils passent près du navire déguisés en morts pour terroriser l’équipage, puis ils lancent des boulets dans les mâts pour les faire démâter et ensuite ils vont à l’abordage et tuent tout l’équipage.

7. Quel sort est réservé aux équipages des bateaux attaqués ? 

Ils sont tous tués et ensuite les bateaux sont brûlés.

II. À l’attaque ! 

1. Pourquoi le narrateur est-il réveillé au son d’une flûte au début du chapitre 7 ? 

“le fifre de Tom Watson sonna le branle-bas de combat” parce que les pirates sont sur le point d’attaquer un navire.

2. Relis le passage p. 90 à 92 : « Soudain, Virmoutiers posa sa lunette […] Nous venions d’attaquer. » 

b) À quel temps sont conjugués tous les verbes ? Justifie l’emploi de ce temps. 

Pour décrire l’attaque, les verbes sont conjugués au passé simple car on décrit des actions rapides et de premier plan.

c) Observe les compléments circonstanciels de manière : quel rôle jouent-ils dans le récit du combat ? 

Les compléments circonstanciels de manière insistent sur la sauvagerie et la cruauté des pirates.

3. Observe à présent les paroles des personnages dans cette scène. 

a) Sont-elles rapportées directement ou indirectement ? 

Elles sont rapportées au discours direct.

b) Quels sont les types de phrases employés ? 

Des phrases injonctives.

c) Quel est l’effet produit sur le lecteur par ces paroles insérées dans le récit ? 

Ça rend la scène réaliste et ça impressionne davantage le lecteur.

4. Quelles actions dans cette scène montrent la solidarité nécessaire de ces hommes ? 

Les pirates se protègent les uns les autres.

III. La parodie d’un combat 

Relis le passage p. 93 à 95 : « Nous étions toujours revêtus de nos habits de combat [...] en me signant à la dérobée ». 

1. Quelle ruse emploie Mathieu Miles pour combattre le navire espagnol qui s’avance vers eux ? 

Ils utilisent les cadavres qu’ils viennent de tuer pour faire encore plus peur à l’équipage du navire qui les attaque : “Cette fois le Hollandais-volant sera défendu par de vrais morts”.

2. Pourquoi le combat des deux navires semble-t-il inégal ? 

Le navire espagnol est plus grand et mieux armé que celui des pirates.

3. Relève les expressions qui soulignent l’aspect fantastique de cet abordage. 

“certains semblaient rire d’un rire diabolique”.

5. En quoi cette mise en scène est-elle une parodie du combat ? 

Cette scène est une  parodie  car il font les morts parce que l’espagnol est plus grand est plus armé et ils ont un peu peur de l’affronter. Toutes les actions semblent exagérées. Le registre épique domine ce passage.

 

Chapitres 8, 9 et 10. 

I. Un coup de théâtre 

1. Dans quel état se met l’équipage du Hollandais-Volant après le simulacre de combat ? 

Ils font la fête et ils s’enivrent en buvant du Rhum.

2. Comment sont traités les hommes par Mathieu Miles ? En quoi cette attitude est-elle choquante ? 

Mathieu Miles maltraite ses hommes et les insulte de façon choquante.

3. Pourquoi Louis-Marie est-il désigné par Virmoutiers comme le seul capable de sauver ces hommes de la potence ? Qu’en pensent Tom Watson et Pain Noir ? 

Louis-Marie est un enfant donc il n’a tué personne et l’équipage espère que son innocence lui permettra de prier pour leurs âmes et d’être entendu.

4. Pour quelle raison Virmoutiers entraîne-t-il Louis-Marie à l’écart ? 

Virmoutiers demande à Louis-Marie de vérifier si la morte a bougé.

5. Dans le passage p. 103-104 : « Et tout d’un coup, je me mis à frémir [...] pensais-je ». 

a) Relève les expressions qui soulignent la peur du narrateur et de Virmoutiers. 

“je me mis à frémir de la tête aux pieds”, “les yeux affolés”, “il se signa”

b) Parmi toutes ces expressions, laquelle est une figure littéraire ? Quel est l’effet produit par cette personnification ? 

La personnification augmente la peur.

6. Dans le passage p. 105-106 : « Nous demeurâmes tous trois […] Nous ne pouvions en croire nos oreilles ». 

a) Quel miracle se produit ? Quels détails dans cette description rendent la scène fantastique ? 

La jeune fille morte se lève, comme ressuscitée, et prend le commandement du navire.

b) À qui est comparée la jeune fille ? Justifie l’emploi de cette comparaison. 

La jeune fille est comparée à la Sainte-Vierge parce qu’elle est pure.

c) Qui prend le contrôle du navire à ce moment-là ? Ce retournement de situation est-il crédible ? 

La jeune fille prend le commandement du navire ce qui n’est pas du tout crédible.

7. Comment réagit l’équipage ? Que ressent le lecteur à ce moment-là ? Est-il inquiet pour Louis-Marie ? 

L’équipage est surpris et terrorisé, et le lecteur est inquiet pour Louis-Marie qui se trouve sur un bateau pirate commandé par une revenante.

II. Le jugement 

1. Qui est cette jeune femme ? Comment a-t-elle été renseignée pour arrêter les pirates ? Quelle est sa profession ? 

La Chevalière s’appelle Evangeline de Kergoez et elle a été renseignée par Virmoutiers qui a trahi ses compagnons dans le but de gagner sa liberté.

2. Quel sort attend l’équipage du Hollandais-Volant ? 

Ils seront pendus.

3. Lors du jugement, qui échappe à la pendaison ? 

Louis-Marie et Virmoutiers.

4. Quelle est la réaction du narrateur en apprenant sa condamnation ? Qui prend sa défense ? 

Louis-Marie fond en larmes et la Chevalière prend sa défense.

5. La fin de ce roman d’aventures est-elle une fin heureuse ? Justifie ta réponse. 

La fin est heureuse puisque Louis-Marie a la vie sauve et se lance dans une carrière honnête.

Écrire commentaire

Commentaires: 0