Résumé de Si c'est un homme de Primo Levi

Résumé de Si c'est un homme de Primo Levi

En 1943, Primo Levi, un chimiste juif italien de 24 ans, se cache avec un groupe de résistants antifascistes lorsqu'il est arrêté par la milice fasciste. Il est d'abord emprisonné en Italie dans un camp appelé Fossoli, mais en janvier 1944, il est déporté avec 650 autres Juifs à Auschwitz en Pologne. À leur arrivée, ils sont séparés. 96 hommes et 29 femmes ne sont pas immédiatement tués. Primo Levi, l'un des 96 hommes, détaille le processus de déshumanisation. Ils doivent rendre leurs vêtements et leurs chaussures, se raser et se tondre, et attendre nus. Les prisonniers sont également tatoués avec leur numéro de détenu. Levi détaille le camp, la faim qui y règne et les dortoirs surpeuplés où les prisonniers dorment à deux sur une couchette étroite. Il explique l'aménagement du camp et la routine quotidienne. Il rencontre un autre prisonnier, Steinlauf, qui lui explique l'importance d'essayer de maintenir la civilité dans le camp, la possibilité de survivre et de témoigner. Steinlauf raconte que le pouvoir des prisonniers consiste à ne pas céder aux forces qui les contrôlent. Levi subit de nombreuses agressions contre son humanité et sa santé, et il est affaibli à cause de l'épuisement et du travail physique épuisant. Entrer dans le Ka-Be (abréviation du krankenbau, ou infirmerie) est à nouveau une agression. Les blessés attendent nus pour être examinés. Le personnel décide que Levi est gravement blessé et il reste à l'infirmerie pendant 20 jours. Il y rencontre plusieurs prisonniers qu'il décrit par leur nom, dont Schmulek, qui est sélectionné pour être éliminé. À sa sortie de l’infirmerie, il est affecté à un autre bloc (où il résidera). Dans ce bloc se trouve son meilleur ami, Alberto. Pendant ce temps, Levi rencontre également Resnyk, qui l'aide à supporter un travail particulièrement difficile et partage sa couchette. Levi raconte un jour relativement heureux (pour les circonstances) au cours duquel son bloc a de la nourriture supplémentaire. Cela, et le ciel qui semble se réchauffer d'une manière qui indique que l'hiver est terminé, rend la journée mémorable. Le temps passe, et il y a un nouveau kommando (unité de travail). Celui-ci est un kommando de chimistes. Levi est l'une des personnes admissibles puisqu’il est chimiste de profession, et il doit être examiné en ce qui concerne ses connaissances. Il répond aux questions pour déterminer ses connaissances, mais le kommando ne fait pas encore de travaux de chimie. Au lieu de cela, les membres du kommando récurent l'intérieur d'un réservoir d’essence. L'hiver arrive, mais les membres du kommando chimique ne reçoivent pas de manteaux parce qu'ils sont considérés comme travaillant à l'intérieur. Ils transportent des sacs de produits chimiques de 250kg. Finalement, Levi est choisi comme l'un des trois hommes qui travailleront dans le laboratoire, où la température est de 18 degrés. Il en profite également pour voler au laboratoire afin d’acheter des choses au marché noir du Lager (camp de prisonniers). C'est une activité nécessaire dans le Lager. Levi décrit la façon dont certains hommes parviennent à survivre grâce au marché noir. Lui et son ami Alberto en profitent tous deux, tout comme d'autres dans son bloc. Avec l'hiver, il y a une autre sélection. La "sélection" signifie que des prisonniers sont choisis en l'espace de quelques minutes pour rester au travail ou être envoyés à la chambre à gaz. Des raids aériens ont commencé, et les prisonniers savent que le front se rapproche. Levi continue de travailler au laboratoire, mais il est frappé par la scarlatine et envoyé à nouveau au Ka-Be. Là-bas, il se repose pendant plusieurs jours, mais il apprend ensuite que le camp est en cours d'évacuation. Tous les prisonniers du Ka-Be, sauf les prisonniers qui ne peuvent pas marcher, sont évacués. Alberto part, mais Levi reste derrière, comme d'autres patients. Les raids aériens se poursuivent et il n'y a pas d'électricité. Pendant 10 jours, les patients sont livrés à eux-mêmes, essayant de trouver de la nourriture et de la chaleur. Les nazis ont abandonné le camp, et de nombreux prisonniers meurent du froid, de la faim et de maladie. Il y a une tranchée débordante de cadavres, mais le sol est trop gelé pour les enterrer. Avec l'aide de Charles, l'un des autres détenus dans le service des maladies infectieuses, Levi se procure un petit poêle, une batterie de véhicule, des navets, des pommes de terre et des fournitures variées. Les 11 patients de l’infirmerie parviennent tous à survivre à ces 10 jours précédant l’arrivée de l'armée russe, qui vient les libérer. Mais un patient, Sómogyi, meurt à ce moment-là. Plusieurs autres meurent ensuite à l'hôpital de campagne russe. Levi, Charles, Arthur, Schenck et Alcalai survivent à leur déportation et reviennent à la vie après avoir quitté Auschwitz.

Écrire commentaire

Commentaires: 0