Analyse de l'Odyssée de Homère

Analyse de l'Odyssée de Homère

L'Odyssée reprend l'histoire d'Ulysse 10 ans après son voyage de retour après la guerre de Troie, qui avait elle-même duré 10 ans. L'histoire s'ouvre avec Ulysse retenu captif par la déesse Calypso sur une île isolée. Dans sa ville natale, Ithaque, sa femme, Pénélope, est assiégée par des prétendants, qui ont emménagé chez elle, profitant de la coutume grecque ancienne de l’hospitalité. Télémaque, fils d'Ulysse et de Pénélope, doit regarder les prétendants prendre le contrôle de leur maison, en attendant que Pénélope choisisse un nouveau mari. Tous - à l'exception de Pénélope - supposent qu'Ulysse est mort après 20 ans d’absence. Athéna, la déesse de la guerre, veille sur Ulysse depuis la guerre de Troie. Elle se sent protectrice envers lui et demande à Zeus d'aider Ulysse à s’échapper de l'île de Calypso. Zeus envoie son fils Hermès aider Ulysse dans son évasion. Dans le même temps, Athéna se rend à Ithaque pour offrir de l'aide à Pénélope et à Télémaque. Elle conseille au fils de quitter Ithaque pour trouver des informations sur l'endroit où se trouve son père. Les prétendants prennent note du courage et de l'autorité retrouvés dont fait preuve Télémaque, et ils conspirent pour l'assassiner à son retour à Ithaque. Lors de sa visite au roi Ménélas sur l'île de Sparte, Télémaque apprend qu'Ulysse est vivant. Hermès aide à libérer Ulysse, qui navigue vers le pays des Phéaciens. Épuisé, il s'effondre sur le rivage, où la princesse Nausicaa le découvre. Elle le conduit au roi Alcinoos, et à sa reine Arété. Là, Ulysse leur raconte l'histoire de ses voyages jusqu'alors. Lui et ses hommes ont subi un certain nombre d'épreuves sur le chemin du retour à Ithaque. Ils ont failli perdre la mémoire au pays des mangeurs de lotus, puis ont encouru la colère de Poséidon après avoir aveuglé son fils, le Cyclope Polyphème. Ulysse et son équipage ont essuyé une tempête envoyée par Éole, ce qui les a fait dévier de leur route et s’éloigner encore de chez eux. Ils ont rencontré des cannibales et des sorcières, Ulysse a visité le pays des morts, ils ont évité l'attrait des chants mortels des sirènes et ils ont échappé à de nombreux monstres tels Charybde et Scylla. Ulysse a perdu ses hommes un par un pendant le voyage, et les autres ont été anéantis lorsqu'ils ont mangé le bétail d'Hélios, ce dont le prophète aveugle Tiresias avait averti Ulysse. Ils ont été punis par un seul éclair envoyé par Zeus, qui a détruit le navire d'Ulysse. Il s'est échoué sur l'île d'Ogygie, où Calypso l'a tenu captif pendant sept longues années. En entendant le récit du voyage d'Ulysse, le roi Alcinoos décide de lui venir en aide en lui fournissant un navire. Athéna aide également Ulysse une fois de plus, en l'avertissant du chaos qui règne chez lui à Ithaque et l'informant que le pire est encore à venir. Elle déguise Ulysse en mendiant et lui dit de s'arrêter à la ferme de son vieil ami, le porcher Eumée, avant de se rendre chez lui. Elle orchestre également les retrouvailles entre Ulysse et Télémaque, à qui elle a conseillé de rentrer chez lui. Télémaque raconte à Ulysse le comportement des prétendants, et ils complotent le meurtre de masse des prétendants pour rétablir l'honneur de leur maison. Quelques personnages commencent à reconnaître Ulysse à travers son déguisement, parmi lesquels son chien Argos et sa nourrice Euryclée. Cependant, sa femme, Pénélope, ne le reconnaît pas. Lorsque les prétendants rencontrent Ulysse déguisé en mendiant, ils sont cruels envers lui, le raillant et lui faisant combattre un autre mendiant. Mais Ulysse est capable de pratiquer la retenue et d’attendre son heure jusqu'à ce que son plan puisse être mis en œuvre. Sur les conseils d’Athéna, Pénélope déclare qu'elle organisera un concours de tir à l’arc pour choisir son prochain mari - quiconque pourra maîtriser l'arc d'Ulysse gagnera. Lorsque le concours commence, aucun des prétendants ne peut bander l’arc. Ulysse encore déguisé se porte volontaire pour relever le défi, au grand dam des prétendants, mais Pénélope lui permet d'essayer. Il bande l'arc facilement et gagne le concours. Les prétendants sont sous le choc, et Ulysse, profitant de leur confusion, commence à les tuer, ainsi que les femmes qui les ont aidés. Athéna lui apporte une fois de plus son aide, et Télémaque et des serviteurs loyaux se joignent également à eux. Enfin, Ulysse et Pénélope sont réunis, mais non sans un test final de la part de Pénélope pour s’assurer de l'identité d'Ulysse. Cependant, ils ne peuvent pas encore vivre heureux car les familles des prétendants exécutés veulent se venger. Les dieux interviennent et finalement, Athéna et Zeus apportent la paix. Le dernier voyage d'Ulysse a pour but de voir son père, puis d'offrir un sacrifice à Poséidon, afin que le dieu le laisse enfin en paix. De nombreux personnages de L'Odyssée affichent de l'hybris, l'arrogance de l'orgueil excessif. Ils en souffrent généralement. Ulysse, qui retrouve finalement la dévouée Pénélope et son fils aimant, Télémaque, et qui est réconcilié avec son père Laerte, souffre pendant une décennie avant d'atteindre ce point. S'il est vrai que sa souffrance est parfois dans les bras de la belle Circé ou de la belle Calypso, ses sept années avec elle ont fait de lui un homme découragé et larmoyant - à peine l'image de quelqu'un qui se contentait de céder à la tentation. L'arrogant Antinoüs est le premier à mourir, et l'arrogant Polyphème, convaincu que de simples humains ne peuvent pas lui nuire, est trompé et puni de cécité. La tentation frappe de nombreux personnages de L'Odyssée, et le résultat est généralement un revers frustrant. Ulysse et ses hommes succombent à la tentation à de nombreuses reprises, généralement avec des conséquences désastreuses. Les hommes d'Ulysse tombent dans l’amnésie chez les Lotophages, et s'échappent de justesse. Ils ouvrent la poche des vents par curiosité, pour se retrouver soufflés loin de leur île qu'ils avaient presque atteinte. Lorsqu'ils sont confrontés aux chants des sirènes, les marins se protègent de la tentation en bouchant leurs oreilles avec de la cire d'abeille, mais doivent attacher Ulysse au mât parce qu'il est trop tenté par le chant séduisant pour appliquer cette mesure préventive, son orgueil est plus fort que sa raison. Cependant, leur plus grande chute dans la tentation est peut-être de manger le bétail d'Hélios, après avoir été avertis à plusieurs reprises de ne pas le faire. Zeus est tellement en colère qu'il les extermine. Le moteur central de l'épopée est le désir d'Ulysse de rentrer chez lui, de retrouver l'amour de sa famille et le confort de son palais. Avec la maison est liée l'idée de loyauté et de fidélité, Pénélope, Télémaque et les serviteurs loyaux en étant les principaux représentants. Pénélope endure des années de lutte contre les prétendants odieux, démontrant sa vertu en les tenant à distance à travers des stratagèmes dignes de son mari rusé. Télémaque, malgré l'absence de deux décennies de son père, ressent la fidélité et le dévouement appropriés d'un fils, une indication de sa valeur. Alors qu'Ulysse doit d'abord se déguiser en arrivant à Ithaque - comme il le fait si souvent tout au long de ses aventures - la maison représente l'endroit où il peut enfin être lui-même : maître stratège, guerrier habile, mari aimant, père guidant et fils dévoué. Les lecteurs modernes ont tendance à être surpris de l'accent écrasant mis sur l'hospitalité dans L'Odyssée. Elle semble dicter non seulement les interactions sociales entre les mortels, mais aussi le traitement par les dieux. L'hospitalité est la façon dont les personnages évaluent le code moral de l'autre, et c'est la façon dont ils restent en sécurité dans un monde où les gens s'aventurent constamment dans des pays étrangers et inconnus. Les voyageurs de la Grèce antique (et il y en avait beaucoup) devaient compter sur la gentillesse des étrangers pour assurer leur gîte et leur couvert. S’employer à être un hôte hospitalier signifiait qu'il était plus probable que l'hôte aussi rencontrerait un accueil chaleureux s'il était perdu ou dans le besoin. Les hôtes aimaient généralement accueillir des étrangers parce qu’ils apportaient des histoires de terres étranges et des histoires d'aventures avec lesquelles les divertir. Ulysse rencontre toute les sortes d'hospitalité tout au long de l'épopée - de l’hospitalité généreuse des Phéaciens à la bataille contre les Cyclopes, en passant par sa captivité chez Calypso et Circé. Ulysse doit aussi retourner chez lui pour punir les prétendants qui ont abusé des règles d'hospitalité dictées par la coutume. La tromperie touche presque tous les personnages majeurs de L'Odyssée. Athéna est presque toujours déguisée lorsqu'elle conseille Ulysse, qui est souvent déguisé lui aussi, et qui fait toujours attention à la façon et au moment où il révèle sa véritable identité. Ce n'est pas un hasard si c'est souvent Athéna qui dirige les déguisements d'Ulysse, modifiant son apparence pour le rendre plus fort ou plus faible comme il convient à ses plans. L'illusion et la supercherie sont des traits qu'Ulysse et Athéna admirent, et pas seulement lorsqu'il s'agit d'apparences physiques. Ulysse déploie la tromperie lorsqu'il ne peut pas compter uniquement sur la force, par exemple lorsqu'il trompe Polyphème en lui faisant croire que son nom est "Personne" afin de dissuader ses voisins de venir à son aide. Pénélope et Télémaque dissimulent également leurs intentions aux prétendants, la tromperie est donc un mécanisme de survie utile. Le destin semble être la force la plus forte pour façonner la vie des mortels. Les dieux déterminent le sort des mortels, bien que l'action humaine ait du poids. Parfois, il semble que les dieux décident de la situation dans son ensemble, mais laissent aux mortels le pouvoir de faire des choix spécifiques. Personne n'a conseillé Ulysse sur la façon de gérer le problème de Polyphème. Alcinoos et Arété ont choisi d'offrir l'hospitalité à Ulysse. Tiresias a averti Ulysse que ses hommes ne devraient pas manger le bétail d'Hélios, mais il n'a pas dit qu'ils n'avaient pas le choix. Il leur a uniquement dit qu'ils subiraient des conséquences désastreuses s'ils le faisaient. L'observance des coutumes décrétées par les dieux régit une grande partie du comportement des mortels dans L'Odyssée. Ne pas tenir compte de ces coutumes peut faire punir rapidement un mortel, tant par d'autres mortels que par les dieux. Zeus est le dispensateur ultime de justice. Même un dieu puissant comme Poséidon doit se soumettre à ses décisions. La vengeance est un autre thème majeur de L'Odyssée, trouvé dans l'intrigue de la vengeance de Poséidon sur Ulysse, l'histoire d'Oreste et de la vengeance d'Electre sur Égysthe et Clytemnestre pour le meurtre de leur père Agamemnon, et sur l’exécution par Télémaque et Ulysse des prétendants et de leurs servantes. Dans chaque cas, la vengeance punit une violation de l'ordre naturel. La vengeance de Poséidon sur Ulysse est terrible, bien que le guerrier ne connaissait pas la relation filiale de Polyphème avec Poséidon. Egysthe et Clytemnestre ont commis un régicide sur Agamemnon. Les prétendants ont abandonné le comportement approprié dû à un invité, et les serviteurs ont fait preuve de déloyauté. La vengeance est implacable dans L’Odyssée. Ce n'est que parce que Poséidon a été contrecarré par Zeus qu'Ulysse survit.

Écrire commentaire

Commentaires: 0