Analyse de Oedipe Roi de Sophocle

Analyse de Oedipe Roi de Sophocle

Un thème majeur dans les pièces de Sophocle est l'idée que les dieux, et non les êtres humains, déterminent le sort d'un individu. Sophocle était un homme religieux. Ses pièces reflètent sa conviction que la souffrance sert de moyen pour clarifier la puissance des dieux et leurs intentions pour l'humanité. Dans Œdipe Roi, le destin est inévitable, peu importent les mensonges que les personnages disent aux autres et à eux-mêmes et peu importe ce qu'ils font pour s'assurer d’échapper à leur destin. En fait, la tentative d'échapper au destin semble être la chose même qui garantit que le destin est inévitable. Essayer d'éviter, plutôt que d'accepter, son destin augmente encore plus sa souffrance. Cette idée n'élimine toutefois pas le libre arbitre et les choix des personnages au cours de leur vie. Il existe une tension entre le destin et le libre arbitre dans la tragédie grecque, illustrée par le conflit perpétuel entre les humains et les dieux. Jocaste essaie également de contrôler les événements pour éviter la réalisation de la prophétie d'une manière cruelle. Laius et elle enfoncent une épingle aux chevilles de leur propre fils, le rendant boiteux et marqué à vie. Puis ils ordonnent à un berger de le laisser exposé sur un rocher dans le désert, ce qui entraînera sûrement sa mort. Mais Jocaste est tellement déterminée à éviter son sort qu'elle va plus loin et demande au berger de tuer le bébé. Le berger ne peut pas obéir à un ordre aussi horrible et désobéit à Jocaste, remettant le bébé à un messager pour le donner à Polybe et Mérope. Ce bébé est, bien sûr, Œdipe. La tentative de Jocaste d'orchestrer l'infanticide sécurise son destin : les dieux ne sont pas satisfaits de cet acte honteux. Jocaste essaie même d'empêcher Œdipe de connaître son histoire, et elle est prête à accepter son sort et à souffrir en silence tant qu'Œdipe ne sait pas qu'il est celui qu'elle a essayé de tuer. Cependant, ni l'un ni l'autre ne peut éviter le destin ni la révélation de la vérité. Le thème de la cécité est le fil conducteur d’Œdipe Roi car tous les personnages sont aveugles d’une façon ou d’une autre au début de la pièce. La cécité symbolise l'ignorance des personnages. Par extension, ce thème inclut également la vue, et dans Œdipe Roi, aucun des personnages ne veut voir ses fautes. Cependant, une fois qu'ils acquièrent les connaissances ou la compréhension qui mènent à la vérité, leur vision devient claire. Le premier exemple de cécité est Tiresias, le vieux prophète aveugle. Fait intéressant, ce type de cécité se produit chez un personnage qui est la première représentation de la vérité derrière l'histoire de naissance et de vie d'Œdipe. La cécité volontaire est quelque chose que Créon et Jocaste ont en commun, à des degrés divers. Créon, accusé de vouloir le trône, dit qu'il ne veut pas faire face à tous les problèmes liés à la gestion d'une ville. Il préférerait être aveugle à tout cela et profiter de sa vie en tant que frère d'un roi et d'une reine. Jocaste, cependant, est aveugle à la puissance des dieux en essayant d'éviter son sort, et, lorsqu'elle découvre la vérité sur Œdipe, elle adopte un aveuglement volontaire. Elle encourage Œdipe à se joindre à elle dans sa cécité, et elle le maintient jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus nier les faits. Dans l'épisode suivant, elle se suicide plutôt que de faire face à la vérité. Après que le berger a admis qu'il a désobéi à l'ordre de Jocaste de tuer son fils, tout le monde comprend qui est Œdipe et que la prophétie s'est réalisée. Le chœur chante : « Ô enfant de Laius, comme j'aurais aimé ne jamais te voir. » Œdipe, ayant découvert qu'il a assassiné son père et engendré des enfants avec sa propre mère, doit également être témoin du suicide de la femme qui est à la fois sa femme et sa mère. C'est lui qui la trouve pendue dans leur chambre, et sa mort élève son niveau de souffrance à un degré qu'il ne supporte pas. Il retire les broches de ses vêtements et utilise les épingles pour se crever les yeux, choisissant un aveuglement permanent. L’hybris occupe une place importante dans de nombreuses tragédies grecques. Il est étroitement lié à l'idée grecque d'orgueil, un trait de caractère qui conduit une personne à ignorer les limites du potentiel humain ordonnées par les dieux. Œdipe est un homme intelligent, mais son hybris le perd. Le défaut tragique d'Œdipe (harmatia) est son hybris. En essayant d'échapper à la prophétie dictée par les dieux, il finit par l'accomplir. Ce faisant, Œdipe se rend coupable d'orgueil alors qu'il tente de surmonter ses limites humaines et d'annuler la prophétie. Comme Œdipe, Jocaste est coupable d'hybris dans sa tentative de modifier le destin et plus tard de le nier. Elle envoie Œdipe nourrisson mourir dans l'espoir d'échapper à la prophétie. De nombreuses années plus tard, quand Œdipe lui révèle la prophétie qu'il avait entendue, elle la nie, mais elle continue à prier à l'autel d'Apollon. Lorsqu'elle réalise que la prophétie s'est accomplie, elle essaie de protéger Œdipe de la vérité. Incapable de faire face à l'accomplissement de la prophétie, elle se suicide. Un symbole majeur d'Œdipe Roi est celui du carrefour, l'endroit où les trois routes se rencontrent. Lorsque l'on dit que les gens sont à la croisée des chemins, ils sont sur le point de prendre des décisions qui influenceront le reste de leur vie de manière majeure. À ce carrefour, Œdipe tue son père. Il ne se rend pas compte qu'il a accompli une partie de son destin, mais le carrefour, en tant que symbole d'une décision qui change la vie, dit le contraire au public avant qu'Œdipe lui-même ne réalise ce qu'il a fait. Le nom d'Œdipe signifie "pieds gonflés". Ses pieds étaient percés et liés quand il était enfant et que ses parents l’ont abandonné. Il a été secouru par un messager, mais ses pieds ont été marqués en conséquence. Les cicatrices symbolisent le destin paralysant qui lui est échu dès sa naissance. C'est un exemple d'ironie tragique car ni Œdipe ni Jocaste ne relient ses cicatrices à l'histoire de sa naissance.

Écrire commentaire

Commentaires: 0