Résumé de La Peste d'Albert Camus

Résumé de La Peste d'Albert Camus

Le roman se déroule dans les années 1940 dans la ville algérienne d'Oran. Une chose étrange a commencé à se produire à Oran. Les rats émergent dans les rues, où ils se déplacent maladroitement dans une sorte de danse, puis saignent abondamment et meurent. Au début, il n'y en a que quelques-uns. Ensuite, leur nombre augmente. Bientôt, des rats meurent de cette façon par milliers, tellement qu'ils doivent être empilés et brûlés. Le Dr. Bernard Rieux, médecin, reconnaît que la façon dont les rats meurent est étrange et sait que ce n'est probablement pas un bon signe.

 

Après un certain temps, les rats cessent de mourir. Mais avant que quiconque ne puisse pousser un soupir de soulagement que l'épisode du rat est terminé, les gens commencent à montrer des symptômes déconcertants. Ils commencent à mourir à peu près de la même manière que les rats. Le Dr. Castel, qui travaille avec le Dr. Rieux, en vient à croire que les symptômes sont ceux de la peste noire. Cependant, les dirigeants municipaux hésitent à reconnaître ce qui se passe, même si le nombre de morts augmente, apathiques à la souffrance humaine qui se produit sous leur nez.

 

Finalement, les dirigeants municipaux sont contraints de prendre la situation au sérieux et mettent la ville en quarantaine. Personne ne peut entrer ou sortir. Plusieurs choses se produisent en conséquence. Les habitants de la ville sont plongés dans le désespoir et passent tout leur temps à parler de leur ennui et de la façon dont ceux qui sont loin leur manquent. Raymond Rambert, journaliste de Paris en visite à Oran, tente de quitter la ville. Lorsqu'il échoue à utiliser les canaux normaux, il poursuit les canaux illégaux. Cela l'amène à faire connaissance avec Cottard, un passeur, qui a récemment tenté de se suicider et a été sauvé par Joseph Grand, un homme qui n'a pas réussi à travailler, à se marier et à écrire. Le père Paneloux, prêtre, croit que la peste est la punition de Dieu pour le péché et en dit autant dans un sermon.

 

Jean Tarrou, un visiteur confiné dans la ville lorsqu'elle est mise en quarantaine, observe et tient un journal de ce qui se passe. Il recrute également le Dr. Rieux, Joseph Grand et d'autres pour aider à lutter contre la propagation de la peste. Pourtant, la peste continue de ravager la ville, remplissant les hôpitaux et les cimetières à mesure qu'elle devient de plus en plus contagieuse. Un sérum est développé, mais s'avère être un échec. D'autres personnes meurent, y compris le jeune fils d'un magistrat, Jean Tarrou, la femme de Rieux et le père Paneloux. Finalement, les décès dus à la peste commencent à diminuer, et une nouvelle version du sérum semble efficace. La quarantaine est levée et les portes de la ville sont ouvertes. Le Dr. Rieux se révèle être le narrateur de l'histoire, racontant aux lecteurs sa motivation pour écrire ce "vrai récit" était de documenter la "souffrance commune" dont il a été témoin afin qu'elle ne soit pas oubliée.

Écrire commentaire

Commentaires: 0