Le Rouge et le noir de Stendhal résumé

Le Rouge et le noir de Stendhal résumé

 

Livre 1

Julien Sorel est le fils d'un paysan rusé, un charpentier qui ne l'aime ni ne prend soin de lui parce qu'il n'est pas comme ses frères. Ils sont robustes et grossiers, tandis que Julien est bien désossé, beau et intelligent. Julien grandit sans amour et compense son manque de guidance en développant un ego fort et un sentiment exagéré de fierté. La première personne qui s'intéresse à lui est un vieux soldat qui était dans l'armée de Napoléon ; de cet homme Julien apprend les exploits de l'empereur et commence à rêver de l'imiter. Julien commence à croire qu'il est lié à l'honneur à tout prix.

Cependant, dans Restoration France, les jours de gloire de Napoléon sont révolus et l'armée n'est plus une carrière viable pour un jeune homme ambitieux. Au lieu de cela, Julien décide de faire carrière dans l'Église, bien qu'il ne se sente pas appelé à le faire ; il ne croit même pas en Dieu. Il s'apprend auprès d'un vieux prêtre, l'abbé Chélan, et pour l'impressionner Julien apprend tout le texte du Nouveau Testament en latin. Parce qu'il est perçu comme savant, Julien obtient un emploi de tuteur des trois fils du maire M. de Rênal. Pendant tout ce temps, le ressentiment mijote à peine sous la surface de Julien ; il en veut à son oppression en tant que membre de la classe ouvrière, et il adopte une position combative envers la société.

Après que Julien ait été chez le maire pendant un certain temps, la femme du maire, Mme de Rênal, tombe amoureuse de lui. Femme pieuse avec une grande réserve de passion, c'est une femme dévouée, mais semble avoir peu d'expérience de l'amour romantique. Quand Julien se rend compte qu'elle est amoureuse de lui, il décide de la séduire, bien qu'il soit au moins 10 ans son cadet. Il considère cette séduction comme son devoir et l'aborde comme une campagne militaire. Malgré sa maladresse et son inexpérience, Julien démarre l'affaire, et bientôt Mme de Rênal est follement amoureuse de lui. Au début, l'affaire ne satisfait que sa vanité, mais ensuite il tombe amoureux d'elle.

Quand son plus jeune fils tombe malade, Madame de Rênal pense que Dieu la punit pour son affaire. Après que son fils se soit rétabli, elle continue de penser qu'elle est damnée en enfer, mais elle ne peut pas abandonner Julien. Pendant ce temps, les commérages au sujet de son affaire parviennent à Valenod, le rival du maire, qui a un coup de cœur de longue date pour Mme de Rênal ; il est à la fois jaloux et indigné. Il écrit une lettre anonyme à son mari, M. de Rênal, mais Mme de Rênal convainc son mari que la lettre est un commérage malveillant produit par ses rivaux jaloux. Les commérages continuent, et M. de Rênal pense qu'il doit demander à Julien de quitter la ville. L'abbé Chélan donne à Julien la possibilité de se lancer dans le commerce du bois avec son ami Fouqué ou de rejoindre le séminaire de Besançon.

Julien craint que le séminaire ne se sente comme une prison pour lui, mais il le choisit comme la meilleure voie vers le succès et se lance dans un programme pour se distinguer en tant qu'homme pieux et érudit. Les camarades de classe de Julien le détestent et l'aiment pour son intelligence et son ambition, mais le directeur du séminaire, l'abbé Pirard, le prend sous son aile. Le directeur est un prêtre pieux qui penche vers la doctrine du jansénisme, qui soutient l'idée que le salut vient principalement par la grâce divine. Cela s'oppose aux doctrines jésuites, mais les jansénistes et les jésuites sont principalement en désaccord parce que les jésuites sont étroitement alignés sur les Ultras, l'aile conservatrice du parti royaliste qui souhaite faire reculer les droits démocratiques obtenus depuis la Révolution française. La faction jésuite soutient les Ultras parce qu'ils veulent récupérer le pouvoir qu'ils ont perdu dans la Révolution. Julien est pris dans le feu croisé entre l'abbé Pirard et son sous-directeur, l'abbé Castanède, et le vicaire général jésuite Frilair. Pirard est bientôt expulsé, et quand il démissionne, il emmène Julien avec lui. Il a décidé que Julien occuperait le poste de secrétaire du marquis de la Mole.

Julien doit maintenant déménager à Paris. Tout d'abord, cependant, il rend visite à Mme de Rênal, qu'il n'a pas vue depuis 14 mois. Il la trouve beaucoup changée, plus pieuse et peu disposée à rompre ses vœux de mariage. Mais il connaît sa faiblesse pour lui et la séduit à nouveau malgré ses objections religieuses. Il s'en va alors ; les deux ne se reverront pas avant longtemps.

 

Livre 2

Julien entre dans la maison du marquis de la Mole en tant que bosse de campagne, mais il montre bientôt son intelligence, et l'aristocrate commence peu à peu à lui faire confiance avec de plus en plus de responsabilités. Le jeune prêtre devient une partie de la maison, et le fils du marquis, Norbert, le fait monter à cheval. Julien fréquente les salons de la marquise de la Mole et est présenté à Mathilde, la fille du marquis, et à son cercle d'amis. Mathilde est belle et hautaine et aussi fière que Julien. Il regarde Mathilde et ses amis se moquer des gens qui fréquentent les salons mais qui ne sont pas dans leur cercle. Les amis ne parlent de rien de substantiel et passent la plupart de leur temps à bavarder. Mathilde est très intelligente et sort de nombreux livres interdits de la bibliothèque de son père ; cependant, elle souffre d'ennui parce que sa vie est trop facile et que ses amis ternes et aristocratiques font et disent la même chose tous les jours. Julien entrevoit de près la décadence de la classe Ultra.

Lorsque le marquis est larmé de goutte pendant plusieurs mois, Julien lui devient indispensable, aidant aux affaires mais aussi devenant un compagnon et un ami proche. Pour gérer ces nouvelles relations, le marquis lui demande de porter une veste bleue plutôt que des vêtements religieux noirs lorsqu'ils passent des affaires à l'amitié. Quand Julien porte la veste bleue, le marquis le traite comme le fils d'un bon ami.

Mathilde devient fascinée par Julien. Il ne l'aime pas beaucoup au début et la garde à distance. Mais Mathilde le poursuit, et il se rend compte qu'elle a un intérêt romantique pour lui, même s'ils ont une relation quelque peu combative. Quand elle exprime ses sentiments dans une lettre d'amour et l'invite à gravir une échelle jusqu'à la fenêtre de sa chambre, il est ravi et sa vanité est satisfaite. Il ne lui fait pas tout à fait confiance, mais il se sent obligé de répondre à son invitation en signe de vaillance.

Leur première rencontre sexuelle est gênante, et Mathilde regrette d'avoir donné à Julien le pouvoir sur elle. Par la suite, quand elle l'ignore pendant trois jours, il se sent commençant à tomber amoureux d'elle. Il s'approche de Mathilde et lui demande si elle ne l'aime plus ; elle dit qu'elle regrette de se donner « au premier venu ». Encensée, il tire une épée et un fourreau du mur et sort l'épée, mais ensuite il la remplace. Cela l'envoie dans un paroxysme de passion, et elle renouvelle leur romance. Pourtant, Mathilde torture Julien avec des histoires d'autres hommes de sa vie, exagérant ses sentiments pour eux. Quand il monte à nouveau l'échelle jusqu'à sa fenêtre, cette fois sans invitation, elle est impressionnée par son initiative et le laisse entrer avec plaisir. Elle lui demande pardon et prétend qu'elle est son esclave ; elle lui coupe même une partie de ses cheveux pour le prouver. Mais quelques jours plus tard, elle revient à l'ignorer, et il commence à se mépriser de ne pas avoir été assez bon pour elle.

La nature perverse de Mathilde se voit également dans sa fascination pour son ancien parent, Boniface de la Mole, qui a été décapité dans les années 1500 par la reine française Catherine de Médicis. L'amante de Boniface de la Mole, une Française du nom de Marguerite, lui a sauvé la tête et l'a enterrée de ses propres mains. Mathilde fantasme sur la romance d'embrasser la tête coupée d'un amant.

Le marquis de la Mole emmène Julien en affaires. Julien agit comme un notétiteur dans une réunion secrète d'Ultras qui pourrait inviter une influence étrangère en France pour éviter une autre insurrection. Il doit attendre une semaine à Strasbourg pour recevoir un message d'une personne très importante ; pendant qu'il est là, son ami, un prince russe, conseille à Julien de reconquérir Mathilde en la rendant jalouse. À son retour en France, Julien suit ce conseil et courtise une autre femme, et après plusieurs semaines, Mathilde revient vers lui et déclare son amour éternel. Il apprend également qu'elle est enceinte. Quand elle révèle cette nouvelle à son père, il réprimande sévèrement Julien, le traitant de monstre. Après quelques semaines, cependant, il cède et donne à Julien un nouveau titre et une commission dans l'armée, et il donne de l'argent au couple pour commencer leur nouvelle vie.

Cependant, le marquis demande à Julien une référence de caractère avant de sanctionner leur mariage. Julien lui dit de prendre contact avec Mme de Rênal. Après environ une semaine, Mathilde dit à Julien que le mariage est terminé ; le marquis l'a annulé parce que Madame de Rênal a accusé Julien d'utiliser des femmes. L'honneur de Julien est sévèrement offensé. Il se précipite dans sa ville natale de Verrières, trouve Mme de Rênal en train de prier dans l'église et lui tire dessus.

Après que Julien a été emprisonné pour son crime, il apprend que Madame de Rênal n'est pas grièvement blessée. Cependant, il doit être jugé pour tentative de meurtre, qui a les mêmes conséquences que le meurtre. Mathilde se précipite à Verrières et utilise son argent et son influence pour essayer de le faire acquitteler. Mais Julien insiste pour faire un discours devant les membres de la cour, les qualifiant d'hypocrites qui le veulent mort parce qu'il a osé sortir de sa classe.

Julien refuse de demander un appel jusqu'à ce que Mme de Rênal lui rende visite et lui dise qu'elle s'abstiendra de se suicider et qu'elle viendra le voir tous les jours. Les deux se réconcilient, et elle explique que son confesseur d'église lui a fait écrire la lettre au marquis parce qu'elle épinglait encore Julien. Julien se rend compte qu'il l'aime vraiment. Il ne veut pas faire de mal à Mathilde, mais maintenant il a perdu tout intérêt pour elle et même pour sa propre ambition. Mathilde continue de lui rendre visite en prison, cependant, et après avoir été décapité, elle convainc son ami Fouqué de lui permettre de prendre la tête, qu'elle enterre elle-même dans la grotte où le reste de ses restes sont enterrés. Elle recrée le drame et la passion de ses ancêtres, se voyant elle-même et Julien comme Marguerite et Boniface. Madame de Rênal tient sa promesse à Julien et n'essaie pas de se suicider, mais elle meurt naturellement trois jours après sa mort.

Écrire commentaire

Commentaires: 0