Résumé de Antigone de Jean Anouilh

Résumé de Antigone de Jean Anouilh

Tous les acteurs sont regroupés sur scène. Le "réglage neutre" n'indique ni l'heure ni le lieu. La pièce n'a pas de division formelle des actes et des scènes, mais les directions de la scène indiquent des changements dans l'éclairage, ce qui suggère le passage du soleil à travers le ciel, et certaines divisions naturelles se produisent au fur et à mesure que les joueurs font leurs entrées et sorties.

Le chœur, représenté tout au long de la pièce par un acteur, dit qu'il est là pour nous dire "qui est qui et quoi est quoi". Il souligne Antigone, une « petite créature mince » qui sait qu'elle doit mourir parce que son nom est Antigone. Il présente la sœur d'Antigone, Ismène, et Haemon, le fils du nouveau roi. Il dit que tout le monde s'attendait à ce qu'Ismène et Haemon se fiancent, mais à leur grande surprise, Haemon a choisi Antigone, et comme elle, il mourra jeune.

Créon est présenté comme un roi réticent et nouvellement couronné, le beau-frère du défunt roi Œdipe. Après avoir introduit des personnages mineurs - Eurydice, le messager et les trois gardes - le Chœur explique que les fils d'Œdipe, Polynice et Étéole, en guerre pour le contrôle du royaume, se sont récemment suicidés au combat. Comme le roi Créon a honoré Étocle un héros et a qualifié Polynicès de traître. Il a interdit l'enterrement du corps de Polynice, sous peine de mort.

Maintenant, l'action de la pièce commence. Antigone rentre chez elle furtivement à l'aube devant son infirmière, qui soupçonne qu'elle est revenue d'avoir rencontré un amant. Antigone essaie d'apaiser les inquiétudes de l'infirmière et de la convaincre qu'elle est toujours "pure". Sa sœur, Ismene, entre ; elle dit à Antigone qu'elle n'ose pas aider Antigone à enterrer Polynices, et elle essaie de dissuader Antigone de le faire.

Ismene sort et l'infirmière entre. Antigone fait promettre à l'infirmière de prendre soin de son chien, Puff, ou de l'endormir s'il devient trop seul. Cette discussion est interrompue par l'arrivée d'Haemon. Elle dit à son fiancé qu'elle l'aime, mais elle ne peut pas l'épouser. Enfin Ismene revient. Faisant un dernier appel à Antigone pour ne pas défier Créon, elle dit à sa sœur que Polynice ne s'est jamais soucié d'elle.

Plus tard dans la matinée, le soldat Jonas, l'un des trois gardes, raconte à Creon que quelqu'un a essayé d'enterrer Polynices à l'aide d'une pelle jouet. Creon, soucieux de garder ce silence, dit aux gardes de découvrir le corps et de le surveiller de plus près.

En milieu d'après-midi, le chœur apparaît sur scène. Il dit que "le printemps est enroulé serré" et que "la tragédie est en cours". Il poursuit en soulignant la différence entre une tragédie, comme celle qui se déroule sur scène, et un mélodrame, dans lequel le hasard pourrait intervenir pour prévenir le désastre. Il assure au public qu'ils peuvent se détendre parce que le hasard n'interviendra pas ici.

La nouvelle vient que quelqu'un a enterré le corps - et Antigone avoue avec défi. Creon essaie de dissimuler son implication. Il ne veut pas avoir à infliger la peine de mort à sa nièce, craignant que cela ne fasse qu'intensifier la rancœur qui a nourri les flammes de la guerre civile. Il essaie d'intimider et de raisonner pour la dissuader de son but. Enfin, il joue sa carte de l'as, donnant à Antigone la preuve que ses frères n'étaient pas dignes de sa loyauté. Elle est presque prête à accompagner Creon, mais il va trop loin : il vante les vertus de mener une vie heureuse et paisible, et dit qu'Antigone devrait épouser son fils, Haemon, et avoir une famille. Antigone réagit avec passion en disant : « Je crache sur ton bonheur ! »

Ismene vient déclarer qu'elle aidera Antigone après tout, et Antigone dit à Créon d'appeler les gardes. Il leur fait emmener Antigone en prison.

Le Chœur supplie maintenant Creon d'avoir pitié d'Antigone, et bientôt un Haemon incrédule fait de même. Le jeune homme déclare qu'il ne vivra pas sans Antigone. Creon tient bon.

Dans sa cellule, Antigone demande au soldat Jonas d'écrire une lettre à Haemon, qu'elle commence alors à dicter. Dans sa dictée, elle admet qu'elle ne sait pas pour quoi elle meurt, mais elle demande immédiatement à Jonas de gratter cette partie. Quelques instants plus tard, les gardes emmènent Antigone dans la grotte où elle sera murée.

En fin d'après-midi, un messager dit au chœur qu'il a des nouvelles pour la reine : Antigone s'est pendue dans son tombeau, témoin d'Haemon ; Haemon s'est également suicidé dans le tombeau pendant que son père l'observait.

Créon entre, et le messager s'en va. Le Chœur raconte à Creon qu'Eurydice s'est lui aussi suicidé. Creon se tourne lassée vers sa page et lui demande quelle est la prochaine étape de l'horaire. Les deux partent pour une réunion du cabinet.

Le chœur s'adresse une dernière fois au public, faisant remarquer que les survivantes "ne se souviendront pas qui était qui ou qui était qui", ajoutant Antigone "a joué son rôle". La dernière scène révèle les trois gardes jouant aux cartes.

Écrire commentaire

Commentaires: 0