Analyse du monologue de Figaro à l'acte V scène 3 du Mariage de Figaro de Beaumarchais

Analyse du monologue de Figaro à l'acte V scène 3 du Mariage de Figaro de Beaumarchais

Texte

Ô femme ! femme ! femme ! créature faible et décevante !… nul animal créé ne peut manquer à son instinct : le tien est-il donc de tromper ?… Après m’avoir obstinément refusé quand je l’en pressais devant sa maîtresse ; à l’instant qu’elle me donne sa parole ; au milieu même de la cérémonie… Il riait en lisant, le perfide ! et moi, comme un benêt… Non, monsieur le comte, vous ne l’aurez pas… vous ne l’aurez pas. Parce que vous êtes un grand seigneur, vous vous croyez un grand génie !… noblesse, fortune, un rang, des places, tout cela rend si fier ! Qu’avez-vous fait pour tant de biens ? vous vous êtes donné la peine de naître, et rien de plus : du reste, homme assez ordinaire ! tandis que moi, morbleu, perdu dans la foule obscure, il m’a fallu déployer plus de science et de calculs pour subsister seulement, qu’on n’en a mis depuis cent ans à gouverner toutes les Espagnes ; et vous voulez jouter !… On vient… c’est elle… ce n’est personne. — La nuit est noire en diable, et me voilà faisant le sot métier de mari, quoique je ne le sois qu’à moitié ! (Il s’assied sur un banc.) Est-il rien de plus bizarre que ma destinée ! Fils de je ne sais pas qui ; volé par des bandits ; élevé dans leurs mœurs, je m’en dégoûte et veux courir une carrière honnête ; et partout je suis repoussé ! J’apprends la chimie, la pharmacie, la chirurgie ; et tout le crédit d’un grand seigneur peut à peine me mettre à la main une lancette vétérinaire ! — Las d’attrister des bêtes malades, et pour faire un métier contraire, je me jette à corps perdu dans le théâtre : me fussé-je mis une pierre au cou ! Je broche une comédie dans les mœurs du sérail : auteur espagnol, je crois pouvoir y fronder Mahomet sans scrupule : à l’instant un envoyé… de je ne sais où se plaint que j’offense dans mes vers la Sublime Porte, la Perse, une partie de la presqu’île de l’Inde, toute l’Égypte, les royaumes de Barca, de Tripoli, de Tunis, d’Alger et de Maroc ; et voilà ma comédie flambée, pour plaire aux princes mahométans, dont pas un, je crois, ne sait lire, et qui nous meurtrissent l’omoplate, en nous disant : Chiens de chrétiens ! — Ne pouvant avilir l’esprit, on se venge en le maltraitant. — Mes joues creusaient, mon terme était échu : je voyais de loin arriver l’affreux recors, la plume fichée dans sa perruque ; en frémissant je m’évertue. Il s’élève une question sur la nature des richesses ; et comme il n’est pas nécessaire de tenir les choses pour en raisonner, n’ayant pas un sou, j’écris sur la valeur de l’argent, et sur son produit net : aussitôt je vois, du fond d’un fiacre, baisser pour moi le pont d’un château-fort, à l’entrée duquel je laissai l’espérance et la liberté. 

 

[...] 

 

    Le Mariage de Figaro - Beaumarchais - Acte V, scène 3 

 

Commentaire composé

PROBLEMATIQUE: Comment à travers ce monologue pathétique qui marque une parenthèse tragique dans la comédie, Beaumarchais critique la société de son temps marquée par l’opposition des classes sociales et de la censure? 

 

I/ La parenthèse tragique qui interrompt la comédie

  1. l’aspect pathétique

  • La pièce est une comédie, mais le dernier monologue de Figaro ouvre un registre pathétique

  • Figaro se plaint : “Ô femme ! femme ! femme ! créature faible et décevante !”= il est le premier à croire en l’amour mais il croit que sa femme le trompe/ il est comme déçu

  • Il parle seul/ conversation avec lui-même: “ le tien est-il donc de tromper ?”

  • Il se fait des films/ repense à son mariage “au milieu même de la cérémonie… Il riait en lisant, le perfide !”

  • Il se répète : “vous ne l’aurez pas… vous ne l’aurez pas.”

  • Il se rabaisse : “moi, morbleu, perdu dans la foule obscure”

  • Emploi CL volonté d'être/épreuve: “pour subsister”

  • Il se compare : “toutes les Espagnes” 

  • Figaro espère que Suzanne va revenir le plus vite possible car il est en train de devenir fou : “On vient… c’est elle… ce n’est personne.”

  • Indicateur spatio-temporel de registre pathétique : “La nuit est noire en diable”

  • “sot métier de mari, quoique je ne le sois qu’à moitié” : il perd espoir, et ne sais pas pourquoi il reste là à attendre que Suzanne revienne. 

  • Il se sent repoussé de partout: il tente plusieurs métiers que son statut social l'empêche de faire : “la chimie, la pharmacie, la chirurgie” ; “partout je suis repoussé !”; “je m’en dégoûte” 



  1. L’aspect tragique 

  • Figaro est un homme intelligent qui a su apprendre/ se cultiver pour se “faire une place” : “il m’a fallu déployer plus de science et de calculs pour subsister”; “J’apprends la chimie, la pharmacie, la chirurgie”; “je me jette à corps perdu dans le théâtre”; “j’écris sur la valeur de l’argent, et sur son produit net” 

  • Cependant, Figaro ne peut exercer les métiers qu’il a appris à cause de son statut de valet/et son statut de naissance : “Fils de je ne sais pas qui”; “volé par des bandits ;”; “élevé dans leurs mœurs, je m’en dégoûte”

  • Le registre tragique se traduit ici, par une force supérieure empêchant Figaro de s’élever socialement dans sa société : “Est-il rien de plus bizarre que ma destinée !”; “partout je suis repoussé !”; “tout le crédit d’un grand seigneur peut à peine me mettre à la main une lancette vétérinaire !”; “et voilà ma comédie flambée, pour plaire aux princes mahométans,”;





II/La critique sociale ouverte

  1. l’opposition des classes sociales 

  • Figaro se compare au comte. Le registre tragique met en valeur et permet la critique des classes sociales de la société du temps de Beaumarchais. Figaro est valet et malgré son fort état d’esprit et son intelligence, celui-ci ne peut exercer les métiers qu’il aimerait. “partout je suis repoussé !”, “ tandis que moi, morbleu, perdu dans la foule obscure,”; “n’ayant pas un sou,” 

  • A contrario, le comte ,lui, appartient à la très haute noblesse: son statut de naissance lui permet d’accomplir tout ce qu’il veut : “grand seigneur” ; “noblesse, fortune, un rang, des places, tout cela rend si fier !”

  • Figaro dit que la seule chose qui permet au comte d'être “supérieur” à lui, c’est son statut de naissance, et non pas ses capacités intellectuelles : “Qu’avez-vous fait pour tant de biens ?”; “vous vous êtes donné la peine de naître, et rien de plus”, “homme assez ordinaire !”

  • Beaumarchais était lui-même un noble de la Haute Noblesse. Cependant, celui-ci exprime sa pensée, son opinion à travers le personnage de Figaro n’étant pas noble. Il y a donc ici des faits paradoxaux et révolutionnaires. 

  • Beaumarchais place une pointe autobiographique dans les dernières paroles de Figaro, avant que celui-ci soit coupé : Beaumarchais a été détenu au Château de Vincennes, lieu où était emprisonné les prisonniers politiques : “baisser pour moi le pont d’un château-fort, à l’entrée duquel je laissai l’espérance et la liberté.” 




  1. la censure 

 

  • Dans la société de Beaumarchais, les écrivains, poètes et dramaturges se devaient de dire que leurs œuvres provenaient de l’Orient, notamment de la Perse, afin d’éviter la censure de celles-ci en France (ex: Les Lettres persanes de Montesquieu). Ici, à travers la parole de Figaro, Beaumarchais critique la censure en France par le fait que la pièce de théâtre écrite par Figaro ferait du tort aux princes orientaux : “je crois pouvoir y fronder Mahomet sans scrupule”; “j’offense dans mes vers la Sublime Porte, la Perse, une partie de la presqu’île de l’Inde, toute l’Égypte, les royaumes de Barca, de Tripoli, de Tunis, d’Alger et de Maroc ;”, “ ma comédie flambée, pour plaire aux princes mahométans,”. 

  • Beaumarchais, à travers Figaro, énonce un commentaire satirique sur la censure sur les princes d’Orient, montrant que cette censure est vraiment inutile : “princes mahométans, dont pas un, je crois, ne sait lire, et qui nous meurtrissent l’omoplate, en nous disant : Chiens de chrétiens !” 

  • De plus, son étude sur l’économie est aussi censurée car après l’avoir annoncé, il est conduit en prison : “aussitôt”

  • Ici, Beaumarchais fait la satire de la société de son temps, utilisant les registres pathétique et tragique, traduit par le personnage de Figaro, incapable d’exercer les métiers dont il a envie car son statut de naissance ne le lui permet pas. De plus, il critique les nobles appartenant au même milieu social que lui, en mettant l’accent sur le statut de naissance qui prend le dessus sur le statut acquis par l’apprentissage. Enfin, Beaumarchais met la censure au premier plan, en citant implicitement des œuvres d’artistes de son temps (lettre persanes de Montesquieu) qui ont publié leurs œuvres comme des œuvres étrangères pour en éviter la censure. Perçu comme révolutionnaire,  il a lui-même été victime de censure et emprisonné au Chateau de Vincennes avec les autres prisonniers politiques. 


Écrire commentaire

Commentaires: 0