Karl Marx Critique de la philosophie du droit de Hegel Résumé

Karl Marx Critique de la philosophie du droit de Hegel Résumé

 

La société fait l'État

L'une des différences fondamentales entre Georg Wilhelm Friedrich Hegel (1770-1831) et l'interprétation de l'État par Karl Marx est centrée sur la question de la façon dont il est formé par rapport à la société civile et apolitique. La philosophie du droit de Hegel (1821) cartographie la structure de l'État en termes abstraits. Pour Hegel, la structure ou la forme de l'État a préséance sur tous les autres facteurs. Si la forme de l'État est rationnelle, la société qu'il structure sera également rationnelle. L'État et la société seront toujours en harmonie selon la logique de Hegel. Marx adopte une approche totalement différente de la relation entre l'État et la société. Il voit que l'État et ses lois sont formés à la suite des réalités sociétales et de leurs implications. En bref, la société fait que l'État plutôt que l'État dicte la composition de la société.

À la base de la critique de Marx se trouve la vision abstraite de Hegel de l'État et de la société. Les êtres humains n'existent pas abstraitement, comme Marx le souligne que "l'homme n'est pas abstrait campé en dehors du monde". Le comportement des citoyens est beaucoup plus susceptible d'être façonné par les conditions réelles dans lesquelles ils vivent que par la structure de leur gouvernement. La croyance de Marx selon laquelle l'État est fait par la société plutôt que par la société créée par l'État reflète son opposition à la dialectique hégélienne. Hegel soutient que l'histoire humaine est façonnée par le processus dialectique dans lequel la résolution de deux idées opposées crée une idée supérieure. L'évolution des idées se produit en dehors de la société et garantit que l'humanité continue dans une direction progressive. Par ce processus, la forme de l'État aboutira inévitablement à une conclusion idéale. Marx rejette cet idéalisme. Il a développé la théorie du matérialisme dialectique pour rendre compte du caractère de la société au cours de ses recherches philosophiques. Le matérialisme dialectique met l'accent sur les effets des conditions sociétales. Selon Marx, les gens acquièrent des connaissances à travers leurs expériences réelles et réagissent ainsi afin qu'ils ne soient pas liés par des idées innées et universelles de rationalité. En tant que telles, les sociétés sont formées sur la base des réalités réelles de l'activité humaine. Les conflits littéraux dans la société et non les affrontements d'idées entraînent des changements historiques. Selon Marx, les lois et les États sont formés en réponse aux réalités matérielles. L'État allemand abstrait et théoriquement perfectionné décrit par Hegel dans The Philosophy of Right (1821) repose sur une philosophie imparfaite selon Marx.

 

Le problème de la propriété privée

Marx trouve que la propriété privée et la pratique de la primogéniture sont contre-productives pour la santé de l'État. La propriété privée aux yeux de Marx n'est rien d'autre qu'un blocage du système féodal et la continuation irrationnelle de la richesse héréditaire. Il soutient que la propriété impliquée n'est pas seulement contraire au progrès, mais qu'elle est un fléau actif pour la société. La critique de Marx de la définition hégélienne de la propriété privée constitue l'épine dorsale de sa pensée politique. Hegel estime la primogéniture ou l'implication de biens pour la progéniture première née. Selon l'estimation de Hegel, la primogéniture crée une classe économiquement indépendante qui est isolée des "prix" du reste de la société. Car la richesse héréditaire de Hegel se traduit par une classe impartiale mieux capable de gérer l'État pour le bénéfice collectif des citoyens.

L'interprétation de Marx de la propriété privée renverse celle de Hegel. "Ce qui est durable, c'est l'État ancestral, la propriété foncière", écrit-il, "c'est l'élément durable de la relation, la substance." Marx soutient que c'est la terre elle-même qui abrite la richesse et le privilège au lieu de la famille qui naît sur la terre. Il explique que « la propriété déversée, pour ainsi dire, hérite continuellement du premier-né de la Chambre au fur et à mesure que l'attribut lui entrave ». C'est la parcelle de terre tangible qui existe à part entière alors qu'un héritier ayant droit est une invention humaine. Les personnes qui en sont propriétaires sont un "accident" aléatoire. La terre hérite des gens et les gens n'héritent pas de la terre.

La propriété privée est à l'origine des défauts de l'État hégélien parce que, comme Marx l'explique, "lorsque la "propriété privée indépendante" a dans l'État politique, à la législature, la signification de l'indépendance politique, alors c'estl'indépendance politique de l'État". Hegel considère la propriété privée comme fondamentale pour un état qui fonctionne bien. C'est très problématique pour Marx. Hegel a fait de la "propriété privée indépendante" ou de la "propriété privée réelle" ... non seulement le "pilier de la constitution", mais aussi la "constitution elle-même". Privilégier la propriété privée à un tel degré prive nécessairement le reste de la société de ses droits selon Marx : "En exigeant la négation de la propriété privée, le prolétariat ne fait qu'élever au rang d'un principe de société quelle société il a fait le principe du prolétariat." Pour Marx, l'abolition de la propriété privée est donc indispensable à la révolution prolétarienne. Il n'y a pas de royauté sans propriété héritée et, en tant que telle, son élimination rend tous les citoyens égaux aux rois : "le prolétaire se retrouve alors à posséder le même droit que le roi allemand".

 

Vers une révolution prolétarienne

Marx expose les raisons d'une révolution prolétarienne dans l'introduction du manuscrit qui a été écrit et publié en 1844. Il explique que les révoltes du passé étaient le résultat de torts particuliers redressés par des classes particulières au nom de la société dans son ensemble. Mais l'État allemand a évolué comme une aberration pour le reste de l'Europe et, comme l'écrit Marx, "aucune classe de la société civile n'a besoin ou capacité d'émancipation générale tant qu'elle n'est pas forcée par sa condition immédiate, par la nécessité matérielle, par ses chaînes mêmes". L'État allemand naissant a été le site d'une industrialisation rapide lorsque Marx a écrit au milieu du XIXe siècle. La fabrication industrielle a fondamentalement transformé la société selon l'estimation de Marx. Cela a donné naissance à la nouvelle classe prolétarienne. Ce groupe "artificiellement appauvri" continuera de s'étendre au fur et à mesure que l'industrialisation dirigée par le capitalisme progresse. Le système capitaliste de libre marché ne profite qu'à l'élite au sommet du spectre économique et fait du reste de la société une masse de travailleurs opprimés. La classe prolétarienne naît donc de la "dissolution drastique de la société" dans son ensemble.

La critique de Marx de l'analyse de l'État et de la dialectique hégélienne par Hegel contribue directement à son appel à une révolution universelle. L'interprétation abstraite de l'activité humaine par Hegel contribue à l'aliénation des gens des systèmes de gouvernance qui ont créé des conditions sociétales oppressives. Il traite les personnes réelles comme des concepts abstraits et justifie donc tacitement le traitement déshumanisant des citoyens.

Écrire commentaire

Commentaires: 0