Les Chroniques Martiennes de Ray Bradbury Résumé et analyse

Les Chroniques Martiennes de Ray Bradbury Résumé et analyse

Résumé

 

Résumé

Janvier 1999: Rocket Summer

Le roman ouvre ses portes en 1999, près de 50 ans plus tard au moment de sa publication. Les gens sur Terre sont excités à l'idée de coloniser Mars et envoient plusieurs missions. Lorsque la première fusée est lancée, il fait si chaud qu'elle fait fondre l'hiver. Les gens sortent pour le regarder et enlever leurs manteaux.

Février 1999: Ylla

La première mission est dirigée par deux astronautes, Nathaniel York et Bert. Une femme martienne, Ylla, rêve de leur arrivée. Ses rêves ont bouleversé son mari, Yll, et quand elle fait des plans pour rencontrer les hommes de la Terre, Yll l'empêche de quitter la maison et sort avec un fusil pour les tuer.

Août 1999: la nuit d'été

Les Martiens de tout Mars commencent à rêver de l'arrivée d'une seconde expédition. Un chanteur est submergé par une chanson étrangère, et les enfants commencent à réciter des comptines en anglais. Ils ont peur et ont la prémonition que quelque chose de mauvais est à venir.

Août 1999: Les Hommes de la Terre

Lorsque l'équipage de la deuxième expédition arrive, les Martiens agissent sans être impressionnés parce qu'ils croient que les explorateurs sont simplement des Martiens fous. Le psychologue martien en chef, M. Xxx, est impressionné par la réalité du capitaine Williams et des "délires" de son équipage. Il les tue, et quand leurs cadavres ne disparaissent pas, M. Xxx craint d'avoir été infecté et se suicide.

Mars 2000: Le Contribuable

Avant le lancement de la troisième mission, un contribuable exige d'être autorisé à monter à bord de la fusée parce qu'il paie consciencieusement ses impôts, mais il lui est refusé. Il devient de plus en plus hystérique, avertissant de la guerre nucléaire imminente et les autorités le traînent.

Avril 2000: la troisième expédition

Le capitaine John Williams et l'équipage de la troisième mission atterrissent sur Mars pour trouver leurs parents décédés en les accueillant chez eux dans une ville qui semble provenir du Midwest des États-Unis. Bien que le capitaine Williams soit méfiant, son équipage est trop submergé par la nostalgie pour résister à rejoindre leurs familles. L'équipage découvre trop tard que les Martiens utilisent des illusions télépathiques pour les attirer et les tuer.

Juin 2001 : — et la Lune soit toujours plus brillante

L'équipage de la quatrième mission, dirigé par le capitaine Wilder, réussit finalement à rester en vie, malgré les meilleures tentatives du membre d'équipage Spender pour les assassiner en raison de ses sympathies martiens radicales. Ils découvrent que presque tous les martiens ont été anéantis par la varicelle.

Août 2001: Les Colons

Maintenant que les explorateurs intrépides leur ont ouvert la voie, les premiers colons humains arrivent sur Mars. Ces premiers colons sont les moins à perdre sur Terre. Certains échappent à des circonstances pires, et d'autres ont de grands rêves. Mais ils pensent encore à leur vie sur Terre.

Décembre 2001: Le Matin Vert

Bien que ces colons soient principalement des mineurs, un colon réussit à cultiver une forêt d'arbres terrestres riches en oxygène sur Mars. Ce colon, Benjamin Driscoll, s'évanouit lorsqu'il arrive pour la première fois sur Mars, de sorte que planter des graines devient sa mission afin qu'il n'ait pas à retourner sur Terre. Une fois que sa forêt pousse, il s'évanouit à nouveau.

Février 2002: Les Criquets

La prochaine vague de colons arrive en essaims comme des criquets, martelant Mars dans un environnement plus semblable à la Terre. Les hommes martelent des chalets avec des volets pour tenir à l'écart de la nuit de Mars. Les femmes décorent avec du chintz et des pots de fleurs afin de ne pas avoir à penser à leur nouvel environnement étrange.

Août 2002: réunion nocturne

Un colon pacifique rencontre un martien qui prétend que les Martiens ne sont pas morts mais qu'ils existent simplement sur un autre plan du temps. L'humain et le martien ne voient que leurs propres villes et voient l'autre comme un fantôme. Ils réfléchissent qu'ils aimeraient connaître la culture de l'autre avant de suivre leur voie séparée.

Octobre 2002: Le rivage

Les colons continuent d'arriver par vagues. Au début, la plupart des hommes arrivent, puis des femmes prostituées, puis d'autres femmes. Mais tous les colons sont Américains. Les fusées ne sont pas lancées depuis d'autres pays, de sorte que la culture reste homogène.

Février 2003: Intérimaire

Les colons apportent du bois de Californie avec eux afin qu'ils n'aient pas à utiliser de matériaux martiens pour construire leurs maisons et leurs structures. Ils construisent des églises et assistent à des offices et chantent des hymnes comme ils l'ont fait sur Terre.

Avril 2003: Les Musiciens

Pendant ce temps, des enfants humains se rendent dans des villes martiennes désertes et les profanent en jouant de la musique avec les os des martiens. Leurs parents les mettent en garde contre le fait d'aller dans les villes, mais ils le font quand même, à la recherche d'une aventure amusante, et quand ils rentrent à la maison, leurs parents les punissent.

Juin 2003 : Way in the Middle of the Air

Dans le Sud américain, la minorité noire échappe à son oppression en partant pour Mars. Cela irrite la majorité blanche, en particulier Samuel Teece, qui compte sur ses serviteurs noirs pour se protéger. Samuel tente d'empêcher son serviteur, Silly, d'émigrer sur Mars, mais grand-père Quartermain accepte d'assumer la dette de Silly, au grand dam de Samuel.

2004-2005 : La dénomination des noms

Les colons apportent avec eux leurs traditions et leurs normes morales américaines et renomment toutes les colonies martiennes avec des noms à consonance américaine. Il y a donc une Spender Hill et une Nathaniel York Town ainsi que Iron Town, Steel Town et Detroit II.

Avril 2005: huissier II

Un riche amateur de littérature se venge des défenseurs de la censure en construisant un manoir mortel dans le style de la "House of Usher" d'Edgar Allan Poe sur Mars. Il crée des robots qui ressemblent exactement à ses ennemis, les invite à une fête, puis les regarde mourir de la même manière que les personnages de Poe meurent dans ses histoires.

Août 2005: Les Anciens

La dernière vague de colons vient de la génération plus âgée. Ils sont anciens et leurs os crépitent. Là où autrefois ils auraient pu passer leurs vacances en Europe, ils profitent maintenant de l'occasion pour venir sur Mars, en s'assurant d'apporter tous leurs médicaments avec eux.

Septembre 2005: Le Martien

Un de ces couples récupère leur fils décédé, mais c'est vraiment un martien qui est sensible aux souvenirs humains et n'a aucun contrôle sur la forme qu'il prend. Ce martien, que le vieux couple appelle Tom, apporte de la joie au vieil homme et à sa femme jusqu'à ce que la femme leur demande de faire un voyage en ville. Tom est submergé par les souvenirs des habitants de la ville de leurs proches décédés et meurt, laissant le couple une fois de plus sans enfant et triste.

Novembre 2005: Le magasin de bagages

Les rumeurs de guerre nucléaire sur Terre deviennent plus fortes parmi les colons. Un propriétaire d'un magasin de bagages réfléchit à la guerre sera bonne pour ses affaires parce que les gens auront besoin de valises pour emballer leurs affaires à leur retour sur Terre.

Novembre 2005: La saison hors saison

Sam Parkhill, qui fait partie de l'équipage de la quatrième expédition, construit un stand de hot-dogs pour profiter du flux d'immigrants en provenance de la Terre. Les Martiens survivants lui apparaissent et veulent lui parler, mais il s'enfuit et utilise la violence contre eux. Quand ils le rattrapent, ils lui cèrent leur terre, puis l'alertent des explosions sur Terre juste avant qu'elles ne se produisent.

Novembre 2005: Les Observateurs

Les colons de partout sur Mars regardent leur planète natale s'illumindre dans des incendies. Ils se souviennent soudainement de toutes les personnes qu'ils ont laissées sur Terre, et ils veulent les revoir. Ils font leurs valises et retournent sur Terre, comme le propriétaire du magasin de bagages l'avait prédit. Il se vend rapidement à court de bagages.

Décembre 2005: Les villes silencieuses

Il ne reste que quelques traînards humains sur Mars. L'un d'eux est Walter Gripp qui a toujours voulu épouser une "belle" dame. Il cherche partout une femme humaine, mais quand il la trouve, il décide qu'elle est si odieuse qu'il préfère vivre le reste de ses années en tant qu'ermite.

Avril 2026: Les Longues Années

Un autre traîneur humain sur Mars est Hathaway, un survivant de la quatrième mission, qui est si seul après la mort de sa famille qu'il construit des compagnons robots à leur ressemblance. Le capitaine Wilder revient de son expédition sur les planètes extérieures du système solaire juste à temps pour prendre le petit déjeuner avec Hathaway et assister à sa mort. Bien que l'équipage de Wilder pense qu'il devrait tuer la famille de robots de Hathaway, Wilder les laisse vivre.

Août 2026 : Il Y Aura De Douces Pluies

De retour sur Terre, une maison automatisée abandonnée depuis longtemps passe par les mouvements de la journée - préparer le petit déjeuner, nettoyer, jouer de la musique, remplir la chambre des enfants d'animaux holographiques et lire un poème de Sara Teasdale. Enfin, une tempête le fait prendre feu et il meurt.

Octobre 2026 : Le Pique-nique D'un Million D'années

Une famille de la Terre utilise une fusée cachée pour voler vers Mars. Le fils aîné, Timothée, spécule que son père l'a amené, lui, sa mère et ses frères, sur Mars pour plus de vacances, et il s'avère avoir raison. Son père brûle symboliquement ses papiers de la Terre. Toute la famille regarde leurs reflets dans l'eau. Ils sont maintenant des "martiens".

 

Analyse

 

Conformité versus individualisme

Ray Bradbury détestait la conformité américaine et, par conséquent, ses protagonistes ont tendance à être des non conformistes, tandis que ses antagonistes font ce que les autres font.

Les personnages qu'il dépeint sous un jour le plus positif sont des individualistes. Prenez Benjamin Driscoll, qui plante des graines sur Mars tandis que les autres colons minent dans "December 2001: The Green Morning". Il y a aussi Tomás Gomez et Muhe Ca, un humain et un martien qui s'engagent en fait dans une conversation pacifique au lieu de se traiter les uns les autres comme des ennemis dans "August 2002: Night Meeting". William Thomas brûle en fait tous ses papiers de la Terre afin que ses enfants ne sachent même pas comment se conformer dans "Octobre 2026 : Le pique-nique d'un million d'années".

Bradbury réserve ses morts les plus vicieuses à l'enquêteur des climats moraux dans "avril 2005: Usher II". Ce sont des conformistes du plus haut degré, si désireux d'exécuter sans aucun doute les ordres des autres qu'ils ne connaissent même pas le contenu des livres qu'ils brûlent. On pourrait même les comparer à des robots, et Bradbury le fait littéralement : faire des copies robotisées des rivaux de Stendahl qui commentent fadement la mort brutale de leurs originaux pour bercer Garrett dans la complaisance (une astuce qui imite le piège des Martiens dans "April 2000: The Third Expedition" - bien que beaucoup plus grossièrement).

 

Nature destructrice de l'humanité

Bradbury critique fortement ce qu'il considère comme la tendance de l'humanité à la destruction. Lorsqu'ils sont laissés à eux-mêmes, des personnages petits d'esprit comme Biggs et Sam Parkhill dans "June 2001 : -and the Moon Be Still As Bright" et les enfants dans "April 2003: The Musicians" choisissent d'abattre des bâtiments et de profaner des os. Et toute la destruction de l'humanité n'est même pas délibérée. Les explorateurs apportent la varicelle avec eux pour déclencher un génocide martien accidentel. Bien que les actions de l'humanité soient certainement préjudiciables aux autres, elles sont également autodebitraires, comme c'est le cas de la guerre atomique qui mène à la disparition de la Terre.

Bradbury montre que l'humanité ne peut pas simplement s'envoler vers une autre planète pour échapper à cette nature destructrice, parce que c'est quelque chose d'inhérent à la société. Pour éviter un destin apocalyptique, Bradbury semble proposer que l'humanité ait besoin d'un redémarrage complet, ou du moins de plus d'individus qui sont prêts à résister à la pression pour se conformer.

 

Mémoire et nostalgie

Alors que Bradbury pourrait parfois aimer brûler toutes les réalisations humaines comme il l'a fait symboliquement William Thomas dans "October 2026: The Million-Year Picnic" en incendiant ses papiers depuis la Terre, il voit également un obstacle à cette ligne de conduite : la dépendance humaine à l'égard des souvenirs et la nostalgie de l'identité et de la

Les Martiens exploitent ce trait particulièrement humain dans « Avril 2000 : La troisième expédition », tendant un piège à leurs envahisseurs humains en recréant minutieusement leurs maisons d'enfance avec des membres de leur famille ressuscités. Et plus tard, dans "April 2026: The Long Years", Hathaway découvre qu'il doit créer des fac-similés hyperréalistes de sa famille décédée pour continuer.

Bradbury montre à plusieurs reprises le danger d'une dépendance excessive à l'égard de la mémoire et de la nostalgie. Martian "Tom" dans "September 2005: The Martian" a l'habitude involontaire d'assumer l'identité des proches des humains en pillant leurs souvenirs. Cela l'amène à être submergé par des souvenirs concurrents et à mourir. Et dans "November 2005: The Watchers", les humains cèdent à leur nostalgie pour retourner sur Terre sur un parcours accéléré avec cataclysme. Bradbury reconnaît que la mémoire et la nostalgie sont importantes, mais met également en garde contre le fait d'en devenir dépendant.

Écrire commentaire

Commentaires: 0