Résumé de la Politique d'Aristote

Résumé de la Politique d'Aristote

 

Nature

Aristote fait référence à plusieurs reprises à l'importance de la nature pour déterminer ce qui fait le meilleur régime. Aristote croit que les gens naissent d'une certaine manière ; telle est leur nature. Une grande partie de cette pensée est basée sur des binaires communs : les hommes contre les femmes, Dieu contre l'homme, et une âme divisée. Pour Aristote, le genre révèle une façon d'être. Il déclare que les femmes, les enfants et les esclaves sont par nature inaptes à être citoyens ou à participer au gouvernement. La nature détermine également qui devrait être un chef : "Car par nature, il y a un certain peuple apte à la maîtrise, un autre apte à la royauté, et un autre qui est politique, et c'est à la fois juste et avantageux." Lorsque les gens suivent leur nature - en supposant que la nature soit vertueuse - le résultat est une communauté positive et une ville qui fonctionne bien.

 

Nobles causes

Les villes sont organisées non seulement pour la subsistance, mais aussi pour la poursuite de nobles causes. Les causes nobles naissent de la vertu et mettent l'accent sur l'âme. Sans nobles causes, une ville n'a pas de but. Les villes peuvent promouvoir des causes nobles de diverses manières. Dans une oligarchie, par exemple, les dirigeants suivent l'éthique et mettent au défi toute la population de parvenir à une plus grande moralité. Aristote pense que l'éducation devrait inclure des sujets apparemment non essentiels mais nobles tels que la musique, car cet art et d'autres arts créatifs peuvent créer du bonheur et de la détente, contribuant ainsi à un monde dans lequel les citoyens veulent vivre. Aristote envisage un avenir axé sur des causes nobles et croit que cet avenir offrira plus d'épanouissement à tous.

 

Communauté

Les villes sont des communautés, et les communautés travaillent pour se soutenir mutuellement. Le fondement de toute communauté est la famille. Les familles s'unissent en groupes, souvent composés de personnes ayant des intérêts ou des expériences similaires. La communauté est la base de tous les gouvernements. Si un gouvernement essaie d'unir des communautés trop différentes, il peut échouer. Selon Aristote, la diversité est importante car elle peut conduire à de nouvelles idées, mais elle peut aussi conduire à la discorde. Les communautés permettent aux gens de faire respecter la moralité à un petit niveau.

Ceux qui appartiennent à une communauté se sentiront probablement motivés à la soutenir. Ceux qui se sentent à leur place sont plus susceptibles d'embrasser la moralité parce qu'ils se soucient de ceux qui les entourent ; par conséquent, la communauté est essentielle à la réussite d'un gouvernement, c'est-à-dire combien de temps elle dure et à quel point elle est morale.

 

Vertu

La vertu est l'un des facteurs déterminants d'une communauté dynamique et progressiste. Aristote voit la vertu en opposition à la vulgarité. La vulnérabilité doit être supprimée et non récompensée. La vertu devrait être félicitée et récompensée ; ceux qui la possèdent devraient recevoir le leadership. La vertu est définie par différents ménages de différentes manières. La vertu est une forme supérieure de bien. L'éducation est vitale parce qu'elle aide à inculquer la vertu. Tout comme l'âme est divisée en le rationnel et l'irrationnel, il y a aussi de la vulgarité et de la vertu chez chaque être humain ; c'est pourquoi la vertu doit être récompensée.

Aristote croit que le but de la politique est de promouvoir les idéaux de vertu. Bien que tout le monde ne soit pas vertueux, les gouvernements doivent encore s'efforcer d'accroître la vertu. Aristote dit : "La vie heureuse est une vie conforme à la vertu et sans entrave." Le bonheur vient de la vertu, ainsi que de nombreuses autres caractéristiques positives. Aristote croit que ceux qui ont le pouvoir peuvent rester vertueux et ne pas laisser le pouvoir obscurcir leurs choix. Selon lui, les personnes vertueuses restent vertueuses, ce qui en fait les meilleurs dirigeants. La vertu peut être appliquée par le biais du système judiciaire, dans lequel les citoyens jugent les actions des autres citoyens.

 

Liberté

La liberté est l'idéal sur lequel repose la démocratie. La liberté permet aux vertueux de poursuivre leur vertu et d'obtenir ainsi le bonheur. La liberté décrite par Aristote n'est disponible que pour les hommes non esclaves. Cette idée, en dehors de la partie qui concerne uniquement les hommes non esclaves, reste fondamentale pour les démocraties modernes. La liberté signifie que les individus ont accès à des ressources adéquates pour vivre une vie modérée et exempte de souffrance. La liberté n'est pas erratique mais contrôlée, elle est basée sur le principe de la vertu.

Écrire commentaire

Commentaires: 0