Oncle Vania d'Anton Tchekhov Résumé et analyse

Oncle Vania d'Anton Tchekhov Résumé et analyse

Résumé

 

Acte 1

Le professeur à la retraite Alexander Serebryakov et sa femme beaucoup plus jeune, Yelena Andreevna, sont récemment venus séjourner dans la maison de campagne où vit la fille de Serebryakov, Sonya. Sonya a hérité de la maison après la mort de sa mère, la première femme de Serebryakov. Sonya y vit avec son oncle, Vanya, sa grand-mère, Marya Vassilevna, et son ancienne nounou, Marina. Un après-midi humide, Marina et Astrov, un médecin de campagne et un ami de la famille, parlent sur la terrasse de la maison. Astrov a été appelé à la maison pour examiner Serebryakov, qui est chroniquement malade de goutte et d'autres plaintes. Cependant, Serebryakov n'est pas disponible pour le médecin à son arrivée. Il se sent mieux et est allé se promener avec Sonya et Yelena.

Astrov s'ouvre à Marina, qu'il connaît depuis 10 ans, et parle de son travail et de son mécontentement à l'égard de la vie. Il sent qu'il a vieilli et qu'il a perdu tous ses sentiments pour la vie et pour les autres. Il explique qu'un homme est récemment mort sur la table d'opération alors qu'il avait été appelé pour aider avec une épidémie de typhus, et qu'il s'en sent coupable. Vanya, qui faisait la sieste, les rejoint sur la terrasse et produit ses propres plaintes. Il est particulièrement ennuyé par les nouveaux résidents, qui ont interrompu les routines du ménage avec leurs demandes et leur emploi du temps impair.

Après le retour de Yelena, Sonya et Serebryakov de leur promenade, Vanya loue la beauté de Yelena et crache une litanie de plaintes au sujet de Serebryakov. Il lui reproche d'avoir passé 25 ans en tant que professeur et de n'avoir rien produit de mérite. Selon Vanya, "pas une seule âme ne se souvient" de Serebryakov après avoir quitté l'université et "il prenait simplement de l'espace", mais il agit "comme un demi-dieu".

Les plaintes de Vanya sont interrompues par Sonya, qui est retournée sur la terrasse et qui accorde immédiatement son attention à Astrov. Vanya commence une dispute avec sa mère, Marya, et ils se chamaillent pendant un certain temps. Astrov est alors appelé pour aller à l'usine. Avant de partir, il invite Yelena à son domaine pour voir son jardin, sa pépinière et sa réserve forestière. Après le départ d'Astrov, Yelena réprimande Vanya pour le mauvais traitement qu'il a infligé à sa mère. Il, à son tour, change la conversation en son attirance pour elle, qu'elle rejette comme inutile.

 

Acte 2

Peu après minuit, Serebryakov, qui s'est endormi dans la salle à manger, se réveille et se plaint de douleurs à la jambe et de difficultés à respirer. Il retourne ensuite ses plaintes vers l'extérieur et accuse sa femme de le trouver dégoûtant. Yelena refuse de s'engager avec lui et s'éloigne, mais Serebryakov continue de se plaindre, disant qu'il s'attend à ce qu'il "ne durera pas beaucoup plus longtemps". Il tente de faire sortir sa femme en disant qu'il mérite l'attention dans sa vieillesse. Il ne comprend pas pourquoi tout le monde prête attention à Vanya mais pas à lui. Quand Sonya entre dans la pièce, elle gronde son père pour avoir fait venir le médecin et avoir ensuite refusé de le voir. Serebryakov ridiculise le médecin et ses inquiétudes.

D'autres membres du ménage se réveillent. Vanya arrive dans la salle à manger et dit à tout le monde d'aller dormir. Il restera avec Serebryakov, qui supplie de ne pas être laissé seul avec Vanya : "Il me tuera sûrement de toute sa blason." Serebryakov est sauvé de Vanya quand Marina arrive et le s'occupe tendrement de lui, fixant sa couverture et le réconfortant comme s'il était un bébé. Elle emmène Serebryakov dans sa chambre pour dormir, et tout le monde sauf Yelena et Vanya se retire dans leur chambre.

Vanya profite de l'occasion d'être seule avec Yelena pour lui professer à nouveau son amour. Il lui saisit la main et lui prononce un discours qui mélange sa déclaration d'amour avec des descriptions de son désespoir parce qu'elle "n'écoutera pas". Il la supplie de tenter sa chance, mais elle lui dit qu'il lui répusive et qu'il s'en va. Vanya se parle ensuite de tout ce que cela aurait pu être s'il était tombé amoureux de Yelena 10 ans plus tôt alors qu'elle visitait la maison de sa sœur. Vanya envisage le mariage chaleureux qu'ils auraient eu. Au lieu de cela, elle a épousé Serebryakov, qu'il déteste. Il se plaint de Serebryakov, décrivant comment lui et Sonya "ont travaillé comme un bœuf pour lui" et comment ils "ont pressé chaque décrochage de ce domaine". Vanya est amer qu'ils aient envoyé les bénéfices du domaine à Serebryakov parce qu'il a maintenant découvert que "la somme totale de sa vie" n'est rien et qu'il n'a jamais mérité que tout le monde travaille pour lui.

Astrov revient et est rejoint par Telegin dans la salle à manger. Astrov pose des questions sur Yelena et invite ensuite Telegin à boire du cognac avec lui. Avant de partir, Sonya réapparaît et lui reproche, ainsi qu'à Vanya, d'être ivre. Vanya explique qu'il boit parce qu'il "n'a pas une vraie vie" donc il "doit vivre [ses] mirages". Sonya répond que pendant qu'il « vit un mirage », elle fait tout le travail sur le domaine parce qu'il a cessé de travailler. Ses paroles rappellent à Vanya sa sœur décédée et bien-aimée, et il éclate en sanglotant et quitte la pièce. Sonya récupère Astrov et ils parlent seuls. Ils parlent de son oncle, de son père, de la boisson et de Yelena. Astrov confie qu'il est mécontent de sa vie. Sonya lui demande pourquoi il se détruit avec de la boisson et lui demande qu'il cessera de boire. Le discours se tourne vers l'amour. Astrov admet qu'il est incapable d'aimer qui que ce soit, mais il "peut encore reconnaître la beauté". Il estime que "Yelena pourrait tourner la tête si elle avait l'idée un jour", mais il sait que ce n'est pas de l'amour. Sonya essaie de savoir s'il a des sentiments à son sujet en lui demandant comment il se sentirait si quelqu'un l'aimait. Il avoue qu'il "ne ressentirait probablement rien".

Après le départ d'Astrov, Sonya savoure leur temps passé ensemble et se prélasse dans le bon sentiment de ses paroles même si elle ne pense pas qu'il soit amoureux d'elle. Yelena vient dans la salle à manger et Sonya confie qu'elle est amoureuse d'Astrov. Ils parlent de ressentiments perçus et réparent leur propre relation. Rempli de bonheur, Yelena décide de jouer du piano. Tout d'abord, cependant, Sonya vérifie auprès de son père pour s'assurer que le bruit ne le dérangera pas. Ce sera le cas, et ils ne sont pas autorisés à remplir la pièce de musique et de vie.

 

Acte 3

Le matin, Sonya, Vanya et Yelena attendent dans le salon une réunion que Serebryakov a convoquée. Vanya exhorte Yelena à « être une sirène » et à se laisser tomber amoureuse de quelqu'un, de quelqu'un d'autre que son mari. Après avoir exprimé son dégoût à ce sujet, Vanya tente de faire la paix avec elle et il part chercher des fleurs pour elle. Sonya et Yelena parlent d'Astrov. Sonya ne peut supporter l'incertitude de ne pas savoir s'il a des sentiments pour elle. Ils éclosent une intrigue : Yelena va essayer de savoir si Astrov s'intéresse à Sonya en tant que femme. Sinon, Yelena lui dira qu'il ne doit plus venir à la succession.

Yelena demande à Astrov de lui montrer ses cartes afin qu'elle puisse lui poser des questions sur ses sentiments pour Sonya. Astrov lui montre fièrement les cartes et lui explique comment la civilisation a diminué les régions boisées et réduit la faune dans la région. Yelena lui dit enfin que son "esprit est ailleurs". Elle demande s'il aime Sonya en tant que femme, et Astrov admet qu'il ne l'aime pas. Il se demande pourquoi Yelena demande et en déduit qu'elle est attirée par lui. Il l'appelle une série d'affections et professe qu'il n'a rien fait depuis un mois entier" parce qu'il l'a "chercheurante". Il prend la pose la tête baissée et l'invite à le « dévorer ».

Yelena est horrifiée et pense qu'il a perdu la tête. Astrov la saisit par la taille et l'embrasse. Il la supplie de le rencontrer le lendemain quand Vanya entre dans la pièce avec son bouquet de fleurs et les voit dans une étreinte serrée. Libérée, Yelena va à la fenêtre jusqu'à ce qu'Astrov parte. Puis elle exige que Vanya l'aide au moins et persuade son mari de quitter la succession avec elle le jour même.

À ce moment-là, Serebryakov, Sonya, Marina et Telegin entrent dans la pièce. Serebryakov convoque la réunion et dit à tout le monde qu'il veut vendre le domaine. Il déteste vivre dans le pays et veut acheter des titres portant intérêt et des actions qui fourniront un revenu suffisant. Il prévoit de déménager en Finlande voisine, où il espère acheter un petit chalet. Vanya est stupéfait par ses paroles et se déchaîne de tout le vitriol et de la rage refoulée qu'il ressent. Il dit à Serebryakov que son père a acheté la maison pour sa fille, la sœur de Vanya, quand elle a épousé Serebryakov. Son père n'avait pas assez d'argent pour le plein prix d'achat, il a donc contracté un prêt de 25 000 roubles. Vanya a donné sa part de son héritage à son père pour payer la maison de sa sœur. Il dirige la succession depuis 25 ans et a remboursé la dette, ne recevant que 50 roubles par an. Il est furieux que Serebryakov veuille maintenant le chasser de chez lui et qu'il n'ait jamais remercié Vanya pour son travail. Serebryakov plaide l'ignorance, affirmant qu'il n'est "pas un homme pratique" et qu'il n'avait aucune compréhension de "ce genre de choses". Peut-être surtout, Vanya est en colère parce qu'il a passé les 25 dernières années de sa vie à travailler pour que Serebryakov puisse faire quelque chose de lui-même en tant que professeur d'université, et il n'a fondamentalement pas réussi à le faire. Vanya accuse Serebryakov de détruire sa vie et le déclare son "pire ennemi".

Après avoir exprimé toute sa rage, Vanya dégénère en un gâchis pleurant et quitte la pièce. Serebryakov dit à tout le monde de "garder ce fou loin" de lui et déclare qu'il "ne vivra pas avec lui dans la même maison". Yelena déclare qu'ils déménageront ce jour-là. Sonya exhorte son père à faire la paix avec son oncle et lui rappelle tout le travail qu'elle et Vanya ont accompli en son nom. Serebryakov accepte de rattraper Vanya et part pour aller le trouver.

Par désespoir de faire quelque chose, Vanya tire deux fois sur Serebryakov avec un vieux revolver, manquant les deux fois. Il jette ensuite le revolver vers le bas. Une Serebryakov stupéfaite regarde pendant qu'une Yelena éblouie crie à quelqu'un pour l'emmener immédiatement car elle "ne peut plus rester ici".

 

Acte 4

Plus tard dans la journée, les membres du ménage disent au revoir à Yelena et Serebryakov, qui ont décidé de quitter le domaine ce jour-là. Ils déménagent dans une autre ville, Kharkov, et feront venir leurs biens séparément. Personne n'est désolé de les voir partir. Telegin dit à Marina : « Ils n'ont tout simplement pas été faits pour vivre ici. Pas découpé pour cela." Marina est d'accord, disant que c'est "mieux pour eux". Elle attend avec impatience que le ménage revienne à ses routines normales.

Plusieurs personnes cherchent Vanya, craignant qu'il ait l'intention de se faire du mal. Telegin a caché son revolver dans la cave, mais il a un flacon de morphine qu'il a volé à Astrov. Quand Astrov trouve Vanya, il demande sa morphine. Il dit à Vanya s'il veut se suicider pour se tirer dessus plutôt que d'utiliser sa drogue volée. Sonya persuade Vanya de restituer la morphine. Elle prononce à son oncle un discours sur la façon de vivre sa vie naturellement, peu importe à quel point il est malheureux.

Vanya décide qu'il doit commencer à travailler immédiatement pour se débarrasser de ses sentiments de désespoir. Yelena, cependant, le cherche et l'exhorte à dire au revoir à Serebryakov. Sonya l'accompagne pour qu'ils puissent se rattraper. Seule avec Astrov - et sachant qu'elle peut être ouverte depuis qu'elle part - Yelena admet qu'elle a "un peu été attirée" par lui. Elle espère qu'il pensera gentiment à elle. Astrov répond en lui déchirant pour son oisiveté. Il la réprimande, elle et son mari, d'avoir "infecté" tout le monde par leur oisiveté, en disant que partout où ils vont, "la destruction suit". Ne prêtant aucune attention à ses paroles, Yelena enlève un crayon de l'établi comme souvenir et s'en va.

Un groupe de personnes voit Serebryakov et Yelena partir. Avant de monter à bord de la voiture, Serebryakov accepte les excuses de Vanya et étend les siennes. Vanya lui dit qu'il continuera à envoyer le montant exact d'argent comme par le passé et que "tout sera comme il l'a toujours été". Après leur départ, Vanya se rend à sa table de travail et se plonge dans le paiement des factures et la remise de la vie au domaine comme avant. Sonya dit à Vanya que peu importe à quel point il est malheureux et insatisfait, il n'a qu'à continuer à vivre. Elle dit qu'elle aussi est malheureuse, mais elle va vivre sa vie naturelle et dans l'au-delà, ils connaîtront la paix.

 

Analyse

Le mot banal a deux significations, et les deux sont des thèmes de l'oncle Vanya. Un sens est d'être ordinaire, ennuyeux, ennuyeux et sans inspiration, et cela décrit comment la plupart des personnages se perçoivent eux-mêmes et perçoivent leur vie. Le cadre est une ville de campagne provinciale en Russie. À l'exception du tournage et de quelques rencontres "d'amour", leur vie manque de drame et se caractérise par les événements triviaux de leur existence : s'asseoir, parler, attendre des repas, enrouler du fil et faire des promenades.

La plupart des personnages s'ennuient de leur vie et aspirent à quelque chose de différent. Vanya décrit le mieux la banalité de sa vie dans l'acte 1 quand il dit que tout ce qu'il fait est de "dormir, manger, boire. ... Pas bon du tout ! » Astrov, un médecin de campagne, a une profession noble mais déteste "l'existence provinciale, russe et petite d'esprit" dans laquelle il vit.Serebryakov se sent dans une "forte inhumante" où chaque jour il est "confronté par les mêmes personnes stupides" et écoute le "même élan encore et encore". Il aspire à son ancienne vie où il était professeur au lieu de sa vie actuelle où "chaque minute semble s'étendre sans fin à partir de celle qui la précavant". Astrov et Vanya boivent tous deux pour échapper à la mundanité de leur vie. Pour Vanya, boire « donne juste un peu l'impression d'être en vie ». Yelena Andreevna s'ennuie aussi. Elle se tourne vers les hommes pour la sortir de son ennui. Elle a été attirée par Serebryakov parce qu'il était « éduqué et bien connu », et elle espérait qu'il rendrait sa vie plus intéressante. Il ne l'a pas fait, et maintenant elle est attirée par Astrov parce qu'elle le perçoit comme raffiné et élégant. Elle choisit de ne pas agir sur cette attraction et se résigne à une vie d'ennui où elle « n'a pas un seul bonheur sur cette terre ».

La deuxième signification de mondain est terrestre, ou de ce monde plutôt que du monde céleste. Marina et Sonya sont capables de supporter le banalisme de leur vie parce qu'elles croient en une vie après la mort. Ils croient que les gens seront récompensés au ciel par des vies nouvelles et plus excitantes. Dans l'acte 1, Astrov demande à Marina si les gens se souviendront d'eux, exprimant son désir de savoir que sa vie a un sens. Marina répond en disant que cela n'a pas d'importance s'ils le font, "aussi longtemps que Dieu le fait". Sonya essaie également de soulager l'angoisse de Vanya dans l'acte 4 après lui avoir dit : "Il ne me reste plus rien." Elle dit qu'ils « continueront à travailler pour d'autres personnes », mais après leur mort, ils « voyront une nouvelle vie, lumineuse, brillante et élégante ». La croyance en une vie après la mort permet à Marina et Sonya de supporter la morosité de la vie mondaine.

La futilité est le sentiment que tout n'a pas de sens, que sa vie n'a aucun but et que ses actions et ses ambitions n'ont pas d'importance. Ceci est démontré par la prise de conscience poignante de Vanya de la futilité de son amour pour Yelena Andreevna. Dans l'acte 2, il décrit à quel point son amour pour elle est vide de sens. Toute joie qu'il ressent en l'aimant meurt lorsqu'il exprime ses sentiments parce qu'il sait que son amour n'est pas partagé : "C'est comme si la lumière du soleil tombait dans un trou sombre."

La plupart des personnages de Tchekhov n'agissent pas comme s'ils pensaient pouvoir changer leur situation. C'est vrai pour Vanya. Malgré la douleur qu'il ressent de l'amour non partagé de Yelena, il ne pense pas avoir d'autre choix que de continuer à l'aimer. Il dit lui parler de son amour, c'est le "tuer", mais il n'envisage pas de garder ses pensées pour lui ou de prendre d'autres mesures pour arrêter de l'aimer. Ce ne sont pas seulement ses sentiments pour Yelena qui semblent futiles à Vanya. Dans l'acte 2, il exprime la futilité de toute sa vie, en disant : "Mon passé a été stupidement consommé d'un million de manières insignifiantes." Vanya réaffirme son sentiment de futilité dans l'acte 3 quand il dit que sa vie est ruinée et qu'il ne pense pas pouvoir faire quoi que ce soit pour l'améliorer. Astrov ressent également un sentiment écrasant que rien n'a d'importance. Il est capable d'exercer ses fonctions professionnelles de médecin, mais il a perdu sa capacité à se soucier de la plupart des choses et des gens. Dans l'acte 2, il décrit cette futilité en expliquant que bien qu'il apprécie toujours la beauté, il "ne peut s'approcher de personne", ni n'aime personne et il "ne saurait pas comment tomber amoureux".

Yelena, elle aussi, a un sentiment de futilité. Elle se tourne vers les autres pour changer sa vie plutôt que de regarder en elle-même. Dans l'acte 3, elle dit à Sonya qu'elle s'ennuie, et Sonya lui suggère d'aider aux tâches ménagères ou d'enseigner ou d'allaiter les enfants locaux. Yelena refuse, disant qu'elle n'est "pas intéressée" et notant son manque de qualifications pour enseigner ou soigner qui que ce soit. Elle n'a jamais essayé d'apprendre à faire quoi que ce soit. Au lieu de cela, elle a épousé quelqu'un en espérant qu'il lui rendrait la vie plus intéressante. Cela n'a pas fonctionné et elle est malheureuse, mais elle continue à chercher d'autres personnes pour changer son monde, sans se rendre compte qu'elle est la seule à pouvoir le faire.

Vanya et Astrov ont le sentiment que la vie les a dépassés et qu'ils ont perdu la chance d'en faire quelque chose. Ils ont la conviction que la vie n'offre aucune opportunité, et qu'elle ne peut pas non plus être changée ou améliorée. Vanya décrit cette perte d'espoir dans l'acte 2 quand il dit à Yelena Andreevna : « Je n'ai pas de passé. Mon passé a été stupidement consommé d'un million de manières insignifiantes." Cela pèse tellement sur lui qu'il lui dit : « Mes propres pensées m'étouffent. Pensées de ma vie gaspillée." En revanche, il vient de décrire comment une tempête rafraîchit la terre, avec "tout dans la nature ... nettoyé". Ses pensées, cependant, ne peuvent pas être lavées. Vanya ne croit pas au concept d'un nouveau jour, d'une nouvelle opportunité. La nature peut être régénératrice, mais elle ne peut pas être régénérée.

La frustration de Vanya face à sa perte d'espoir atteint son apogée lorsqu'il tente de tirer sur Serebryakov dans l'acte 3. Juste avant, il exprime ce sentiment quand il dit à Serebryakov : « Tu as détruit ma vie ! Je n'ai jamais, jamais vécu ! » Il est en colère non seulement d'avoir travaillé en vain pour Serebryakov, quelqu'un que Vanya pense maintenant ne le méritait pas, mais aussi parce qu'il a perdu les "meilleures années de sa vie" et "maintenant tout est parti". La colère de Vanya est intensifiée par son sentiment de désespoir, sa conviction qu'il ne peut pas changer sa vie et restaurer ce qu'il a perdu.

Astrov ressent également une perte d'espoir. Il "n'attend plus rien de la vie" et ne ressent aucun amour pour personne. Dans l'acte 2, il utilise l'analogie d'une lumière au loin faisant signe à un voyageur fatigué pour décrire cette perte d'espoir. Quand on marche sur un "chemin sombre dans la forêt, et s'il n'y a qu'un tout petit feu qui clignote au loin", cela permet à la personne de continuer sans remarquer de fatigue ou de "branches qui grattent". Bien qu'il ait travaillé dur, Astrov pense qu'il "souffre tellement" et "il n'y a tout simplement pas de lumière ... à la fin de ce chemin sombre". Il dit à Sonya : "Il est trop tard pour moi, mon temps est passé."

Deux points de vue d'espoir sont donnés dans la loi 3. Yelena propose de parler à Astrov pour savoir s'il aime Sonya. Yelena pense que connaître la vérité "est moins terrifiant que l'inconnu". Elle croit en la connaissance de la vérité, aussi douloureuse soit-elle, ou même si elle éteint son espoir. L'attitude de Sonya est exactement le contraire. Elle accepte l'offre de Yelena de parler à Astrov pour connaître ses sentiments pour elle, mais alors elle doute de sa décision. Sonya se dit : « Il vaut mieux ne pas le savoir. Il y a encore de l'espoir." Sonya veut s'accrocher à l'espoir malgré toutes les chances. L'espoir lui donne quelque chose pour vivre, pour continuer, même quand elle sait que son rêve ne se réalisera jamais.

La pièce explore les conceptions de l'amour et de l'attraction physique, de la luxure et du désir. Astrov dit à Sonya qu'il est incapable de tomber amoureux, mais qu'il "peut encore reconnaître la beauté". Il se rend compte que la beauté de Yelena Andreevna "pourrait tourner la tête", mais il est conscient "ce n'est pas de l'amour, ce n'est même pas proche". Vanya est attirée par la beauté et la jeunesse de Yelena. Dans l'acte 1, il dit à Yelena : « Tu es mon bonheur, ma vie, ma jeunesse ! » Il sait qu'il a "à presque rien" une chance d'avoir une relation amoureuse avec elle, mais il ne veut pas de son amour. Il veut simplement « la regarder, entendre sa voix ».

En revanche, dans l'acte 2, Vanya se demande pourquoi il n'est pas tombé amoureux de Yelena 10 ans plus tôt, alors qu'elle avait 17 ans et qu'il avait 37 ans. Il raconte que s'il était tombé amoureux et lui avait demandé de l'épouser à ce moment-là, elle serait sa femme maintenant, et quand "la tempête la réveillerait", il "la tiendrait et lui chuchoterait" pour ne pas avoir peur. Son attirance pour Yelena va au-delà de sa beauté physique pour englober les concepts de préoccupation et de compagnie. Pourtant, est-ce l'amour pour Yelena en particulier ou l'idée d'être amoureuse et d'avoir un compagnon qui anime ses pensées ? Il semble vouloir de l'amour, mais en dehors de sa beauté, Vanya ne mentionne aucune caractéristique de Yelena qui lui plaise.

Yelena, d'autre part, est tombé amoureux de Serebryakov parce qu'il était "éduqué et bien connu". Des années plus tard, elle se rend compte que son "amour n'était pas authentique", mais elle "y croyait à l'époque". Elle semble nourrir de forts sentiments pour Astrov, en disant : "Les gens comme lui sont rares, ils doivent être aimés." Elle est impressionnée par lui parce qu'il est un "libre penseur [qui] fait les choses à grande échelle" et "voit le bonheur futur de l'humanité". Yelena est attirée par les hommes qui, selon elle, peuvent l'élever hors de la banalité de la vie ordinaire. Elle pensait que le monde académique de Serebryakov le ferait pour elle, mais ce n'est pas le cas. Maintenant, elle est attirée par le médecin, un autre homme de talent et d'idées. Mais est-ce un amour ou quelque chose qu'elle cherche pour ses propres désirs égoïstes ?

Sonya nourrit également de forts sentiments pour Astrov. En fait, contrairement aux autres, elle est vraiment amoureuse de lui. Elle cherche régulièrement des occasions d'être avec lui. Elle engage une conversation avec lui, lui offre de la nourriture, le guide jusqu'à la porte et l'invite à rester et à revenir bientôt. Le simple fait de l'écouter parler ou de se souvenir de sa visite lui fait se sentir bien. De toutes les professions de l'amour, la sienne semble être la plus authentique. Elle est attirée par Astrov à la fois pour ce qu'il est et pour ce qu'il lui fait ressentir. Dans l'acte 2, elle décrit son vertige d'être amoureuse, disant qu'elle "peut encore entendre sa voix, ses pas" et "voir son visage dans le verre sombre de la fenêtre". Ses pensées à son égard la rendent heureuse et excitée et lui donnent envie de remplir sa vie d'activités heureuses comme la musique de piano.

Le thème de la création contre la destruction est étroitement lié aux thèmes de la mondanité, de la futilité, de la perte d'espoir et de l'amour. C'est le désir de créer ou de faire quelque chose par opposition à l'incapacité de créer et aux dommages qui en résultent. Chez Oncle Vanya, ce thème s'exprime dans la façon dont les personnages tentent de créer quelque chose pour eux-mêmes, de créer des relations avec les autres et de créer quelque chose d'extérieur pour rendre le monde meilleur.

Dans l'acte 2, Sonya et Yelena tentent de créer un sentiment de bonheur partagé en jouant du piano. Leur espoir de transcender leur vie ordinaire est abattanti lorsque Sonya rapporte qu'ils ne sont pas autorisés à jouer de la musique parce que cela dérangera Serebryakov.

Sonya veut créer une relation avec Astrov - elle est amoureuse de lui et veut passer du temps ensemble. Cependant, il n'est pas attiré par elle, et son espoir ne se concrétisera pas. Astrov et Vanya essaient chacune de créer une relation amoureuse avec Yelena, bien que ni l'une ni l'autre ne soit vraiment amoureuse d'elle. Vanya sait que ses "chances avec elle ne sont presque rien", mais il sera satisfait si elle le laisse simplement la regarder et entendre sa voix. Astrov sait que son attraction est superficielle, et dans l'acte 2, il exprime son aversion pour Yelena, en disant qu'elle "nous éblouit par sa beauté" mais "elle ne fait rien". Il lui reproche son vide parce qu'elle n'essaie pas de faire quoi que ce soit de sa vie.

Astrov et Vanya ont chacun créé un fantasme sur Yelena pour combler un vide en eux-mêmes. Astrov est épuisé par le travail, et Vanya sent que sa jeunesse a été détruite. Tous deux ont le sentiment qu'ils n'ont plus d'occasions de se créer de nouvelles vies. Vanya ne s'est pas toujours senti comme ça, pas plus que Astrov. Vanya s'est contenté de travailler pour quelque chose quand il a cru qu'il aidait à créer quelque chose à travers le travail de Serebryakov. Mais quand il s'est rendu compte que Serebryakov n'avait rien créé de valeur pendant toute sa carrière, Vanya sent que ses propres efforts - et sa vie - ont été gaspillés.

La véritable passion d'Astrov est de planter des arbres et de prendre soin de ses forêts. Il veut préserver les arbres afin de pouvoir aider à créer un monde meilleur pour les générations futures, et il déplore la destruction des arbres à d'autres fins que de récolter le bois. Il pourrait accepter la perte des forêts si quelque chose de valeur les remplaçait, comme des maisons ou des routes. Au lieu de cela, les régions déboisées sont des échantillons de terre ruinés avec la pauvreté et la maladie. Astrov dénonce ce viol des ressources de la terre, croyant que les humains ont "détruit presque tout et n'ont rien créé pour prendre sa place" et devraient plutôt "améliorer ce qui [qu'on] leur donne". Astrov appelle les humains à faire mieux avec le vaste monde qui les entoure.

Ce thème s'applique également à la destructivité des humains envers eux-mêmes et les uns envers les autres. Sonya appelle Astrov à propos de son hypocrisie. Bien qu'il veuille créer un monde meilleur pour les générations futures, il « détruit les belles choses qui lui ont été données », en particulier sa santé, en buvant. Elle lui demande : « Pourquoi voudrais-tu te détruire ? » Yelena dit à Vanya : "Les hommes comme vous détruisent imprudemment les gens de la même manière" les gens abattent les forêts et détruisent des valeurs telles que la fidélité, la pureté et le sacrifice de soi. Yelena ne dénonce pas la destruction des forêts, mais la façon dont les gens endommagent leurs relations avec les autres et les dommages que cela cause. Elle pense qu'il s'agit d'un danger plus grave et que "le monde finira non pas à cause de la guerre ou des catastrophes, mais à cause de la haine".

Astrov est plus enclin à penser que l'oisiveté aura un effet plus destructeur sur l'humanité que la haine. Dans l'acte 4, il note que partout où Yelena et son mari vont, "la destruction suit". Quand ils sont arrivés à la maison de campagne, tout le monde « travaillait, occupé comme des abeilles, créant quelque chose ». Mais les habitants du pays ont été "forcés de tout mettre de côté" pour "attendre" Yelena et Serebryakov "mains et pieds". En conséquence, Yelena et Serebryakov les ont "infectés" par l'oisiveté. Astrov craint que s'ils restaient à la maison de campagne, il "serait complètement détruit". Il est heureux qu'ils partent afin qu'il puisse essayer de retourner au travail comme d'habitude, ce qui lui donne l'impression qu'il fait quelque chose de productif de sa vie.

Dans l'oncle Vanya, Tchekhov s'écarte de sa perspective objective habituelle en ce qui concerne l'environnement. Il exprime la nécessité de la conservation des arbres à travers le personnage d'Astrov, dont la passion est la forêt. Il croit que les arbres apportent des bénéfices spirituels et sociaux aux humains. Il les vante parce qu'ils « haïssent la beauté de la terre » et « inculquent [aux humains] des pensées et des sentiments supérieurs ». Astrov pense que "les forêts adoucissent un climat rude" et rendent les gens plus civilisés, car les habitants des climats plus doux sont "plus gentils et plus doux" et ont des cultures plus "raffinées" et avancées. Astrov respecte les avantages environnementaux des arbres et est très préoccupé par la déforestation en Russie. Il a horreur de la perte des arbres et plaide pour leur conservation afin de préserver la beauté et les ressources de la terre tant dans le présent que pour les générations futures. Astrov a cartographié les forêts du district où il vit depuis plusieurs décennies et a noté la perte de la couverture forestière et la diminution de la vie animale. Il déteste particulièrement l'utilisation du bois comme combustible et préfère la tourbe à la place, disant qu'une personne "devrait être un barbare téméraire pour brûler ce genre de beauté dans un poêle" et expliquant comment cela revient à "détruire quelque chose qui ne peut pas être recréé". Il déteste particulièrement la "destruction en gros des forêts" qui se traduit par des paysages stériles. Il le reproche à la "stagnation, à l'ignorance, au manque total de conscience de soi" des gens ordinaires, notant qu'ils "ne cherchent simplement à traverser la vie" et prennent "tout ce qu'ils peuvent sans penser". En d'autres termes, parce qu'ils sont tellement absorbés par la lutte pour les besoins fondamentaux et la survie, les gens "ne peuvent pas penser à demain" et n'ont pas d'autre choix que de piller les ressources de la terre pour leurs propres besoins. Cet argument a survécu dans les temps modernes et est utilisé pour justifier la déforestation dans les pays en développement et pour donner la préférence aux économies de coûts par rapport aux méthodes de préservation de l'environnement dans les pays développés. Dans d'autres mondes, l'exploitation des ressources de la Terre est une nécessité lorsque c'est pour survivre malgré les dommages causés à l'environnement.

Astrov veut conserver les arbres pour les générations futures, et il possède une petite réserve forestière et replante des arbres dans les zones où ils ont été abattus. Yelena dit qu'Astrov le fait parce que "Il voit le bonheur futur de l'humanité".

Écrire commentaire

Commentaires: 0