17. mai 2019
Blaise Cendrars, La Prose du transsibérien et de la petite Jehanne de France Dédiée aux musiciens En ce temps-là, j'étais en mon adolescence J'avais à peine seize ans et je ne me souvenais déjà plus de mon enfance J'étais à 16.000 lieues du lieu de ma naissance J'étais à Moscou dans la ville des mille et trois clochers et des sept gares Et je n'avais pas assez des sept gares et des mille et trois tours Car mon adolescence était si ardente et si folle Que mon cœur tour à tour...

15. mai 2019
Comment Diderot construit-il son débat philosophique ? Introduction : XVIIIe siècle: philosophique, artistique, littéraire. La devise des Lumières selon le philosophe Kant : sapere aude- avoir ses propres opinions et les affirmer. Le terme lumières signifie d'éclairer l'humanité. Dépasser l'obscurantisme, promouvoir les connaissances. L'Encyclopédie peut être considérée comme le “symbole” de ce siècle, elle regroupe toutes les connaissances. Diderot: L’un des créateurs de...

10. mai 2019
Chassignet (1594) Mortel pense quel est dessous la couverture D’un charnier mortuaire un corps mangé de vers, Décharné, dénervé, où les os découverts, Dépoulpés, dénoués, délaissent leur jointure : Ici l’une des mains tombe de pourriture, Les yeux d’autre côté détournés à l’envers Se distillent en glaire, et les muscles divers Servent aux vers goulus d’ordinaire pâture : Le ventre déchiré cornant de puanteur Infecte l’air voisin de mauvaise senteur, Et le nez...

05. mai 2019
Alphonse de LAMARTINE Le vallon Mon coeur, lassé de tout, même de l'espérance, N'ira plus de ses voeux importuner le sort ; Prêtez-moi seulement, vallon de mon enfance, Un asile d'un jour pour attendre la mort. Voici l'étroit sentier de l'obscure vallée : Du flanc de ces coteaux pendent des bois épais, Qui, courbant sur mon front leur ombre entremêlée, Me couvrent tout entier de silence et de paix. Là, deux ruisseaux cachés sous des ponts de verdure Tracent en serpentant les contours...

04. mai 2019
Cette fois-ci ce fut Jacques qui prit la parole et qui dit à son maître : "Voilà le train du monde ; vous qui n'avez été blessé de votre vie et qui ne savez ce que c'est qu'un coup de feu au genou, vous me soutenez, à moi qui ai eu le genou fracassé et qui boite depuis vingt ans... LE MAÎTRE : Tu pourrais avoir raison. Mais ce chirurgien impertinent est cause que te voilà encore sur une charrette avec tes camarades, loin de l'hôpital, loin de ta guérison et loin de devenir amoureux....

03. mai 2019
En quoi le titre du poème est-il justifié ? I) Un amour tourmenté Tout d’abord,on constate des paradoxes qui nous font comprendre que le poète a peur de perdre Elsa malgré un amour très fort et une relation qui dure, soulignée par l’anaphore “Treize ans j'aurai guetté ton silence chantant” : le poète l’aime tellement qu’il l’écoute respirer et cela le rend heureux. De plus, il veut que cette relation soit éternelle, quoi qu’il se passe il ne veut pas la perdre :...

02. mai 2019
Comme je demeurais debout, les yeux baissés et la tête découverte : « Asseyez-vous, monsieur, me dit-il gravement, asseyez-vous. Grâces au scandale de votre libertinage et de vos friponneries, j’ai découvert le lieu de votre demeure. C’est l’avantage d’un mérite tel que le vôtre de ne pouvoir demeurer caché : vous allez à la renommée par un chemin infaillible. J’espère que le terme sera bientôt la Grève, et que vous aurez effectivement la gloire d’y être exposé à...

01. mai 2019
Problématique : En quoi cette rencontre est-elle annonciatrice d’une suite tragique ? 1) Le coup de foudre Dans cet extrait, Prévost pose les bases, les circonstances de cette rencontre amoureuse. Il commence par donner le cadre temporel : “La veille même de celui que je devais quitter cette ville”. Il pose aussi le cadre spatial : “la cour d’un hôtel à Amiens”, avec le toponyme “Amiens” et les compléments circonstanciels de lieu “jusqu’à l’hôtellerie” et “dans...

29. avril 2019
Femme nue, femme noire Vêtue de ta couleur qui est vie, de ta forme qui est beauté J'ai grandi à ton ombre ; la douceur de tes mains bandait mes yeux Et voilà qu'au cœur de l'Eté et de Midi, Je te découvre, Terre promise, du haut d'un haut col calciné Et ta beauté me foudroie en plein cœur, comme l'éclair d'un aigle Femme nue, femme obscure Fruit mûr à la chair ferme, sombres extases du vin noir, bouche qui fais lyrique ma bouche Savane aux horizons purs, savane qui frémis aux...

27. avril 2019
Non, l’amour n’est pas mort en ce cœur et ces yeux et cette bouche qui proclamait ses funérailles commencées. Écoutez, j’en ai assez du pittoresque et des couleurs et du charme. J’aime l’amour, sa tendresse et sa cruauté. Mon amour n’a qu’un seul nom, qu’une seule forme. Tout passe. Des bouches se collent à cette bouche. Mon amour n’a qu’un nom, qu’une seule forme. Et si quelque jour tu t’en souviens Ô toi, forme et nom de mon amour, Un jour sur la mer entre...

Afficher plus